Vous cherchez une batterie discrète, légère, qui se glisse aisément dans un sac à main ou une besace ? Parmi l’offre pléthorique en la matière, nous avons testé la batterie Anker Astro 2, une batterie bon marché, vendue à partir de 10,99 €, disponible en plusieurs coloris d’un des leaders du secteur. Sa promesse, une batterie qui assure une recharge complète d’un iPhone 6 grâce à sa capacité de 3350mAh. Mais qu’en est-il dans les faits, et à l’usage ? Réponse dans notre test.

Packaging soigné

La première impression, à réception du colis, est bonne : la batterie arrive dans une petite boite cartonnée qui la protège idéalement, et est livrée avec un câble micro-USB et une petite housse de transport. La batterie en elle-même est tubulaire, d’un peu plus de 9 cm de longueur et 2,3 cm de diamètre. Un peu plus gros qu’un tube de rouge à lèvres mais à peine. Elle est revêtue d’un habillage aluminium qui se montre bien résistant aux frottements des clefs. Notre modèle adopte un bleu assez seyant.

Caractéristiques techniques

  • Entrée :5V / 1A
  • Sortie :5V / 0.8A
  • Capacité : 3350 mAh
  • Câble USB – micro USB 0,9 m
  • Dimensions : 95 x 23 x 23mm
  • Poids : 85 grammes

Une recharge complète d’iPhone 6 / 6s

Sur une face, on trouve la prise USB que l’on utilisera pour charger son iPhone, et la prise micro-USB pour recharger la batterie. Un petit bouton poussoir rond est également de la partie : il faudra appuyer dessus pour lancer le processus de recharge de l’iPhone. Quand celui-ci est lancé, une diode verte le signale. Elle s’éteint une fois la batterie déchargée, ou l’iPhone complètement rechargé, grâce à un système propriétaire nommé PowerIQ. Lors de la charge, elle chauffe légèrement, mais le phénomène est normal et semble tout à fait maîtrisé.

Nous avons utilisé cette batterie avec trois iPhone, un iPhone 6s Plus (batterie de 2750 mAh), un iPhone 6 (1810 mAh) et un iPhone 4s (1430 mAh). À chaque fois, celui-ci était totalement vide, sans aucun affichage à l’écran.

Le logo Apple s’affiche au bout de 5 minutes de recharge. Au bout d’un quart d’heure, l’iPhone 6s Plus affiche une recharge à 10 %, 11 % pour l’iPhone 6 et 14 pour l’iPhone 4s.

La recharge complète demande 2h30 pour l’iPhone 6, un peu plus de 2 heures pour le 4s tandis que l’iPhone 6s Plus vide la batterie complètement et n’a alors reçu que 75 % de charge, après 2h40 de connexion avec la batterie.

Globalement, les affirmations du fabricant sont respectées : l’iPhone 6 peut être rechargé une fois avec la batterie Anker Astro 2, l’iPhone 4s une fois et demi. Elle est, par contre, insuffisante pour recharge complète d’un iPhone 6s Plus

Recharger la batterie ? Il faut du temps !

Si l’appareil est conforme aux attentes en matière de capacité de recharge d’un smartphone, il est d’une lenteur assez incroyable quand il s’agit de le charger. L’opération, indique le constructeur, prend « 3 à 4 heures ». Nous ne pouvons le confirmer : il nous a systématiquement fallu plus de 5 heures pour recharger l’Astro 2, que ce soit directement sur le secteur, avec un adaptateur non fourni, ou branchée sur les ports USB d’un iMac. C’est long, mais pas nécessairement gênant si l’on recharge la batterie pendant la nuit.

Au rang des griefs, également, l’absence d’indication visuelle sur le niveau de charge de la batterie. La diode ne renseigne que pour indiquer la charge ou la décharge, mais rien ne permet de savoir la quantité d’électricité encore présente dans la batterie.

Un bon produit pour un usage occasionnel

Cette batterie, au final, ne manque pas d’atouts. Elle est compacte, légère, a priori assez solide, et plutôt bien finie. Sa capacité de charge demeure faible cependant, mais c’est le prix de cette portabilité. On peut trouver bien plus « gros », mais c’est aussi bien plus lourd, et plus cher. Côté design, elle devrait plaire au pus grand nombre avec sa gamme de coloris : noir, bleu, doré ou rose. Attention, selon les couleurs, les prix varient…

NOTRE VERDICT
Design
Performance
Rapport qualité prix
Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

2 COMMENTAIRES

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.