Le tout nouveau logiciel iOS de Creaceed, Carbo, sortira ce jeudi. Un logiciel étonnant que nous testons depuis plusieurs jours, qui se destine aux adeptes des notes, dessins et croquis papier. Le logiciel permet, en effet, de numériser ceux-ci, en prenant une photo, puis les vectorise, autorisant des niveaux de zoom invraisemblables. Une fois numérisé, le dessin, ou le texte peut être édité par gros blocs, qu’on peut effacer ou déplacer.

Le logiciel peut également utiliser d’autres fonds images – tableau, croquis bleu, pixelisé, typographique… – et intervenir sur l’épaisseur de trait des tracés. Un système de lasso très intuitif permet de déplacer des portion graphiques, une gomme est également de la partie. Un système de tags paramétrables permet de classer les différents documents stockés.

L’ensemble est évidemment très bien conçu, dans la tradition des productions de cet excellent éditeur belge. Le prodige se situe tout de même au niveau de la vectorisation, qui utilise un algorithme très pointu et incroyablement rapide. Reste à voir si ce que propose le logiciel peut s’intégrer dans les flux de production d’un nombre suffisant d’utilisateurs.

Il sera vendu, pour sa sortie, 3,99 € (universel) avant de passer à 7,99 €. Le logiciel ne sera proposé que sur iOS, même si une version OS X n’est pas exclue. « Elle est techniquement faisable mais nous attendons de voir s’il y a une demande », nous a précisé l’éditeur.


Raphaël Sebbe, le fondateur de Creaceed et principal programmeur, répond à nos questions, nous présente le logiciel, son concept, ses scénarios d’usage et les dessous technologiques qui l’ont rendu possible. Découverte !

  • Peux-tu présenter le concept du logiciel ?

    Carbo est une appli pour les personnes qui aiment écrire et dessiner sur du vrai papier, avec leur stylo ou crayon favori. Ces personnes sont en général déçues du dessin avec le doigt sur tablette, mais en même temps veulent conserver et organiser leurs notes avec des outils numériques modernes.

    Nous avons une brique technologique innovante dans Carbo, qui offre un rendu hybride entre bitmap et vecteur permettant un affichage monochrome très propre de l’écriture manuscrite, en particulier sur les écrans Rétina iPhone/iPad. Je crois bien qu’on a réalisé une belle avancée pour l’écriture manuscrite, c’est mieux que des photos (pixellisées, lourdes en stockage), mieux que la vectorisation qu’Adobe propose car notre technologie garde beaucoup plus de détails / expressivité et reste facilement éditable, sans courbe de Bézier. On peut par exemple générer des images en 1200dpi depuis Carbo, ou zoomer sans réelle limite.

    capture_d_ecran_2015-05-19_a_13.40.31

  • Quels sont les scénario d’usage ?

    Typiquement, on écrit ou on dessine dans son carnet ou sur feuille volante. On capture la note avec Carbo (appareil photo), et elle apparaît dans une liste chronologique, comme dans un stream twitter par exemple. La note peut être éditée (supprimer ou modifier certains éléments du dessin), taguée pour une recherche rapide, ou annotée avec un texte descriptif. Le stockage de la note se fait soit en local sur l’appareil, soit via le cloud (Carbo supporte iCloud, Evernote et Dropbox). L’iPad (plus confortable) et l’iPhone (toujours dispo) sont supportés.

    Carbo propose aussi un module d’export avec styles personnalisables, ce qui permet d’appliquer des effets sympa (blueprint, tableau + craie), mais aussi par exemple d’exporter une note avec fond transparent pour intégration dans une présentation Keynote.

  • Comment l’idée t’es-t-elle venue ?

    J’utilise beaucoup le papier pour toutes les tâches créatives, typiquement dans mon Moleskine avec un stylo Zebra. Que ce soit pour réfléchir autour d’un UI, ou pour concevoir un algorithme. Je vois pas mal de gens qui font de même. Je trouve que le vrai papier est sans contrainte et facilite la reflexion, et aussi le partage d’idées avec d’autres.

    Mais l’inconvénient du papier, c’est qu’on le perd / oublie facilement, et c’est très difficile de retrouver de l’information dans un carnet de note quelques mois ou quelques années plus tard. Et donc, il m’a semblé intéressant de développer un concept qui permette à la fois de conserver la qualité et l’expressivité de la note papier d’origine, mais également d’offrir les outils du monde numérique pour l’archivage, le classement et la recherche facile.

    Le dessin sur tablette avec son doigt ou un stylet est une alternative bien sur, mais je les trouve à ce stade très approximatifs. On garde la porte ouverte pour le dessin avec stylet, mais la condition est que celui-ci offre une qualité suffisante et pas une approximation grossière du dessin et de l’écriture manuscrite, qui sont beaucoup plus riches.

    On a pas mal itéré ici sur le concept avec Benoit notamment jusqu’à obtenir ce résultat. Les premières tentative de design remontent à avant iOS 7 (et donc on s’est adaptés bien sûr).

  • N’est-il pas étonnant de promouvoir, en 2015, les notes manuscrites, même stockées sous forme numérique ?

    Au contraire, je pense que cela reste le premier vecteur de l’approche créative. Je ne crois pas que cela soit l’un ou l’autre, mais bien qu’on peut les faire coexister, en prenant le meilleur de chaque. D’autre part, l’art ancestral de l’écriture mérite bien qu’on s’y intéresse et je ne pense pas qu’on ait fait le tour de la question. Les tablettes type Wacom sont un pas dans la bonne direction, permettant beaucoup d’expressivité, mais le dessin au doigt est une régression. Remplacer la richesse de l’écriture manuscrite par des technologies approximatives n’a pas de sens à mon avis. Ce qui a du sens, c’est de développer des outils qui augmentent nos capacités à créer et à réfléchir, pas qui les réduisent.

  • L’algo de vectorisation est très impressionnant, peux-tu partager des détails sur son élaboration et sa précision ?

    Merci ! Cela fait quelques années qu’on expérimente avec cette méthode. J’avais pas mal joué avec des techniques connexes pendant ma thèse à l’époque. Contrairement à une technique de vectorisation classique, qui consiste à remplacer les contours par des courbes paramétriques, nous gardons ici l’information sous sa forme brute. Les contours sont évalués dynamiquement pour chaque niveau de zoom. Nous arrivons donc à la fois à une grande précision pour la visualisation, mais aussi à un editing plus simple que les courbes de Bézier. Un soin particulier est aussi porté pour l’anti-aliasing, qui est la plupart du temps mal implémenté, que ce soit sous Photoshop ou dans les API Quartz par exemple. D’autre part, on profite également des techniques de shading pour offrir des styles de rendu alternatifs (tableau + craie, letterpress, blueprint…)

    Carbo est capable de générer des images en 1200DPI en noir et blanc (la limite d’une photo 8MP est de +/- 300DPI en A4). On pourrait même monter bien plus haut, mais la capacité mémoire bloque pour l’instant. Le challenge est bien sûr de faire tourner la méthode sur des appareils mobiles avec des performances suffisantes. Sur les appareils 32-bit (iPhone 5, iPad 3), la performance est bonne mais on atteint parfois la limite de précision du processeur graphique en cas de zoom extrême. Ce n’est pas le cas sur les processeurs 64-bit qui ont une plus grande précision de calcul. La méthode est implémentée comme un mix de techniques CPU et GPU, et on essaye de garantir du 60 FPS lors du scrolling pour un confort maximal.

    IMG_0139

  • Quelles évolutions envisages-tu ? Pourra-t-on ajouter des annotations aux notes numérisées ?

    On est curieux de voir si Apple compte proposer un stylet. Si c’est le cas et qu’on arrive potentiellement à une qualité comparable à l’écriture manuscrite sur papier, nous pourrions ajouter le dessin directement dans Carbo. On regarde aussi ce que fait Microsoft, qui s’intéresse depuis quelques années aux stylets avec capteur de pression sur sa Surface.

    Une autre piste est d’intégrer Metal. Nous ne l’avons pas fait car Metal ne peut pas être déployé sur les appareils 32-bit (iPhone 5c / iPad mini) toujours vendus aujourd’hui par Apple. Metal est intéressant en terme d’API (nouvelles possibilités pour Carbo par rapport à GLES), mais ne devrait pas changer beaucoup les performances dans notre cas car il y a peu de géométrie, contrairement aux jeux vidéo.

    IMG_0140-3

  • Peut-on envisager l’OCR sur Carbo ?

    L’OCR sur de l’écriture manuscrite est une problématique compliquée et pas vraiment résolue. Les utilisateurs s’attendent à des taux de reconnaissance supérieurs à 95%, ce qui n’est pas possible sans entrainement et contraintes fortes sur l’utilisation (cases / alphabet dédié). On n’exclut pas complètement cette fonction, mais seulement si on arrive à bien le faire. La bonne nouvelle cependant est que l’archivage de Carbo est de grande précision, et donc on peut envisager que l’OCR puisse être appliqué a posteriori, quand la technologie sera prête.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.