Apple sort, aujourd’hui, macOS Catalina, alias macOS 10.15. Cette nouvelle version majeure signe l’atomisation d’iTunes, désormais séparé en applications distinctes, Apple Music, Apple TV et Apple Podcasts et l’arrivée du service de jeux sur abonnement Apple Arcade. Également au menu une fonction native pour utiliser un iPad, et un Apple Pencil éventuellement, comme second écran du Mac. C’est Sidecar. D’autres nouveautés parcourent tous les pans du système : commande vocale nettement plus performantes, application Photos remise au goût du jour, arrivée prochaine des applications « Catalyst », portée d’iOS etc…

Catalina : N’installez pas sans réfléchir !

Mais avant de découvrir tout cela, prenez le temps de considérer ce qui suit : mettre à jour une machine « de production », ou dont l’utilisation est cruciale est toujours un peu risqué, surtout avec une première version majeure, sans mise à jour corrective. La problématique est renforcée avec Catalina qui ne permet plus aux applications 32 bits de fonctionner. Une partie de la logithèque historique des Mac, et un grand nombre d’applications un peu anciennes, vont se retrouver sans utilité. Au premier rang desquels feu Aperture. Ce n’est pas tout : un renforcement de la sécurité du système – notamment la notarisation des apps – va limiter la compatibilité avec certains appareils externes et certains plugins logiciels, notamment dans le domaine musical. Mieux vaut donc réfléchir à deux fois avant d’installer Catalina, et attendre les retours sur les logiciels spécifiques dont votre flux professionnel ou personnel dépend.

Trio d’apps

Apple a choisi d’en terminer avec le « monstre » iTunes. Le logiciel, initialement conçu comme lecteur musical, s’est doté avec le temps de très nombreuses fonctionnalités annexes : gestion des vidéos, des livres, des podcasts, des appareils iOS et de leur sauvegarde. Le logiciel en était devenu bouffi, et sa logique fonctionnelle demeurait obscure aux débutants. Désormais, place à la clarté : trois apps spécifiques Apple Music, Apple TV et Apple Podcasts prennent en charge chacun des domaines concernés.

Ces apps sont essentiellement des portages de leur alter ego sur iOS. Elles sont simples, disposent d’une interface claire et agréable mais ne se comportent pas (encore) comme des apps totalement classiques sur Mac. Craig Federighi a assuré que ce serait prochainement le cas.

La gestion de la synchronisation et de la sauvegarde des appareils iOS devient l’affaire du Finder : une fois connecté avec un câble, ceux-ci montent sur le bureau (dans la barre latérale des fenêtres du Finder) et offrent les habituelles options de sauvegardes et synchronisation. Au final, l’ensemble est plus clair, mais nécessite de se réadapter un tantinet.

Sidecar : Sympa, mais pas pour tout le monde

La fonction Sidecar, accessible dans les Préférences Système permet d’utiliser un iPad comme moniteur secondaire d’un Mac, qu’il soit connecté de manière filaire, ou en Wi-Fi. L’iPad peut être en mode miroir, et reproduire fidèlement l’écran du Mac, ou en mode écran secondaire, avec un affichage propre. Dans tous les cas, l’iPad s’offre à la saisie, notamment avec l’Apple Pencil, et sert même à afficher la Touch Bar des Macbook Pro (chouette !).

Las, la Pomme limite assez nettement le nombre de Mac compatibles : Les iMac à partir de fin 2015, les Macbook et MacBook Pro à partir de 2016, les MacBook Air et Mac mini à partir de 2018, et les iMac Pro.

Si jamais vous avez un Mac juste un poil plus anciens, vous pouvez toujours essayer d’activer manuellement la fonction sidecar en saisissant, sur le Terminal (situé dans le dossier Applications / utilitaires) la commande suivante (il s’agit d’une commande unique, sélectionnez tout le texte et copiez-le dans le Terminal) :
defaults write com.apple.sidecar.display AllowAllDevices -bool true; defaults write com.apple.sidecar.display hasShownPref -bool true; open /System/Library/PreferencePanes/Sidecar.prefPane

iOSisation des apps

Avec Catalina arrive Catalyst, qui permet de porter simplement des apps iOS / iPadOS sur Mac. Twitter, Asphalt 9, Fener ou encore Proloquo2go ont tous annoncé l’arrivée d’apps Catalyst pour Catalina. L’arrivée d’Apple Arcade s’inscrit dans la même filiation, et une cinquantaine de jeux sont déjà proposés pour Mac sur le service, dont Oceanhorn ou l’excellent Speed Deamons.

Le système hérite aussi de fonctionnalités développées pour iOS, comme temps d’écran, tandis que l’app Rappels fait peau neuve, avec compatibilité avec Rappels iOS 13. Jusqu’à présent, les utilisateurs de Mac ne pouvaient pas faire fonctionner Rappels sur Mac, s’ils étaient passé à iOS 13, les deux versions étant incompatibles. C’est désormais du passé.

Améliorations à tous les étages

Comme à chaque mise à jour majeure, et même si le rythme des nouveautés n’est pas le même que sur iOS, macOS Catalina arrive avec de multiples améliorations au sein des apps Apple : Photos est plus intelligent, et présente vos images de manière sélective, avec des affichages par jour, mois et année, qui s’adaptent automatiquement.

On peut aussi désormais visionner des vidéos Souvenirs sur nos Mac et en modifier la durée, l’ambiance et le titre.

L’Apple Watch est désormais plus sollicitée : il est possible de valider des commandes exigeant un mot de passe administrateur en double tapant sur le bouton de la montre ; l’utilisateur peut évidemment choisir de saisir son mot de passe à l’ancienne.

Safari gagne quelques améliorations, à commencer par une page d’accueil intégrant des suggestion Siri, et une fonctionnalité Image dans l’image à partir du bouton audio d’un onglet. Mail, de son côté, gagne une fonction de blocage d’utilisateurs, bien pratique pour fermer le clapet des casse-pieds.

Accessibilité : toujours plus !

Bonne nouvelle du côté de l’accessibilité, qui elle aussi gagne pas mal de nouveautés intéressantes. Le contrôle vocal de la machine est désormais nettement plus capable, tandis que la dictée est plus précise et permet d’ajouter manuellement des mots spéciaux fréquemment utilisés (par exemple dans des champs lexicaux particuliers comme les sciences).

Installer ou pas ?

Nous vous avons déjà mis en garde en préambule, remettons le couvert en conclusion : Catalina implique d’assez importants changements, globalement positifs, mais qui demandent, pour certains, un temps d’adaptation, ou des mises à jour logicielles. Aussi nous vous conseillons de sagement patienter un brin – la première mise à jour corrective au plus tôt – et de vérifier la compatibilité de vos apps avec Catalina avant de vous lancer. Les assez nombreuses apps 32 bits mises au rencard – et pourtant pleinement fonctionnelles – la stabilité relative du système malgré 10 versions bêta doivent vous pousser à bien réfléchir avant de vous lancer. On sait bien que l’envie est forte de jouer avec les nouveautés, et que toutes les publications conseillent la prudence à chaque changement de système, mais c’est particulièrement vrai pour Catalina.

Un utilisateur averti en vaut deux.

Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

3 COMMENTAIRES

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.