IMG_5148

Le besoin d’un clavier physique se fait parfois ressentir sur iOS. Pas souvent, vraisemblablement, pour la majorité d’entre-nous, mais parfois. Rédiger un long texte, par exemple, peut nous conduire à préférer le retour physique d’un vrai clavier, associé à la posture d’écri­tu­re qui va avec, au lieu de la saisie directement sur l’écran, qui s’avère, le plus souvent suffisante.

Plié en trois

C’est sans doute pour répondre à ce type de besoins occasionnels que Zagg a conçu son clavier pliant Bluetooth, le ZAGG Pocket Universal, un clavier de bonne taille – 23×17 cm déplié, avec une surface dévolue au clavier de 23×20 cm- un peu plus long qu’un iPad mini. Disponible dans diverses déclinaisons, dont AZERTY, ce clavier se replie, en trois, jusqu’à ne plus occuper que 23 x 6 x 1,5 cm, et pouvoir se glisser aisément dans un sac.

Niveau poids, c’est assez léger également, avec 225 grammes sur la balance. Le produit est livré chargé, accompagné d’un câble USB-micro-USB de toute petite longueur, une trentaine de cm.

En utilisation, déplié, il offre une gouttière assez large pour accueillir un iPhone, ou un iPad mini. l’iPad Air tient en place, mais on doute un peu de la solidité du tandem. Une portion du clavier se déplie pour servir de pied de soutien une fois le clavier déplié et l’appareil iOS mis en place. Il faut, lors de la mise en place, bien vérifier le positionnement de ce pied, sous peine de voir l’ensemble s’effondrer en arrière.

Niveau conception et design, le Zagg s’avère tout à fait satisfaisant. Replié, il affiche deux faces métallisées qui font belle figure… mais attrapent les traces de doigts comme pas deux.

L’ensemble inspire, cependant, plutôt confiance, pour peu qu’on s’assure d’avoir bien ouvert le pied. L’opération d’appairage est simple, mais nécessite d’aller faire un tour dans le manuel d’utilisation – RTFM – ce que personne n’aime vraiment faire. D’autant que le constructeur met très en évidence, dans la boite par le biais d’un bandeau, la manière de réveiller le clavier en cas de mise en veille, mais en aucun cas la procédure d’ap­pai­rage. Celle-ci se résume cependant en l’appui sur 2 touches, fn + la touche Bluetooth. À ce stade, il est également possible de choisir de configurer le clavier pour une utilisation sur iOS, ou sur Android, opération bien sûr réversible.

Autonomie confortable

L’autonomie de l’appareil, qui se recharge via un port micro-USB semble totalement étonnante, elle se compterait en mois, ce que nous n’avons pas pu véririfer. Mais, indéniablement le Zagg a tenu, sur une charge, durant le deux semaines de notre test, sans montrer signe de faiblesse, et en affichant toujours une batterie « dans le vert ». Un système de LED prévient, en effet, du niveau de charge de la batterie, et il est resté au vert pendant les semaines où nous l’avons eu en test. L’appareil utilise un système d’aimants pour détecter lorsqu’il est plié ou déplié et couper son alimentation en conséquence. Malin.

Le confort de frappe est très correct. Les touches répondent bien, malgré une course très faible et assurent un ressenti de frappe très acceptable. Les dimensions réduites du clavier – 85 % de la taille d’un clavier classique – rendent la frappe moins confortable que sur un clavier de pleine taille, ce qui ne surprendra personne.

IMG_5164

Le taux d’erreur demeure, cependant, assez faible et la vitesse de saisie augmente rapidement avec l’expérience. Tout juste note-t-on une posture de scribe devant son tandem clavier et iPad / iPhone, propice à l’introspection lors de la frappe mais un peu fatigante à la longue. Dommage, l’appareil ne propose aucun rétro-éclairage des touches, ce qui le rend peu confortable à utiliser en soirée.

Un bon produit pour un usage occasionnel

Niveau tarif, le Zagg se situe dans la tranche haute du segment, vendu 79 euros. Un prix un peu élevé malgré une qualité de fabrication indéniable.

L’ensemble, en tout cas, nous apparaît bien convaincant pour ceux qui désirent, occasionnellement, le confort d’un vrai clavier sur leur appareil iOS, sans pour autant vouloir s’encombrer d’un clavier / cover comme il en existe des dizaines.

ZAGG Pocket Clavier

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.