Comme c’est désormais la tradition depuis quelques temps, Apple a délié les doigts des premiers utilisateurs à qui elle a livré en avant première quelques iPhone 6s et iPhone 6s Plus. Cette évolution intermédiaire embarque-t-elle assez d’éléments nouveaux (3D Touch, nouvel appareil photo) pour justifier une mise à jour ? Que donnent ces nouveautés après quelques jours en main ?

Photo

6scam

En embarquant un nouveau capteur 12 mégapixels dans l’iPhone 6S, Apple ne s’est pas bornée à augmenter la résolution des clichés pris sous le pouce mais ajoute la prise de vidéos en 4K et les « Live Photos » qui animent quelque peu les scènes

Jim Dalrymple, pour The Loop, remarque un net gain dans les photographies réalisées avec de mauvaises conditions de lumière. « J’ai noté que je prenais de meilleures photos dans les scènes avec peu de lumière. J’ai toujours trouvé que les iPhone n’étaient pas les plus performants à ce niveau, mais l’iPhone 6s fait beaucoup mieux que ses prédécesseurs ».

Live Photos, note-t-il, demande un peu de temps pour s’y habituer : le système, qui capture 1,5 secondes avant et après la prise de vue, présente ensuite le cliché qui s’anime, en affichant cette série d’image supplémentaires. Le truc, avec Live Photos, c’est de ne pas bouger pendant les 3 secondes exigées. Sinon, il enregistre le mouvement de rangement de l’iPhone dans la poche, ce qui, avouons le, n’est pas des plus utile.

Les premières prises de vues que Mashable compare à celles tirées d’un Samsung Galaxy S6 Edge+ (ouf !) « sont moins saturées » mais « reflètent mieux la réalité ». La qualité technique des prises de vues restera à juger sur pièce mais il restera toujours une part subjective liée au rendu des couleurs. Face au smartphone de Samsung devenu la référence depuis sa sortie les images de l’iPhone 6S sont « plus précises avec une meilleure profondeur de champ ».

Plus technique, TechCrunch écrit que « même si Apple a utilisé des pixels plus petits pour en faire entrer plus (dans la même taille de capteur, NDLR) », ce qui aurait pu être un défaut a été « contré par des challenges d’ingénierie pour en corriger les effets négatifs ».

La possibilité de filmer des vidéos 4K ne laisse pas nos testeurs indifférents. USA Today conseille quand même, dans cette optique, de choisir l’iPhone 6S Plus, doté d’un stabilisateur optique (dont est dépourvu l’iPhone 6s).

Mashable note également le net progrès de la caméra frontale « qui prend de bien meilleures photos que l’ancienne » et couplée au flash Retina (l’écran de l’iPhone qui s’illumine brièvement en poussant le rétro-éclairage au maximum), « les images prennent une clarté agréable et uniforme ».

photo-6plus-vs-6splus

3D Touch

Principale nouveauté des iPhone 6s, le nouvel écran 3D Touch qui pèse sur la balance en ajoutant quelques grammes aux nouveaux smartphones, semble également parti pour peser dans le choix du renouvellement vers la gamme « S ». Implémentée en profondeur dans iOS 9, la technologie 3D Touch permet de créer des raccourcis vers les fonctions les plus utilisées (utiles ?) d’une application ou d’offrir différents niveaux d’aperçu / consultation d’un message ou d’un email. Elle est largement saluée par les chroniqueurs.

Pas de doute, pour Walt Mossberg, parmi toutes les nouveautés, c’est la fonction 3D Touch qui mérite le détour avec à la clef une navigation plus fluide et donc plus facile. À l’instar d’autres gestes qui peuvent paraître insignifiants comme le pincer pour zoomer ou le « swipe », Apple a la capacité de faire de ce geste lié à la pression, un élément fort de son système mobile. L’intégration matérielle est elle-aussi parfaite puisque si l’écran n’a pas changé extérieurement, à l’intérieur tout à été modifié pour faire fonctionner cette nouvelle possibilité.

« 3D Touch, c’est simplement la technologie la plus pratique que j’ai vu chez Apple depuis un bon moment », s’extasie l’ami Dalrymple. Pas seulement parce qu’elle est cool, mais parce qu’elle fait vraiment gagner du temps. Le gain de productivité est évidemment lié aux 3 actions qu’on peut déclencher selon la force de l’appui. Mais, attention, « un peu d’habitude est nécessaire pour maitriser ce système », prévient-il.

3d-touch

Même constat du côté de USA Today : « 3D Touch est quelque chose que vous allez vraiment utiliser. Mais ne vous attendez pas à le maitriser instantanément, même avec le subtil retour de force qu’il propose. Même après plusieurs jours, j’appuie parfois trop fort, parfois pas assez, ou je ne suis pas toujours assez précis », note Ed Baig.

Selon TechCrunch, 3D Touch n’est pas « le nouveau clic droit. Le clic droit ajoute des actions et de la complexité, alors qu’un raccourci 3D Touch retire des actions et réduit la complexité ». Ne pas avoir à lancer l’application et activer une option pour le faire dès l’écran d’accueil est la meilleure illustration du concept de « réduction de la complexité ».

Toujours selon lui, « 3D Touch permet de conserver le contexte pour ajouter un élément au calendrier, jeter un oeil à un email ou à un lien et déterminer si vous voulez vraiment le lire ». 3D Touch fait gagner du temps même s’il est encore très peu implémenté dans les applications tierces mais d’après Buzzfeed. « cela ne suffit pas à justifier la mise à jour d’un iPhone d’à peine un an ». Si l’on écoute Mashable, l’avis est tout contraire : « je ne vois pas comment Apple aurait pu mieux l’intégrer mieux que cela. 3D Touch à lui seul vaut le coût de la mise à jour de l’iPhone 6S Plus ».

Vitesse, prix

La seconde version de Touch ID (deux fois plus rapide que la précédente) s’attire les louanges, et Jim Dalrymple note que les choses vont désormais si vite, qu’il n’a plus l’occasion de faire ce qu’il faisait avec son iPhone 6s : il tapotait simplement sur le bouton Home pour réveiller l’écran et consulter ses notifications. Désormais, ce simple geste déverrouille l’iPhone. Étonnant.

Comme attendu, les coques pas trop ajustées des iPhone 6 et 6 Plus peuvent être utilisées sur les nouveaux iPhone 6s et 6s Plus, qui sont légèrement plus épais que leurs prédécesseurs.

En termes de performances, avec le nouveau processeur A9 double coeur épaulé par 2 GO de RAM, « l’iPhone 6S Plus fat facilement un Samsung Galaxy S6 Edge+ en tests mono-cores et malgré les 8 coeurs du Galaxy, le dépasse également en performance multi-coeurs » d’après Mashable. Il va sans dire que sans révolutionner l’architecture matérielle (même résolution d’écran), Apple en garde sous le pied pour des applications gourmandes avec son A9 et sa généreuse dotation en mémoire.

bench-6-6s

Mossberg tique sur le prix des téléphones. Si l’iPhone est excellent, il se demande si la différence de prix entre la concurrence et ceux d’Apple est justifiée. Autre sujet d’inquiétude, la capacité mémoire pour le modèle d’entrée de gamme qui reste bloquée à 16 Go. Mais au final, pour l’ancien chroniqueur du Wall Street Journal, l’iPhone 6s reste le « meilleur téléphone intelligent ». Mashable titre quant à lui « Maintenant que j’y ai goûté, je ne sais pas si je peux revenir en arrière ».

La suite, vous la trouverez dans le prochain test de l’appareil. :-)

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.