Comme aiment le rappeler Aged and distilled, les développeurs de l’application Napkin (OS X) – 39,99 €, « une image vaut mille mots ». En effet, cela reste encore aujourd’hui le moyen le plus efficace pour expliquer simplement les choses. Les applications d’annotation sont nombreuses sur Mac, toutefois, la majorité d’entre elles s’avèrent soit trop limitées, soit trop « usine à gaz » pour certains usages, que vous soyez un simple utilisateur ou un non-professionnel de l’image.

Napkin, comme nous le verrons dans notre test, a l’avantage de proposer des fonctionnalités complètes, et pour certaines, inattendues, tout en restant facile d’accès, ce qui lui permet d’être, sans aucun doute, une des meilleures applications d’annotation sur Mac.

Avant Napkin

Pour mettre en exergue une zone particulière d’un fichier image (.jpg, .png, etc) voire d’une photographie, il nous fallait utiliser des applications comme Photoshop, Affinity Photo ou encore Pixelmator, puis user de calques, jouer avec l’opacité de ces derniers ou créer un flou gaussien, pour masquer les éléments pouvant parasiter la lecture de l’information principale. Enfin, nous ajoutions du texte et dessinions des flèches pointant sur cette même zone d’information. Comme vous le constatez, cela faisait beaucoup d’opérations pour un résultat pas toujours convaincant, surtout si nous avions du mal à saisir ces fameuses notions de calque ou de masques de fusion.

Nous avons d’ailleurs fait l’expérience pour vous, cette opération nous a pris 4min30s sur Photoshop (en maitrisant l’outil), et moins de 30 secondes sur Napkin en quelques clics (en étant débutant), de manière extrêmement simple et intuitive, notamment grâce au « call-out » et autres fonctionnalités.

napkin-ps
Composition sous Photoshop en 4min30s
Napkin-napkin
Composition sous Napkin en moins de 30 secondes avec la fonctionnalité « call-out ».

Mais avant d’aller plus loin, attardons-nous quelques instants sur son interface.

Une interface simple et efficace

Napkin propose une interface simple et efficace. Simple, puisqu’ici point de fioritures, les menus et la barre d’outils sont clairs, bien identifiés, rendant le tout très agréable à utiliser. Efficace, car les fonctionnalités sont accessibles via le menu, la barre d’outils mais également via le clic droit, ce qui ajoute un confort d’utilisation non négligeable en économisant de nombreux aller-retour de curseur pour sélectionner les outils.

Napkin-clicdroit

Autre chose intéressante, un clic sur la petite roue crantée blanche sur fond bleu, située en haut à gauche d’une image sélectionnée, fera apparaître d’autres fonctionnalités comme le rognage, le masquage par pixellisation ou par flou gaussien d’un bout de texte ou zone d’image en particulier, la remise à l’échelle 1:1, et même la détection de visages (voir plus bas).

Napkin-rouebleue

Les préférences de l’application sont également simplifiées puisqu’elles se résument à la correction automatique de texte, les guides d’alignement et à l’activation/désactivation d’un son lorsque vous aimantez, par exemple, une flèche à une forme ou autres éléments. C’est tout !

Napkin-Pref

Des images, mais pas de PDF

Avant toute chose, et pour bien comprendre Napkin, il est important d’avoir à l’esprit que vous serez dans l’impossibilité d’ouvrir un fichier PDF pour l’annoter, si tel est votre besoin, préférez plutôt une application comme Notability. Napkin, quant à lui, s’utilise uniquement avec les fichiers images. Sa fonction première étant l’annotation de captures d’écran ou de photos afin de mettre en évidence ou masquer des informations importantes, chose très utile si vous faites des tutoriels, des guides d’utilisation voire des documentations techniques.

Importer un fichier image

Pour travailler sur un document, trois solutions s’offrent à vous, soit vous créez un nouveau document (format propriétaire .napkin), soit vous déposez un fichier image sur l’icône de Napkin dans le Dock, soit vous lancez l’application et cliquez sur l’icône « image » pour en importer une.

Napkin-NewDoc
Fenêtre d’accueil pour créer un nouveau document
Napkin-import
Importer une image en cliquant sur l’icône « image »

Un format propriétaire

Pour revenir quelques instants sur le format propriétaire « .napkin », considérez qu’il peut s’apparenter à un fichier Photoshop (.psd), c’est à dire qu’une fois rouvert, il conservera l’ensemble des objets qu’il contient et vous aurez, bien entendu, la possibilité de les déplacer, supprimer ou en ajouter de nouveau, ce que vous ne pourrez plus faire si vous exportez simplement votre travail en fichier PNG. Bref, jusque là, c’est assez classique.

Commencez à annoter

Une fois le fichier image importé dans l’interface de l’application, vous pourrez l’annoter à l’aide de texte avec ou sans style, de formes, de flèches, capsules de mise en évidence, jouer avec l’opacité de chaque objet, etc.

Napkin-annoter

Des formes à main levée

Plutôt que de cliquer sur l’icône flèche pour faire apparaitre cet élément dans l’interface, vous pouvez la dessiner à main levée en laissant le doigt enfoncé sur le bouton gauche de la souris tout en déplaçant le curseur dans la direction désirée. De même, si vous désirez dessiner une capsule de mise en évidence (call-out), il vous suffira de dessiner la forme à l’aide de la souris tout en maintenant le bouton gauche enfoncé. Si par contre, vous désirez dessiner une forme (carré, rectangle, rond), il faudra procéder comme ci-dessus, en maintenant la touche cmd enfoncée. C’est rapide, fort pratique et rarement pris à défaut ! Pour information, nous n’avons pas réussi à dessiner des triangles car l’application n’en propose tout simplement pas.

Napkin-forme

Sachez que vos formes ne seront jamais figées, vous pourrez modifier leurs tailles, et même la forme en elle-même, c’est à dire qu’à l’aide de la petite tirette verte, vous pourrez transformer un carré en carré aux bords arrondis, voire le transformer en rond. Notez également la possibilité de contraindre les formes en appuyant sur la touche MAJ.

Détection des visages

Napkin est bien plus puissant qu’il n’y parait, en effet, il est capable de détecter les visages sur une photo et de les mettre en évidence dans les capsules dédiées à cet effet. Attention, il s’agit bien d’une détection et non d’une reconnaissance des visages. Son fonctionnement est assez remarquable, même si nous avons réussi à le mettre en défaut avec des personnes posant de profil sur les photographies. Ceci étant dit, nous ne sommes pas certains que d’autres applications auraient su gérer convenablement cette situation.

Pour ce faire, il vous faudra importer, par exemple, une photo de groupe, puis de cliquer sur la petite roue crantée à haut à gauche de l’image, et enfin de choisir l’option « Call-out Faces in Image ». Les capsules contenant les visages des personnes sur cette même photographie seront créées automatiquement. Très pratique !

Napkin-visagedetect

Vous pouvez à tout moment, modifier le contenu d’une capsule en double-cliquant dessus, permettant ainsi le positionnement et l’agrandissement de ce dernier. Cliquer sur la petite croix rouge à l’intérieur de la capsule aura pour effet de supprimer son contenu, il ne vous restera plus qu’à en définir un nouveau en déplacement le centre/viseur vers la zone qui fera office de nouveau contenu. C’est terriblement efficace !

Masquer les visages ou les informations sensibles

Peut-être souhaitez-vous masquer certains visages d’une photo de groupe, ou tout simplement vos identifiants de compte iCloud ou autre sur une capture d’écran que vous venez de faire ? Pas de problème, Napkin a la solution !

Pour masquer les visages, soit vous procédez comme pour la détection de visage, c’est à dire, cliquer sur la roue crantée en haut à gauche de l’image et choisir dans le menu l’option « Redact Faces in Image », soit vous double-cliquez sur l’image pour l’ouvrir dans une nouvelle interface dans Napkin.

Napkin-visageflou

Dans cette dernière (celle qui sera également valable pour le masquage de texte), vous aurez accès à un outil pinceau sur lequel vous pourrez appliquer un filtre « flou gaussien » soit un marqueur noir, soit une pixellisation de la zone survolée. D’une simplicité déconcertante !

Napkin-pixel

Un aimant sous le lit

La question que l’on aurait pu se poser est : « Doit-on repositionner les flèches pointant sur un objet si l’on déplace ce même objet ? ». La réponse est non ! Les développeurs ont pensé à tout, puisqu’il est possible d’aimanter la flèche sur l’objet en question afin qu’elle suive son déplacement sur le canvas ! Ceci est également valable si plusieurs flèches pointent vers un même objet, pour le peu qu’elles aient été aimantées sur ce dernier.

Napkin-aimant

Un plan à plusieurs

Autre fonctionnalité qui peut s’avérer utile, Napkin permet de placer les objets sur divers plans. Comprenez par là, qu’un objet peut être placé par dessus ou par dessous un autre. L’opération est très simple, il suffit de sélectionner l’objet en question et de cliquer sur l’icône au choix (Front/Back) ou via le clic-droit (Bring to Front / Send to Back). Si votre composition comporte plusieurs plans, vous pouvez envoyer l’objet sélectionné directement au dernier plan via le clic-droit (send backward), ou au tout premier plan (bring forward).

Napkin-Plan
Flèche placée en dessous d’un bloc.

Capturer

Napkin a l’avantage de proposer deux modes de capture, la capture d’une photo prise avec la caméra frontale de votre Mac (icône « camera »), et la capture d’une fenêtre d’application ou d’une zone déterminée (icône « Screenshot). Pour capturer une fenêtre d’application, vous n’aurez à faire qu’un seul clic dans la fenêtre à capturer, si c’est une zone précise que vous désirez capturer, il suffira de cliquer et d’étirer le cadre de capture qui fera son apparition. Que vous utilisiez le mode « camera » ou « screenshot », le résultat de la capture apparaitra dans le canvas de Napkin.

Napkin-capture

Grouper, arranger, redimensionner, verrouiller, sélectionner

Avec Napkin, vous pourrez créer des groupes d’objets en les sélectionnant puis en cliquant sur l’icône « group », l’icône « Ungroup » ayant la fonction inverse. Attention toutefois, nous avons remarqué qu’un groupe d’objets ne peut pas être redimensionné dans son ensemble, c’est à dire qu’il n’est pas possible de modifier la taille de tous les objets en même temps, la seule possibilité offerte est le déplacement du groupe à travers le canvas. D’ailleurs, bien que vous ayez créé un groupe, il est possible de sélectionner n’importe quel objet le composant, et d’en modifier sa propre taille à l’intérieur du groupe. A vrai dire, nous n’avons pas bien compris cette limitation.

Napkin-groupe

Pour être certain que vos objets sont bien positionnés les un par rapport aux autres, l’icône « Arrange » qui propose plusieurs possibilités, vous permettra de les distribuer, voire de les aligner horizontalement (à gauche, au centre, à droite) ou verticalement (haut, milieu, bas). Le choix « Match Objects Size » quant à lui, permet de redimensionner des objets sélectionnés en se basant soit sur le plus grand, soit sur le plus petit ou en faisant une moyenne de la taille des objets.

Comme tout bon logiciel d’annotation, il est possible de verrouiller un objet ou un groupe d’objets sur le canvas afin d’éviter une mauvaise manipulation. Enfin, pour sélectionner plusieurs objets à la souris, vous devrez obligatoirement enfoncer la touche MAJ, un lasso en pointillé, qui constitue la zone de sélection, apparaitra.

Partager

Là encore, deux possibilités s’offrent à vous, l’icône « Share » permettra de partager votre compositions via Messages, Airdrop, Twitter, mail, etc, tandis que l’icône verte « .png » permettra de glisser-déposer le fichier sur votre bureau par exemple, ou dans la fenêtre d’une application de votre choix. C’est fort bien pensé, et vraiment très pratique à l’usage.

Napkin-partager

Pour conclure

Napkin est véritablement une bonne surprise, tant sur le plan de la simplicité d’utilisation que celui de l’efficacité en général. Rarement prise en défaut, cette application fera gagner énormément de temps à ceux qui recherchent un moyen simple d’annoter des captures d’écran pour établir des tutoriels ou documentations, sans se perdre dans des menus et sous-menus à n’en plus finir. Malgré les quelques limitations mentionnées plus haut dans ce test, et un prix un peu trop élevé à notre goût, Napkin (OS X) est une valeur sûre qui rendra bien des services.

Napkin (OS X) (uniquement en Anglais) de « Aged and distilled » est disponible sur le Mac App Store au prix de 39,99 €.

NOTRE VERDICT
Interface
Performances
Facilité d'utilisation
Qualité/Prix

4 COMMENTAIRES

  1. Bonjour,

    Je découvre votre site grâce à un post chez un de vos confrères ;) et je dois dire que je suis agréablement surpris par la qualité de vos articles ! Bravo. De la rédaction, de vraies images issues du test etc. Ça change des traductions approximatives de certains de vos confrères…
    Petite question : comment faites vous vos gif animés ? Moi je n’ai pas trouve d’autre processus que faire une vidéo (screenflow) puis de passer par gif brewery…

    Merci. Vous avez un nouveau lecteur.

    • Bonjour Fakoly,
      pour les Gif animés c’est très simple, j’ai effectué un enregistrement QuickTime, puis j’ai importé la vidéo dans Gif Brewery.
      J’aurais pu passer par Screenflow 5, mais étant donné que je désirais capturer qu’une partie de l’écran, QuickTime était la solution la plus simple et la plus rapide ;-)

      Merci pour vos éloges en tout cas, cela nous fait très plaisir ! Et surtout, bienvenue à bord ! :D

      NB: Notre test de Gif Brewery est ici

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.