Dans cette seconde partie – la première L’impression 3D, c’est quoi ? est là – nous allons parler essentiellement des divers plastiques pour imprimante 3D. Pour les imprimantes de type FDM, comme nous avons vu, c’est à dire avec fusion de matériaux pour former plusieurs couches de plastiques, puis construire le modèle, on retrouve essentiellement deux types de plastiques,que sont l’ABS, le PLA et les autres ?

L’ABS (acrylonitrile butadiène styrène)

L’un des plastiques historiques compatibles avec presque toutes les imprimantes 3D du marché. l’ABS est fabriqué à partir du pétrole et est réputé très polyvalent. Il fond entre des température de 200°C – 250°C et supporte des écarts de température assez grand, ce qui en fait un matériau de choix pour les utilisateurs d’imprimantes. Le plateau de réception du plastique lors de l’impression doit aussi être chauffé, ce qui limite certaines impressions. L’ABS colle difficilement sur une surface verre, il est ainsi fréquent de recouvrir la plaque de verre d’une fine couche de glue pour l’adhésion de la base. Certains logiciels proposent par défaut l’ajout d’une base plastique lors de l’impression donnant plus de solidité, d’adhésion et de confort lors de l’impression d’un élément plus grand.

windows_phone_20150703_12_30_53_pro

L’ABS a une bonne résistance au choc et aux déformations. On peut le poncer aisément, il répond très bien à un traitement de surface au besoin (comme le polissage notamment).

Au niveau histoire et anecdote, l’ABS est utilisé par la marque Lego pour imprimer ses briques, et pour nous français, la Citroën Méhari avait une carrosserie obtenue par thermoformage d’ABS. Pour l’impression 3D, il est assez facilement utilisable, avec toutefois le problème du pétrole, problème résolu par le plastique suivant, le PLA.

Les PLA (acide polyactique)

De plus en plus répandu, ce plastique à la particularité d’être basé sur de l’amidon de maïs (plastique dit « végétal ») et est donc biodégradable, peut-être en contact avec de la nourriture ou des aliments. Il est plus facile à travailler que l’ABS et fond à des températures moyennes de 200°C – 220°C. Il supporte moins les écarts de températures, est moins résistant aux chocs et aux contacts avec l’eau ou la chaleur. mais convient parfaitement à la plupart des impressions, sauf en cas de besoin précis. De même, il est plus facile à imprimer que l’ABS, puisqu’il réagit à une température moins importante et n’a pas besoin d’une adhésion particulière à la plaque de verre. On peut toutefois chauffer un peu celle-ci pour une meilleure adhésion, mais dans l’absolu, quand la colle est nécessaire en fine couche pour l’ABS, vous pouvez très bien vous en passer pour le PLA. Une fois encore, tout dépend de votre type d’imprimante et vos besoins.

windows_phone_20150703_12_31_53_pro

Il existe un type de plastique PLA souple ou flexible, qui permet une torsion lors de la manipulation une fois le plastique séché. De même, l’impression sera plus lente dû aux paramètres de ce PLA, mais on gardera les mêmes températures.

Ces deux types de plastiques se vendent par rouleaux d’épaisseurs et de longueurs différentes suivant les besoins, les imprimantes et les cas. On trouve tout un tas de couleurs, et même d’autres possibilités, comme les plastiques à paillettes, les plastiques bois (qui ressemble à du bois sur une finition finale), etc, laissant alors libre court à votre imagination. Pour la plupart des impressions 3D personnelles, on préférera le PLA qui est plus facile à imprimer que l’ABS, toutefois, un traitement post-impression est plus difficile avec un plastique type PLA (parce que celui-ci fond plus rapidement, donc lors des frottements d’une lime par exemple, on fait déjà fondre le plastique…).

windows_phone_20150703_12_32_16_pro

Les autres plastiques sont nombreux et souvent à base de polyéthylènes (CPE, PVA), les polypropylène, etc. On retrouve des imprimantes fonctionnant à base de béton et même… de chocolat. Tout matériau que l’on peut fondre et qui durcit avec le temps ou à température ambiante peut-être, dans l’absolu intégré dans une imprimante. Le phénomène évoluant chaque jour, il est fort possible que l’on retrouve de plus en plus de matériaux dans les prochaines années.

windows_phone_20150703_12_32_06_pro

Et enfin, pour conclure, voici le fonctionnement de base de toutes les imprimantes 3D FDM, avec un filament de plastique qui vient mourir dans la buse métallique, fondre, puis se déposer en fine couche sur le verre pour construire votre objet. On comprend alors que certaines formes peuvent être difficile à réaliser, comme des ponts par exemple, mais que des astuces existent (comme l’ajout du support). Mais avant cela, il faudra choisir et dessiner notre objet, sujet de notre prochain article.

imp3d-600x420

Dossier Impression 3D :

— L’impression 3D, c’est quoi ?

Martin est un éternel étudiant qui apprend tout ce qui lui tombe sous les yeux. Du web aux sciences, en passant par l’histoire et la musique, il se passionne surtout pour les dents. Oui, de tout ou presque. Il ne reçoit par contre, que sur rendez-vous.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.