Mis en avant par Apple sur son Mac App Store, Photolemur est un logiciel étonnant, qui se propose d’améliorer automatiquement les photos qu’on lui fait ingérer. Il ne propose, à ce stade, aucun réglage et fonctionne de manière totalement automatisée, utilisant des algorithmes d’intelligence artificielle pour améliorer 12 points sur les images, notamment les visages, la suppression du brouillard, la netteté, la balance des blancs, l’amélioration du ciel, des végétaux ou encore la suppression des artéfacts JPEG.

Interface minimaliste, logiciel polyvalent

L’interface de Photolemur se réduit à sa plus simple expression : une fenêtre pour glisser les images à traiter – le traitement par lot est possible – puis une fenêtre permettant de visualiser le cliché avant et après traitement, avec une glissière pour passer de l’une à l’autre. Minimaliste, mais fonctionnel en somme.

Bon point, Photolemur traitera à peu près toutes images que vous lui confierez : JPEG, TIFF, BMP, GIF, PNG, PSD sont ainsi gérés. Évidemment, s’il est question d’améliorations, l’idéal est de proposer des fichiers RAW, « bruts de capteur », qui enregistrent plus d’informations sur la scène, notamment dans les hautes et basses lumières, autorisant plus de latitude de correction. Dans notre test vidéo, nous montrons la différence entre le traitement d’un même cliché en RAW et en JPEG, elle est bien sûr saisissante.

Photolemur s’adresse à tous les types d’images, mais il vaut mieux l’utiliser lorsque les clichés sont un peu ratés, trop sombres, trop clairs, mauvaise balance des blancs, brouillard etc. Appliquer Photolemur sur une très bonne image – bien exposée avec de bonnes conditions de visibilité- peut… dégrader l’image. Par exemple en « remontant » trop les zones sombres, aboutissant à l’apparition de bruit dans ces zones et à une image peu naturelles.

Tout automatique, c’est simple, mais pas toujours parfait

Nous avons longuement testé Photolemur, sur une grande variété d’images. Globalement, le résultat obtenu est très satisfaisant, à peine moins bon le plus souvent qu’après une fastidieuse retouche manuelle. Et alors que vous passerez quelques longues minutes à jongler dans les courbes et les sliders en retouchant votre image, il ne faudra que quelques secondes à Photolemur pour faire son office.

Par exemple, sur le cliché ci-dessous, trop longuement exposé, la retouche manuelle permet de préserver plus de détails dans les hautes lumières sur les roches que Photolemur, mais l’aspect du cliché est très voisin dans les deux cas. Notez, et c’est une constante, que Photolemur améliore la netteté (ce que nous n’avions pas fait lors de la retouche manuelle), et ce de manière un peu exagérée.


On s’en rend aisément compte sur cet exemple de bord de mer : Photolemur supprime avec brio le voile d’humidité, ravive nettement les couleurs des végétaux mais déchire un peu l’image du fait d’une netteté trop forte.

Le logiciel fait globalement un très bon boulot pour déboucher les ombres, faire revenir les zones surexposées et redonner la pêche aux végétaux. Le filtre ne dénature pas l’image, et se contente de l’améliorer.

Cependant, il lui arrive d’être gravement pris en défaut, ce qui est l’un des points noirs d’un mode de fonctionnement entièrement automatisé. Sur ce cliché, pris en fin de journée, il interprète de manière erronée la lumière du soir, aboutissant au virage violet du cliché.

Visages et peau, attention à l’hyperréalisme

Une petite remarque particulière concernant les visages et le traitement de la peau : Photolemur retouche spécifiquement les visages, pour peu que ceux-ci soient l’élément essentiel de l’image. Et si globalement la retouche est correcte, le logiciel se permet d’affiner légèrement le bas du visage, au niveau des joues. Ça allonge le portrait, le rendant souvent « plus beau », mais c’est aussi une retouche structurelle mensongère, dont on peut ne pas vouloir. Une fois encore l’approche toute automatisée montre ses limites quant à l’adaptabilité aux spécificités des utilisateurs.

À l’inverse, la peau ne semble pas bénéficier d’un traitement particulier, et le gain de netteté débouche souvent sur un hyperréalisme photographique déplaisant. il vaut mieux, souvent, laisser un léger flou pudique sur nos imperfections épidermiques.

Il en va de même pour les cheveux : l’accentuation exagérée déchire ceux-ci de manière déplaisante.

Un bilan positif, mais contrasté

Au final, Photolemur est un logiciel attachant, qui se destine plutôt aux amateurs de photo qu’aux experts, qui ne pardonneront pas certaines exagérations dans le filtrage, notamment au niveau de la netteté. Dans l’immédiat, pour les pro, mieux vaut rester à DxO Optics Pro ou à la retouche manuelle, par exemple avec RAW Power. Mais, pour qui veut rapidement améliorer des images un peu ratées, il fait le plus souvent merveille.

Sa stabilité est bonne, mais pas extraordinaire : il a planté 3 fois lors de nos essais, mais s’est bien débrouillé pour les traitements en lot que nous lui avons confié (des utilisateurs se plaignent sur le Mac app Store de ce point). Photolemur supporte l’immense majorité des appareils photo du marché, mais mieux vaut tout de même vérifier sur cette liste si le votre s’y trouve.

Notez que le logiciel est en promotion les 9 et 10 septembre, proposé à 3,49 € au lieu de 21,99 €, son prix habituel. À ce tarif, c’est une excellente affaire d’autant que le principal point noir – la retouche entièrement automatique – devrait être gommé dans une prochaine mise à jour qui apportera la possibilité de régler la puissance des corrections.

On aime

  • balance des blancs automatique performante
  • traitement des RAW
  • débouchage des ombres
  • rapidité de traitement
  • traitement des visages bon quand reconnu

On aime moins

  • netteté exagérée, déchire les images douces (texture de peau notamment)
  • lenteur de l’enregistrement
  • absence de réglage
  • erreur parfois grossière
  • retouche de la géométrie des visages contestable
  • moins efficace pour les zones brulées
  • traitement de la peau ultra-réaliste

On aimerait

  • possibilité de régler l’intensité des filtres (done later)
  • possibilité de désactiver certaines fonctionnalités

  • Photolemur, 3,49 € (21,99 € prix hors promo), macOS

NOTRE VERDICT
Efficacité
Polyvalence
Stabilité
Rapport qualité / prix
Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*