Apple sort iOS 13, qui sera suivi, 10 jours plus tard, de sa première grosse mise à jour, iOS 13.1, qui sortira en même temps que la première version d’iPadOS, très attendue des possesseurs de tablettes pommées. Comme à chaque changement de version du système des iPhone, les nouveautés se comptent par centaines, du petit détail cosmétique au gros changement fonctionnel.

iOS 13 est déjà bien stable côté utilisateur, mais le tableau est moins rose côté développeurs, qui regrettent des implémentations d’API nouvelles mal documentées et globalement un manque de consolidation du système. Il ne fait guère de doute que le paysage s’éclaircira rapidement, dès la sortie d’iOs 13.1.

Avec iOS 13, Apple poursuit l’optimisation de son système, se concentrant cette fois sur le lancement des apps, et sur l’optimisation des paquets d’installation et de mise à jour, qui devraient peser jusqu’à deux fois moins lourd avec celui-ci. iOS 13 introduit également un mode sombre, disponible dans tous les compartiments du logiciel, qui devrait séduire les possesseurs d’iPhone OLED, avec leur noir profond. Les améliorations tournant également beaucoup autour de l’app Photos, qui gagne en souplesse et en impact, et la réalisation de vidéo, que l’on peut désormais éditer finement, dans leur luminosité, contraste, équilibre de couleur ou inclinaison. Le grand chantier de rénovation de Plans est également commencé, mais les résultats se concentrent sur les seuls USA, notamment avec la fonction Look Around, équivalent modernisé de Google StreetView. Enfin, Apple poursuit sa politique en matière de vie privée, en proposant une option « signer avec Apple » pour authentifier l’utilisateur sur les services tiers.

Découverte des 10 grosses nouveautés d’iOS 13.

1 le mode sombre

Direction l’application Réglages > Luminosité et affichage pour activer la fonction « apparence clair ou sombre » qui permet d’opter pour le mode sombre, ou le classique mode clair.

Un curseur à activer « Automatique » permet de basculer automatiquement d’un mode à l’autre en fonction de l’heure du jour : le mode clair en journée, et le mode sombre dès le coucher du soleil. On peut aussi, si l’on désire se passer des variations saisonnières, opter pour un bête choix horaire : mode clair entre telle heure et telle heure, et mode sombre à l’identique.

Pourquoi choisir le mode sombre ? Outre qu’il est éventuellement plus confortable pour les yeux durant les heures sombres, il est aussi spécifiquement pertinent avec les iPhone OLED (iPhone X, XS, et 11 Pro) qui s’accommodent à merveille du noir, éventuellement même avec un petit bénéfice en matière d’autonomie. Après, c’est essentiellement une question de goût.

Notez, enfin, que l’on peut ajouter un élément « Mode sombre » dans le Centre de contrôle, pour basculer d’un mode à l’autre à la volée.

2 Mes meilleurs clichés dans Photos

L’app Photos connait son coup de frais, Apple déployant de nouvelles fonctionnalités intelligentes, basées sur l’IA, pour proposer un nouvel affichage, plus dynamique, avec des vignettes de tailles adaptées et surtout n’affichant que les « meilleurs clichés » au sens de l’IA.

Avec l’onglet Photos, la nouvelle visualisation se déploie, associée à une barre basse permettant de changer la période de visualisation : jour le jour, par mois ou même par année.

3 lumière sur le portrait !

Au niveau de la prise de vue et de l’édition de photos, il y a aussi du neuf. Les possesseurs d’iPhone supportant le mode portrait peuvent désormais non seulement faire varier la netteté de l’arrière-plan, mais aussi faire varier l’intensité de l’effet d’éclairage sur le visage.

L’interface évolue un peu pour permettre ce changement : en mode édition portrait, deux symbôles sont affichés dans la partie supérieure gauche de l’écran, permettant de basculer de l’édition du mode d’éclairage et son intensité, à celui de la profondeur de champ.

Globalement, les outils d’édition sont plus complets – avec de puissants outils pour corriger la perspective, notamment, affichant par exemple une valeur numérique pour leur intensité, pendant que l’on ajuste celle-ci. Les filtres résultats peuvent également être finement ajusté, l’utilisateur réglant la puissance du filtre.

4 Édition vidéo

Désormais, il est possible de corriger vos vidéo, et plus seulement de les « trimer ». Les vidéos héritent, en fait, des mêmes réglages que les photos, dont on peut faire varier l’intensité : luminosité, balance des blancs, contraste sont de la partie mais aussi les réglages des ombres, de point noir, de vibrance etc… S’ajoute la possibilité de redresser les vidéos et de leur appliquer des filtres résultats. C’est très complet du coup !

5 Plans fait peau neuve… aux USA

Apple fait, depuis des mois, circuler ses flottes de véhicules sur les routes américaines, ceci afin de collecter directement les données pour son logiciel de cartographie. Fini de rigoler, maintenant les données son « in house », et plus achetée à des tiers plus ou moins fiables. Les efforts portent leurs fruits dans iOS13 puisque les données de cartographie américaines sont nettement plus détaillées que par le passé, notamment pour les éléments d’environnement comme les parcs et forêts. Le reste du monde disposera de cartes enrichies à partir de 2020, sans plus de précision.

Plans se dote d’une fonction « Look around », équivalent pommé duStreet View de Google. Du fait de l’évolution technologique, Look around est plus précis, et plus fluide que son équivalent googlien. Mais encore une fois, seulement aux USA.

Enfin, Plans se dote de la possibilité de créer des collections de lieux, pour les retrouver facilement. Par exemple, on peut imaginer collecter différents points d’intérêt près du domicile, ou du travail, ou en vacances.

6 Cap sur les performances

L’optimisation d’iOS, entamée avec iOS 12, se poursuit. Apple estime que Face ID sera 30% plus rapide qu’avant. Les apps se lancent plus rapidement également, jusqu’à deux fois estime Apple. Autre secteur d’amélioration, la réduction de la taille des paquets d’installation et de mise à jour, qui sont envoyés optimisés pour l’appareil cible.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.