N’auriez-vous pas envie d’un peu de luxe à la française pour habiller votre smartphone ? Du côté de Saint-Tropez, la PME Noreve développe toute une gamme de protections de haute qualité pour iPhone et smartphone Android. La gamme est large, composée de nombreux modèles à rabats, à ouverture portefeuille, horizontale ou verticale, et de quelques modèles sans rabat. « Nos best-sellers sont nos housse à rabat », nous précise le responsable de l’entreprise.

Les gammes lorgnent clairement côté luxe, avec des tarifs qui commencent à 35 € pour du « cuir synthétique », pour grimper à 150 € pour des cuirs rares. Car c’est une particularité de Noreve, le fabricant propose un nombre très important de finitions pour ses protection: cuir lisse, grainé, Nubuk, cuir vernis, cuir Saffiano, cuir patiné etc… La finition est assurée à la main, avec une griffe artisanale revendiquée. Nous y revenons tout de suite.

Nous testons le modèle « patine » pour iPhone X, une coque sans rabat, vendue 150 €.

Cuir de très haute qualité

La coque cuir patine pour iPhone X que nous testons est l’un des modèles haut de gamme de la marque, elle même placée sur le créneau haut de gamme. Comptez 150 € pour ce modèle, dans une gamme qui commence à 35 €. Évidemment, pour ce tarif, vous avez droit au service luxe. La coque arrive dans une superbe boite, et est présentée avec un petit sac de transport en tissu. Délicate attention.

La première impression en main s’avère excellente. Le cuir de luxe choisi est très doux au toucher, mais assez texturé pour une prise en main très rassurante. L’iPhone ne nous glissera pas de la main, c’est l’évidence. Le fabricant a opté pour un cuir de haute qualité, et ça se sent.

Une fois l’iPhone mis en place, on peut juger de la pertinence des deux découpes sur chacun des bord pour permettre l’accès aux boutons. Impossible, avec une coque rigide comme celle-ci, d’espérer un accès au bouton sous la coque. D’autant que la finesse n’est pas le point fort du produit, dont l’épaisseur varie entre 3 à 5 mm.

Notre modèle présente une patine main, réalisée, nous a expliqué le fabricant, par un « artisan spécialisé dans le cuir ». L’effet est affaire de goût mais nous avons tendance à le trouver un peu appuyé. Les larges trainées sombres semblent rogner sur une partie marron clair au centre de la coque. Un effet plus doux nous aurait semblé agréable. Ceci dit, la coque est appelée à « vivre » et à se patiner différemment dans le temps, prenant un aspect encore plus personnel.

Et la protection écran ?

Si la coque Noreve assure une prise en main confortable et rassurante, et sans doute une très bonne protection pour les chocs arrières ou latéraux, elle sera inopérante pour les chocs sur l’écran. En effet, sur notre modèle, elle ne dépasse pas du tout, sur aucun des quatre bords affleurants, de l’écran. C’est lui qui prendra n’importe quel choc sur sa face, alors que la grande majorité des coques assure au moins une protection minimale à ce sujet, en dépassant de quelques dixième de mm la surface de l’écran.

Noreve nous a confirmé qu’il s’agissait d’une spécificité de notre coque, un défaut, et que leurs coques sont conçues pour dépasser en temps normal. Pas de chance pour notre exemplaire en somme. Ceci étant dit, la nature artisanale du procédé de fabrication, et la variabilité intrinsèque de matériaux nobles comme ce cuir ne permettent pas d’assurer un résultat totalement homogène. Une donnée à prendre en considération.

La coque ne dépasse pas sur les bords…

« Mixed bag »

Au final, notre opinion sur ce produit demeure partagée : très agréable en main, avec un look très spécifique dont la personnalité s’affirmera encore avec le temps, la coque Noreve sait séduire, mais échoue à rassurer complètement, du fait d’une protection inexistante au niveau de l’écran. Il s’agit sans doute d’un défaut spécifique à notre exemplaire de test, mais rien ne nous indique qu’il ne risque pas de se retrouver dans les modèles commandés par les clients. On recommandera donc plutôt de s’orienter vers des modèles à rabat, qui ne séduisent pas tout le monde, notamment les utilisateurs les plus acharnés des smartphones, qui rechignent à devoir ouvrir un rabat à chaque emploi.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.