La synthèse Express

En un clin d’œil, voilà ce qu’Apple a annoncé hier.

Une grande WWDC ? Enfin !

D’emblée Tim Cook a annoncé la couleur : « ce sera la meilleure et la plus grande WWDC ». Habitués aux superlatifs en tous genres chers à la pomme, il ne restait qu’à voir ce que Cupertino allait dérouler pour cette dernière keynote avant l’été.

Cook a cassé pas mal de codes dès le début, zappant la traditionnelle séance d’autosatisfaction et préférant attaquer le menu en livrant immédiatement le nombre d’annonces à venir dans la soirée : six. Ou alors un peu plus suivant comment l’on découpe…

Mais ce qui marque cette dernière keynote c’est le mot « enfin » que l’on peut coller à pas mal d’annonces… Enfin un iMac « Pro »… Enfin un iOS 11 fait pour les iPad Pro… Enfin une enceinte connectée…

Enfin bref, voyons ce qu’il en est.

tvOS

Le premier gros sujet de la soirée, c’était tvOS pour l’Apple TV. Pour le boîtier TV, les développeurs ont travaillé d’arrache-pied pour… obtenir l’arrivée d’Amazon Prime.

Et puis voilà. Ou presque. Le reste n’a pas été détaillé sur scène mais tvOS va gagner les mises à jour en arrière plans et notifications, un framework AVKit retravaillé.

Next.

watchOS 4

L’Apple Watch domine certes le marché des montres connectées haut de gamme, cela s’apparente pourtant un peu plus à un hobby qu’autre chose tant le public regarde le cher objet avec circonspection. Seuls les « vrais », ceux qui en ont une, savent… Ahem.
Bref, qui dit conférence des développeurs, dit nouveaux systèmes. watchOS passe le premier.

Pour ce qui se verra à peine, watchOS 4 fait fonctionner les apps en un process unique pour plus de réactivité sans toucher au code. Côté expérience utilisateur, les apps peuvent s’afficher en plein écran et offrir des couches graphiques pour superposer texte et animations.

Tout pour le fitness

Là où l’Apple Watch doit montrer ses muscles, c’est le fitness, marché largement attaqué par les bracelets connectés. Déjà une référence pour les sportifs, watchOS 4 emmène l’Apple Watch un peu plus loin avec le support d’une connexion Bluetooth directe avec les accessoires (l’iPhone ne fait plus le pont) et la possibilité de faire tourner certaines apps en arrière-plan.
Si vous êtes adepte de la salle (et que celle-ci a les équipements qui vont bien…), la montre s’appairera par le biais du NFC.

Des défis mensuels, récompensés par des animations festives, font leur apparition pour motiver les plus accrochés à leur canapé.

Cadran : Siri et Toy Story

Nouvelle livrée de watchOS = nouveaux cadrans… Passons le cadran Kadeiloscope au look particulier, Apple propose un « cadran Siri » avec des cartes d’informations intelligentes : trafic, événements du calendrier, nouvelles, etc. Ce cadran s’adaptera automatiquement au quotidien du porteur de la montre.

Mickey et Minnie ne sont plus seuls mais rejoints par trois acolytes de Pixar : Woody, Jessie et Buzz l’éclair (à la rescousse). Cependant Apple n’a pas dit s’ils allaient énoncer l’heure comme leurs deux prédécesseurs…
« Salutations, je suis Buzz l’éclair, je viens (donner l’heure) en paix. »

Des complications « En lecture » (pour la musique) et « Apple News » rejoindront les autres cadrans de l’Apple Watch.

Plus de musique au poignet

L’app Musique de l’Apple Watch qui s’apparente plus à une télécommande qu’autre chose synchronisera un peu plus. Derrière un nouveau design plus visuel, l’app Musique de la Watch récupère les Mix « Nouvelles musiques » et « Favoris » ainsi que les morceaux les plus écoutés.

De nouveaux bracelets pour l’été

Les bracelets à trous Nike+ inaugurent plus de couleurs, les bracelets nylon et fluoroelastomère rallongent la liste des coloris au choix : Aube, Pollen, Rose et « arc-en-ciel ».

watchOS 4 sera aussi le relais des améliorations d’iOS 11 comme le paiement direct d’Apple Pay Cash.

macOS High Sierra

Un peu comme quant le Leopard avait été saupoudré de « Snow » et Lion avait découvert la « Mountain », macOS 10.13 sera juste « High » (Sierra). Comme la tradition le veut, la mise à jour de cette année sera principalement consacrée à ce qu’il y a sous le capot, découvrons donc ce High Sierra.

APFS va remplacer HFS

Au coeur du système, macOS High Sierra adopte APFS (Apple File System), le système de fichier nouvelle génération déjà déployé sous iOS.
Sur Mac, APFS apportera le chiffrement natif des données et la protection contre les plantages mais c’est surtout du côté des performances que le changement se fera sentir. Une duplication de nombreux fichiers et dossiers est presque instantanée. Principalement destiné aux disques SSD, le système de fichiers sera adapté aux Mac à disque dur dans les semaines à venir.

Safari plus rapide, plus sûr

Safari n’est jamais en reste lors des mises à jour système et Webkit bénéficie d’un moteur amélioré pour des scripts exécutés plus rapidement, garantissant une navigation plus fluide.

Safari saura bloquer les vidéos en lecture automatique pour vous éviter de sursauter à chaque chargement de page. Mais c’est surtout votre vie privée à laquelle Apple tient. Non contente de favoriser l’intégration de bloqueurs de contenus sur toutes ses plateformes, Cupertino s’occupera d’identifier et de supprimer les données de suivi qu’utilisent les annonceurs. L’apprentissage machine rendra cette chasse plus intelligente et plus efficace avec le temps.

Metal 2, VR et GPU externes

Souvent critiqués pour leurs performances graphiques, les Mac devraient rattraper un peu leur retard en la matière grâce à macOS High Sierra.

L’API Metal 2 intègre le support de l’apprentissage machine et des GPU externes via Thunderbolt 3 pour un maximum de performances.
Les optimisations de Metal 2 permettent aux Mac de mettre un vrai pied dans la réalité virtuelle (VR) avec la prise en charge de la création de contenus. Valve arrive sur Mac avec son SteamVR, suivi par les outils de développement de Unity et Epic.

Photos fait preuve d’Aperture

Avec iPhoto et Aperture enterrés, Apple ne pouvait que « pimper » son application Photos au fil des mises à jour de macOS. Avec High Sierra, Photos ne gagne pas seulement qu’une nouvelle barre latérale fixe mais revoit son système d’édition de clichés. Les retouches colorimétriques sont plus fines, les ajustements plus précis et si cela ne suffit pas, Photos est capable d’envoyer l’image dans Photoshop (ou autre) et de la récupérer ensuite modifiée.

Les Live Photos reçoivent de nouveaux effets rigolos et votre photothèque s’ouvre à des services tiers pour la publication et l’impression de vos plus belles images, sans quitter Photos.

Mail, iCloud, Notes…

Mail met en avant les messages les plus pertinents en haut de liste et est capable de grignoter jusqu’à 35% moins d’espace qu’avant.

Les fichiers présents sur iCloud Drive peuvent être partagés ou proposés à la modification collaborative.

Notes prend en charge les tableaux pour des listes à plusieurs entrées plus pratiques…

macOS High Sierra sera disponible (gratuitement) à l’automne pour tous les Mac livrés après 2009.

iMac et iMac Pro

Après la mise à jour des MacBook Pro en fin d’année dernière, les iMac figuraient en bonne place pour recevoir leur cure de rajeunissement.

Point de miracle côté design, rien ne change à l’extérieur si l’on omet l’évolution légère de la connectique. Ah si, l’écran est 43% plus lumineux et propose un milliard de couleurs.

De nouvelles cartes graphiques

Derrière la dalle, les cartes graphiques Radeon peuvent embarquer jusqu’à 8 Go de VRAM sur les iMac 27″. De fait, les iMac 21,5″ sont 3 fois plus performants et les modèles 27″ gagnent 50% de rapidité sur la génération précédente.

Kaby Lake pour tous

Les processeurs Intel de 7ème génération font enfin leur apparition sur les Mac. Sur l’iMac, la puce peut tourner jusqu’à 4,2 GHz (sans le turbo !) et accepte deux fois plus de mémoire vive qu’avant.

Les MacBook et MacBook Pro passent également à Kaby Lake sur toute la gamme et la puce graphique intégrée gagne en performances et en mémoire interne.

Fusion Drive presque pour tout le monde

Tous les iMac 27″ embarquent désormais a minima un stockage hybride Fusion Drive. Seuls les iMac 21,5″ conservent des disques à plateau en standard. Les options SSD des iMac rejoignent celles des MacBook Pro avec 2 To d’espace au maximum et 50% de performances en plus. Le MacBook bénéficie aussi des SSD de dernière génération, de quoi rendre la machine encore un peu plus véloce.

L’iMac Pro n’est pas le nouveau Mac Pro

En révélant un iMac « badass » selon les propres dires de Tim Cook, Apple tente de faire patienter les pros qui n’en peuvent plus d’attendre le renouvellement du cylindre brillant.

Avec sa robe gris sidéral et ses processeurs jusqu’à 18 coeurs, cet iMac Pro s’avère sidérant. Comme son tarif… qui débute à 4999$ !

Les processeurs Intel Xeon cachés derrière la dalle 27″ 5K de l’iMac Pro ont de 10 à 18 coeurs et sont accompagnés exclusivement de stockage SSD. Pour refroidir la bête, Apple a dû revoir son architecture interne pour offrir une capacité de refroidissement 80% meilleure. Les Xeon ne seront pas les seuls à chauffer car la carte Radeon Pro Vega pourra délivrer jusqu’à 22 Teraflops…

Comme toute machine Pro qui se respecte, l’iMac Pro utilisera jusqu’à 128 Go de mémoire ECC et pourra stocker 4 Go sur son SSD.

Côté connectique, l’iMac Pro offre 4 ports Thunderbolt 3 et de l’Ethernet à 10 Gbits.

Cet iMac Pro, bien que cher, pourrait séduire plus d’un professionnel qui n’en plus d’attendre le nouveau Mac Pro et qui peut se satisfaire d’un tout-en-un ultra performant. On craquerait bien rien que pour la couleur gris sidéral…

iOS 11

iOS 10 fait un carton en termes de satisfaction et équipe la vaste majorité des appareils pommés mais Apple ne se repose pas sur ses lauriers et livre un iOS 11 plein de promesses.

Présentée en deux temps lors de la keynote, la dernière mouture d’iOS met autant l’accent sur les fonctionnalités que sur les performances et outils à destination des développeurs.

Un nouvel App Store

Apple aura mis le temps pour se pencher sur le berceau de son App Store et lui offrir une véritable seconde jeunesse…
Prenez l’app Musique, appliquez la recette graphique à l’App Store et vous avez une idée du nouveau concept.

Plutôt que de froides étagères numériques vues et revues, le nouvel App Store fait la part belle aux contenus éditoriaux, à la navigation colorée et engageante.
Un onglet « Aujourd’hui » fait le point sur les apps du moments et les « Jeux » font bande à part pour une expérience ludique dédiée.

Côté contenu, tout est fait pour vendre acheter plus : « stories » autour d’apps ou de développeurs, trucs et astuces, listes, recommandations, recherche avancée…

Les classements sont affichés plus nettement pour une identification rapide des apps qui valent le coup planquées au milieu d’autres résultats moins pertinents. De même les achats intégrés sont affichés dans l’App Store, comme on achèterait une extension à une app, plus facilement accessibles que dans certaines implémentations d’éditeurs.

Messages synchronise plus vite

C’est un des gros défauts des iMessages iOS et macOS : la synchronisation se fait mal (quand elle se fait). Avec iOS 11, les messages rejoignent iCloud et sont mis à jour entre appareils quasi-instantanément.

Le tiroir d’apps iMessage est revu pour faciliter la découverte et l’utilisation des autocollants et autres utilitaires.

Un nouveau Nouveau Centre de Contrôle

Déjà revu l’année dernière (et pas de la meilleure manière), le Centre de Contrôle change à nouveau drastiquement cette année.
Le Centre de Contrôle s’apparente à une seule page de gros boutons, sensibles à 3D Touch pour une interaction avancée. On risque de s’y perdre les premiers jours, mais avoir les fonctions de base ainsi que HomeKit et les contrôles musiques à portée de main doigt est une excellente nouvelle.

Certaines fonctions ouvrent un panneau secondaire pour plus de contrôle ; Musique par exemple.

Des fichiers en Files ?

Longtemps resté tabou, le concept de « fichiers » au sein d’iOS fait un grand pas en avant. Après iCloud Drive, c’est désormais Files qui offrira la possibilité aux applications d’accéder aux fichiers présents sur la tablette ou le téléphone. On est encore loin d’un système aussi ouvert que sur un Mac ou un PC, mais est-ce que l’utilisateur désire vraiment cela sur son appareil tactile ?

Apple Pay se la joue P2P

Apple Pay se démarque encore un peu des autres qui suivent de loin les pas de Cupertino en apportant le paiement de « personne à personne ». Envoyez de l’argent à quelqu’un aussi facilement qu’un Message.
Une fois reçu, Apple Pay Cash vous permet d’utiliser la somme pour vos paiements sans contact et même de la transférer sur votre compte bancaire !

L’iPad devenu vraiment Pro

Nous n’y croyions plus… Apple a enfin fait quelque chose pour rendre l’utilisation de l’iPad un peu plus « Pro ». Cupertino prétend que l’iPad est un ordinateur, mais il manquait encore certains arguments auxquels iOS 11 répond enfin…

Un nouveau et vrai Dock fait son apparition. Fini la limite à 6 malheureuses apps en bas de l’écran. Le dock s’élargit, accepte plus d’apps, se déplace et propose en sus 3 apps choisies pour leur pertinence (fréquence d’utilisation).

Le glisser / déposer, qui fonctionne aussi bien depuis le Dock qu’entre applications ouvertes, va révolutionner l’interface tactile des tablettes Apple. Intégré au travers du système et fonctionnant aussi bien avec du texte sélectionné que des images ou des fichiers, le glisser / déposer d’iOS 11 est d’ores et déjà LA nouveauté à ne pas manquer.
Poussant le concept à son maximum, iOS 11 permettra de faire des sélections multiples pour une productivité exemplaire à coup de glisser / déposer !

Misson Control sur iPad : un double-clic sur le bouton d’accueil présente un écran faisant à la fois office d’interface multitâche et de centre de contrôle. Les aperçus d’applications sont plus grands et plus pratiques à identifier.

iOS 11 va rendre l’iPad, quel que soit le modèle, véritablement pro et le poser en véritable « ordinateur » pour qui n’a pas l’utilité ni les moyens de se payer un Mac portable.

Côté développeurs

Pour ceux qui nous fournissent de belles applications, Apple a mis les moyens :
– de nouvelles API pour l’appareil photo,
– un SiriKit qui change de voix, sait traduire et offrir une expérience plus personnelle,
– ARKit pour le développement de jeux d’expériences en réalité augmentée,
– CoreML pour créer des apps intelligentes avec l’apprentissage machine,
– MusicKit pour intégrer Apple Music un peu partout.

Et encore plus

Sans compter ce qu’Apple pourrait ajouter / améliorer avant la sortie automnale de ce nouvel iOS, il y a encore plus à découvrir :

  • « Ne pas déranger pendant la conduite » qui coupe les notifications, laisse l’écran éteint et peut même répondre aux contacts favoris quand il détecte que vous conduisez.
  • AirPlay 2 pour une expérience audio multi-pièces dans la maison
  • Clavier à une main sur iPhone et clavier QuickType sur iPad pour une saisie plus rapide.
  • Prise de vue « Portrait » avec stabilisation optique, flash True Tone et HDR.
  • Live Photos avec Loop et Bounce pour mieux copier Instagram
  • Nouveaux formats de fichiers audio et vidéo pour gagner en espace de stockage

Avec 86% d’utilisateurs à jour sur iOS 10, Apple ne manquera pas son coup avec un iOS 11 des plus séduisants, surtout sur iPad !

iPad Pro

Apple sort donc un nouvel iPad Pro de 10,5” qui intègre un écran avec 20 % d’affichage en plus dans des dimensions quqsi similaires à celles de l’iPad de 9,7”. Curieusement, ces bordures plus étroites autour de l’écran en changent guère l’apparence de l’appareil. L’iPad Pro 10,5” mesure 25,06 cm de en longueur, 17,41 cm en largeur pour une épaisseur de 6,1 mm et un poids de 469 grammes (plus 8 grammes pour le modèle cellulaire). À comparer aux 24 x 16,95 cm de l’iPad de 9,7”, et à son épaisseur de 7,5 mm. Le poids des deux appareils est strictement identique. Niveau résolution, là où l’iPad 9,7” affiche 2 048 x 1 536 pixels à 264 ppp, l’iPad Pro de 10,5” affiche 2 224 x 1 668 pixels à 264 pixels par pouce (ppp).

ProMotion, ça glisse

Outre son design avec bordures réduites, le point fort de ce nouveau modèle tient à ProMotion, la technologie d’ajustement du balayage écran, qui arrive avec le support du rafraichissement à 120 Hz. Cette fréquence est variable : ProMotion s’adapte à la situation pour économiser la batterie et peut descendre à 24Hz seulement pour les images fixes. L’intérêt est évident : en rafraichissant l’image deux fois souvent qu’en 60 Hz, le mode 120 Hz assurera une expérience vidéo bien plus fluide, notamment dans les scènes d’action ou avec un travelling rapide. Il en ira de même pour les jeux, qui gagneront une fluidité inconnue. La bascule intelligente vers des modes de rafraichissement réduit sauvegardera pour sa part l’autonomie, toujours annoncée à « une journée entière » ou 10 heures.

Toujours au niveau de l’écran laminé, les deux modèles supportent les couleurs P3, et disposent d’une luminosité augmentée à 600 nits. Le taux de réflexion est de 1,8 % grâce à un nouveau traitement anti-reflet.

L’Apple Pencil gagne en célérité sur ces nouveaux iPad, avec un temps de réponse donné pour 20ms. Le dessin y gagnera en fluidité et précision, améliorant encore une offre déjà très séduisante pour les dessinateurs.

À noter que l’iPad mini 4 reste au catalogue.

A10X Fusion

L’iPad Pro de 10,5” mais également le grand iPad Pro de 12,9” disposent d’un processeur A10X Fusion, développé initialement pour les iPhone 7 en version non X, qui intègre 6 cœurs CPU, 3 cœurs à haute cadence, 3 à fréquence réduite pour les tâches peu consommatrices ; il est secondé par un GPU 12 cœurs donné comme 40 % plus rapide que sur la génération précédente. Niveau CPU, le gain n’est « que » de 30 %.

La Pomme a également intégré un processeur spécialisé dans le traitement des images, dit Processeur de signal d’image ISP, chargé des tâches d’apprentissage profond (reconnaissance des visages et des scènes) mais également sollicité pour les filtres images et vidéo. Dans l’ensemble, ces nouveaux modèles gagneront encore en rapidité par rapport à une gamme qui ne décevait déjà pas en la matière. La Pomme tient toujours le haut du panier sur les tablettes au niveau de leurs performances.

Au rang des performances, signalons aussi le passage – enfin – à une connectique supportant les débits de l’USB 3

Un clavier adapté

Le Smart Keyboard pour iPad Pro 10,5 pouces est disponible dès maintenant, au prix, salé, de 179 €. Apple ne renouvelle pas l’erreur commise lors de la sortie de ce clavier externe sur le premier iPad Pro 12,9” : il avait fallu attendre de longs mois pour une déclinaison française AZERTY, qui est disponible immédiatement pour le nouvel iPad Pro 10,5”.

HomePod

C’était le « One More Thing » d’hier soir, l’arrivée d’un nouveau haut-parleur domestique, qu’Apple assure très puissant et très qualitatif ; l’engin veut fusionner en un seul les avantages des haut-parleur Bluetooth de qualité, avec ceux des haut-parleur assistant type Echo ou Google Home. Cette volonté explique sans doute le positionnement tarifaire un peu élevé de l’appareil, qui sera proposé à 349 $. C’est près du double d’Echo d’Amazon, la qualité de son en plus.

Le HomePod fonctionne avec Apple Music, et la Pomme a été silencieuse quant à l’éventualité d’accéder aux services concurrents comme Spotify depuis l’appareil. L’engin mesure moins de 18 cm de hauteur et intègre un énorme woofer intelligent pour la restitution des basses, ainsi que 7 tweeters directionnels répartis sur son pourtour. Ceux-ci sont censés analyser et adapter intelligemment la diffusion du son pour s’adapter à la géométrie de la pièce où ils sont situés. 6 micro directionnels, capable de déterminer la distance entre l’individu et le HomePod et être capables d’entendre des ordres, même avec la musique à un son élevé.

Les HomePod peuvent être appariés à deux pour une restitution sonore mettant en avant la stéréo.

Le sommet de ce cylindre arrondi affiche les couleurs de Siri lors des interactions avec l’assistant Apple. Celui-ci se veut respectueux de la vie privée : la commande « Hey Siri », reconnue localement, déclenche seule l’enregistrement audio, et les requêtes sont anonymisées avant d’être envoyées à Apple.

Le HomePod intègre un processeur A8 en faisant sans doute le haut-parleur le plus puissant au niveau de ses capacités de calcul.

Au final, avec son design voisin de celui d’un caisson de basses SoundSticks d’Harman Kardon, sa taille réduite et l’intégration de Siri, le HomePod semble bien séduisant. Il sera proposé en décembre, aux USA, en Australie et en Grande-Bretagne, en deux versions, gris sidéral ou blanc.

Sur le cul

Le keynote de la WWDC 2017 demeurera marquant : son rythme frénétique témoignait de la multitude des annonces de la soirée, au point de parfois donner l’impression de survoler les choses et de passer du coq à l’âne. Il rassurera les utilisateurs de Mac, grâce à deux points essentiels : Apple a abaissé le prix de ses MacBook et MacBook Pro 13” d’entrée de gamme, ( avec un SSD qui passe de 256 à 128 Go ) et a annoncé l’iMac Pro, avec son tout nouveau système de refroidissement, qui place la barre très haut pour les créatifs et les productifs. L’arrivée de Kaby Lake sur les gammes est évidemment un plus bienvenu.

La Pomme pousse également, enfin, ses iPad, dotés de fonctionnalités multitâches avancées, qu’elle va peaufiner avant la sortie d’iOS 11, à l’automne. L’offre tablette s’en trouve vivifiée : on peut vraiment envisager de remplacer un ordinateur portable par un iPad Pro, sans avoir à tellement ajuster ses habitudes de travail, et avec la souplesse du multitouch.

Au rang des grands absents, aucune mention n’a été faite du prochain Mac Pro, qui aura fort à faire pour se démarquer d’un iMac Pro ultra-musclé. De même les fonctions de réalité augmentée dévoilées avec iOS 11 masquent mal l’absence de toute annonce concernant les éventuelles lunettes AR d’Apple. La Pomme se contente de rattraper son retard de ce point de vue avec des iMac plus puissants et capables de gérer la VR de manière fluide.

1 COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*