La nouvelle mouture de macOS ne se veut pas spectaculaire mais être une amélioration de Sierra, avec toute une série de raffinements, et surtout, en sous-main, de nouvelles technologies qui doivent assurer l’avenir du système des Mac. Il n’est pas pour autant dépourvu de nouveautés, dont voici les plus significatives.

Apple File System – APFS

Nous vous avons déjà présenté en détail l’APFS, le nouveau système de fichier par défaut de macOs High Sierra. Nous nous contenterons, ici, de lister les principaux apports de celui-ci. L’APFS, d’abord, est un système de fichiers 64 bits, capable de gérer jusqu’à neuf quintillions de fichiers, un million de milliards de fichiers. Il gère en standard le TRIM, qui optimise la durée de vie des SSD. Notez, cependant, que les Fusion Drive, qui associent SSD et disque à plateaux, ne basculeront pas en APFS lors de la sortie de High Sierra, mais plus tard, apèrs une mise à jour.

C’est au niveau sécurité, également, que le système de fichiers marque des points : il s’assure qu’un fichier soit toujours correctement enregistré sur votre disque, et utilise, en outre, le chiffrement des données. Le clonage de dossiers ou fichiers est nativement supporté, tout comme les snapshots.

L’APFS est un changement majeur, et de bas niveau : il importe, plus que jamais, de sauvegarder votre machine avant d’installer macOs High Sierra. Vérifiez donc que vous disposez d’une sauvegarde Time Machine à jour avant de cliquer sur installer. On n’est jamais trop prudent avec ses données !

Photos

La barre latérale de Photos est désormais persistante, avec une organisation plus logique. Photos était, il est vrai, assez troublant jusqu’à présent dans ce domaine. Les autres innovations concernent la lecture automatique des images, plus riche, avec la possibilité de recherches thématiques plus évoluées. La reconnaissance des visages a également été largement améliorée.

L’outil de gestion des images devient également plus performant dans l’édition des images, avec, enfin, le support des courbes. Certes, cette fonction se destine plutôt aux amateurs avertis – il n’est pas toujours aisé de comprendre les histogrammes, mais pour ceux-ci, c’est un grand apport.

Autre nouveauté, la possibilité de retoucher sélectivement les plages de couleurs – rouge, jaune, vert, cyan, bleu et rose. Pour chacune de ces gammes, on peut modifier la luminance, la saturation et la teinte.
Lors de l’utilisation d’un éditeur externe, les retouches sont automatiquement synchronisées avec la photothèque Photos.
L’applications Photos permet également d’utiliser des services externes pour l’impression de livres, calendriers et autre. Pour l’heure, l’essentiel de ces fournisseurs de service tiers fonctionne aux USA. Il faudra sans doute un peu de patience pour disposer d’un choix d’opérateurs en France.

Safari

« Nous avons testé Safari sur Mac et sur PC, et l’avons opposé à tous les autres navigateurs, sur tous les benchmarks. Et il les écrabouille tous sous macOs High Sierra. C’est exact, Safari est le navigateur le plus rapide du monde sous High Sierra », assurait Craig Federighi lors du keynote de la WWDC 2017. De fait, Safari 11 intègre un nouveau moteur javascript qu’Apple donne comme 80 % plus rapide que celui de Chrome.

C’est pourtant ailleurs que le navigateur Apple sous macOS High Sierra se distingue : dans ses fonctionnalités de navigation tranquille, avec le bloquage des vidéos en lecture automatique et surtout avec le bloquage du tracking publicitaire qui limite les possibilités de pistage publicitaire. Pour ce faire, Apple utilise l’intelligence des machines afin de séparer les cookies de suivi publicitaire et les empêcher de fonctionner. Il ne s’agit pas ici de bloquer les pubs, mais bien le suivi publicitaire. Et si le monde de la pub s’est élevé contre cette fonctionnalité, c’est signe qu’elle remplit ses objectifs. Merci Apple !

Et comme la Pomme a fait, en la matière, les choses vraiment bien, il est possible de régler finement les préférences de bloquage site par site : utilisation du mode lecteur par défaut, bloquage des pubs, affichage de la page à un taux de zoom défini et gestion des autorisation d’accès (caméra, micro, localisation) peuvent être définis site par site.

Mail

Le logiciel de courriel d’Apple, qui n’a jamais brillé par son côté novateur, supporte désormais la composition de mail plein écran en mode splitview, permettant de conserver d’un côté la liste de ses mails, de l’autre le mail en cours de rédaction.

Spotlight assure également la mise en avant des mails les plus populaires lors d’une recherche.
Mail se veut plus efficace dans son stockage et assure une réduction de 35 % de son empreinte disque. Une nouveauté bienvenue à l’heure des SSD.

Sous le capot

Apple introduit de nouveaux codecs photo et vidéo sur iOS 11 et macOS High Sierra. En matière de vidéo le H.265 ou HEVC remplace le H.264, assurant une compression jusqu’à 40 % supérieure par rapport à son prédécesseur. Ce nouveau codec est supporté de manière logicielle sur tous les Mac compatibles High Sierra, et de manière matérielle sur les iMac depuis la fin 2015, les Macbook et MacBook Pro 2016.

Metal 2 est donné, sur les appels système, comme 10 fois plus rapide que Metal 1, lequel était donné comme 10 fois plus rapide qu’OpenGL. Et de fait, sur les machines les moins puissantes, les animations système comme Mission Control, sont infiniment plus rapides, sans saccade.
Metal 2 est également mobilisé pour la gestion des cartes graphiques externes, alias eGPU, solution particulièrement intéressante pour l’édition, par exemple, de vidéo sur Mac portable Thunderbolt
Metal pour VR s’annonce comme une belle nouveauté ludique : Steam, Unreal Engine et Unity embarquent à bord du bateau et l’on peut espérer que le Mac rattrape ce qui’l faut bien appeler du retard sur ce domaine.

Améliorations éparses

Il est possible, sous macOs High Sierra d’enregistrer des Live Photos à partir d’un appel vidéo FaceTime. Mais pas de problème pour la confidentialité : les deux participants sont notifiés lors de la prise de vue.
Notes permet d’épingler les notes les plus importantes, qui restent ainsi en haut de liste. Et le gestionnaire d’Apple permet également d’intégrer des tableaux à vos notes.
Siri ne connait pas de grosse amélioration, sinon l’arrivée de voix censées être plus naturelles ; l’assistant d’Apple peut également s’intéresser à nos goûts musicaux, et suggérer des mix personnalisés pour Apple Music. La Pomme pousse son service de streaming par tous les moyens possibles.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*