Situation paradoxale que celle des acheteurs potentiels d’iPhone en ce mois d’octobre 2017 : la Pomme a sorti deux nouveaux modèles, dont le design extérieur ne change guère, c’est une habitude depuis l’arrivée des iPhone 6, mais qui embarquent, à l’intérieur, une série de composants – surtout le processeur A11 Bionic, qui en font les appareils les plus performants de la gamme. Mais dans quelques jours à peine, Apple va sortir l’iPhone X, plus cher, mais au design innovant, avec un écran bord à bord, une encoche « signature » et le premier écran OLED de la gamme.

Alors, mal né les iPhone 8 et iPhone 8 Plus ? Sans doute pas. Ils sont séduisants, très performants, avec une puissance de calcul sans équivalent, un écran True Tone IPS et un aspect bijou lié à l’utilisation du verre. À vrai dire, à ce stade, ils nous semblent même un choix judicieux pour qui est soucieux de ses finances. Si vous êtes dans ce cas, il ne fait guère de doute que la génération 2018 adoptera le design de l’iPhone X, à un tarif sans doute nettement plus abordable.

En attendant, découverte de l’iPhone 8 Plus, le meilleur de sa lignée.

Le poids du verre

Il ne faut qu’un instant pour soupeser le poids de la nouveauté, le verre au dos de l’appareil, qui donne un aspect luxueux à l’iPhone 8 Plus. L’iPhone 8 Plus pèse 202 grammes, contre 188 grammes pour l’iPhone 7 Plus. Dans l’absolu, la hausse n’est pas énorme, mais elle demeure sensible lorsque l’appareil est tenu en main.
Avec le recours au verre – un verre spécialement formulé pour Apple, censé être le plus résistant du moment – l’iPhone 8 Plus perd les bandes antennes en haut et en bas de son dos, pour ne conserver que deux légères marques sur les côtés. Autre nouveauté qui renforce l’aspect bijou, la bosse de la double optique n’est plus frappée dans le métal, mais figure comme une bague au-dessus du dos uni de celui-ci. La Pomme est désormais placée sous le verre, et le dos de l’engin est totalement lisse. Très agréable au toucher. Dommage que pour l’immense majorité d’entre nous, ce dos soit caché par une coque, pourtant largement indispensable. Le verre, même solide, ça casse !

Autonomie et recharge sans fil

L’autre nouveauté liée à ce design, c’est la possibilité d’une recharge sans fil à la norme Qi (prononcez chi). Moins efficace que la recharge filaire, elle exige de l’iPhone soit correctement positionné sur son support de charge. Toujours dans ce domaine, une nouveauté bienvenue chez Apple, déjà présente chez nombre de ses concurrents : la recharge rapide lors de l’utilisation d’un chargeur 29W USB-C – celui des MacBook Pro et du MacBook 12“ USB-C.

Lors de nos tests, l’affirmation d’Apple s’est totalement vérifiée : l’iPhone 8 Plus se recharge de 50 % en 1/2 heure, ce qui est précisément ce que nous avons constaté. Pas de surprise : depuis longtemps, la Pomme ne triche pas en matière d’autonomie, aux variabilités liées aux évolutions logicielles près.

Tant qu’à discuter autonomie, celle de notre iPhone 8 Plus 256 Go de test semble, à l’usage conforme aux affirmations d’Apple, et tout à fait en phase avec celle de l’iPhone 7 Plus. L’appareil tient une journée sans problème, et assure, sur le stress test batterie de Geekbench, 6h20 de fonctionnement continu. La performance est notable : Apple n’intègre dans son iPhone 8 Plus qu’une batterie 3,82 V, 2691 mAh, 10,28 Wh, moins puissante que celle de l’iPhone 7 Plus 3,82 V, 2900 mAh, 11,1 Wh. Dommage qu’Apple ne profite pas des gains matériels pour améliorer l’autonomie de ses appareils. Mais, répétons-le, celle-ci ne pose pas de problème sur les modèles Plus ; elle est par contre plus limitée sur l’iPhone 8.

Photo et vidéo, du mieux, un peu

C’est sans doute le domaine qui est scruté le plus précisément par les acheteurs potentiels : la photo et la vidéo sont des points forts des iPhone, et le modèle 8 Plus a même, un temps, détenu la couronne du meilleur photophone du moment ; elle lui a depuis été ravie par le Pixel 2 de Google.
Sur le plan matériel, l’iPhone 8 Plus conserve un capteur 12 millions de pixels, associé à une optique 6 lentilles grand angle ƒ/1,8, et un zoom ƒ/2,8 ; des caractéristiques strictement identiques à celles de l’iPhone 7 Plus, mais cette fois Apple a eu recours à un capteur plus grand, permettant des performances en basse lumière améliorées. La caméra de façade conserve un capteur 7 millions de pixel associé à une optique ƒ/2,2.

Une nouveauté significative se situe au niveau du flash, qui reste un flash quadri-LED true Tone, mais fonctionne sur le principe de la synchro lente : associé à un temps de pose plus long – merci la stabilisation optique – ce flash assure un éclairage 40 % plus uniforme. Le premier plan est moins brulé, et l’arrière-plan plus éclairé. Dans les faits, la différence est très nette par rapport à l’iPhone 7 Plus. Finies les photos déplaisantes avec le sujet surexposé sur fond noir, et les tâches de lumière qui aplatissent tout. Un beau progrès.

L’autre « grosse » nouveauté laisse plus dubitatif, au moins pour le moment : la fonction « éclairage de portrait » permet de modifier, avant ou après la prise de vue en mode portrait, l’éclairage du visage. 5 effets sont proposés : éclairage naturel, éclairage de studio, éclairage des contours, éclairage de scène et éclairage de scène mono. Les 3 premiers sont subtils, et plutôt réussis. Les deux derniers, plus spectaculaires, aboutissent à placer le sujet sur fond noir, en couleur ou noir et blanc. Et leur utilisation est nettement plus délicate. Pour peu que votre personnage soit sur un fond clair, le détourage apparait trop marqué, comme à la serpe, avec une gestion de la lumière peu ou pas réaliste. Pourtant, pour être activé, ce mode exige que le sujet soit très correctement éclairé, et placé assez près de l’iPhone. Si l’éclairage est insuffisant, ou jugé tel, le mode éclairage de portrait n’est pas proposé. En l’état, sorti de l’effet étonnant, on peine à trouver cette fonction utile, et pas gadget. Gageons qu’Apple va l’améliorer significativement avant de la sortir du mode bêta.

Pour les photos de tous les jours, l’iPhone 8 Plus fait mieux que ses devanciers, essentiellement dans les basses lumières, où son capteur plus grand fait la différence.

Le piqué est également en progrès, même s’il faut zoomer sur les clichés pour différencier nettement une photo prise par l’iPhone 8 Plus, de celle d’un iPhone 7 Plus.

Des améliorations, donc, mais plus incrémentales que nettes.

En matière de vidéo, les progrès tiennent aux performances exceptionnelles du processeur A11 Bionic. L’iPhone 8 Plus sait filmer en 4K à 60 images par seconde, ou en 1080 p à 240 images par seconde. Les ralentis deviennent encore plus spectaculaires, mais pour conserver une taille acceptable aux vidéos – désormais en HEVC, alias H.265 – Apple a recours à un taux de compression très élevé. Du coup, les vidéos au ralenti manquent de piqué et c’est très sensible à 240 images par seconde. Ceci dit, saluons la performance puisque cet iPhone 8 Plus offre les mêmes caractéristiques vidéo que la dernière née de GoPro, vendue 569 € seule.

performances haut de gamme

L’iPhone 8 Plus délivre des performances de très haut niveau, sans équivalent actuellement dans le monde des smartphones, rivalisant avec celles d’un MacBook Pro dual core i5 de 2017. Certes, les performances brutes, en crêtes, ne disent pas tout : un Mac pourra soutenir un niveau de performance durablement, là où l’iPhone 8 Plus sera obligé de temporiser un peu pour gérer son refroidissement. Mais tout de même, quelle performance !

Dans les faits, tout, sur l’iPhone 8 Plus, est plus rapide que sur les iPhone 7 : lancement des applications, multitâche, calculs gourmands (rendu vidéo par exemple).

Les benchmarks reflètent bien cette montée en puissance, et placent l’iPhone 8 Plus 20 à 40 % au-dessus de la génération précédente, selon les tests.

Sur le plan des performances graphiques, sachant que l’iPhone 8 Plus intègre le premier GPU « made by Apple », le gain se situe autour des 20 à 25 %.

Ce surcroit de puissance CPU et GPU se montre particulièrement utile sur les applications de réalité augmentée, qui offrent des niveaux de rafraichissement sans équivalent sur iPhone.

Le meilleur, pendant quelques semaines encore

Cet iPhone 8 Plus est un foudre de guerre, capable de répondre à tous les besoins du moment. Le niveau de performances est sans précédent sur mobile.

iPhone 6s Plus, 8 Plus et 7 Plus

Mais celui-ci ne suffit pas à masquer le peu d’évolution que représente ce modèle par rapport à la génération précédente : performances photo légèrement améliorées, mais essentiellement dans les basses lumières ou lors de l’utilisation du flash. Vidéo 4K à 60 images par seconde, ou 1080p à 240 images par seconde, mais peu d’évolution dans la qualité d’enregistrement ou de stabilisation des vidéos « classiques », à 30 images par seconde. Autonomie inchangée, mais arrivée de la recharge sans fil. Design inchangé sinon par l’arrivée du verre, qui rend l’appareil plus classe, mais plus lourd.

Changer pour un iPhone 8 Plus ne présente guère d’intérêt si vous possédez déjà un iPhone 7, mais demeure un bon choix si vous disposez d’un modèle plus ancien.

Cependant, l’iPhone 8 Plus sera bien sûr marginalisé par l’iPhone X, dont les précommandes ouvrent le 27 octobre. Le coup de frais niveau design, avec l’écran bord à bord et son encoche, l’arrivée des caméras True Depth en façade avec la reconnaissance faciale, la stabilisation optique des 2 optiques du dos de l’appareil pèseront lourd dans la balance.

Reste le prix, fort élevé pour cet iPhone anniversaire, qui peut justifier un « coup d’attente » avec l’iPhone 8 ou 8 Plus.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*