L’année 2019 s’annonce comme un grand cru en matière d’iPhone : Apple propose une gamme aux tarifs élargis – vers le bas ! – et trois appareils qui partagent les mêmes performances, ou presque : l’iPhone 11, l’iPhone 11 Pro et l’iPhone 11 Pro Max. Les deux gammes présentent, évidemment des différences, que nous détaillons dans ce test des iPhone 11 et 11 Pro.

iPhone 11 vs iPhone 11 Pro : les différences

Même CPU, même GPU, les trois modèles se distinguent par la technologie écran – OLED pour les 11 Pro, LCD pour l’iPhone 11 – et la taille de celui-ci : 6,5” et 5,8” pour les iPhone 11 Pro et 11 Pro Max, et 6,1” pour l’iPhone 11.

Autre différence, le bloc optique qui intègre trois optiques sur les iPhone Pro, et deux sur l’iPhone 11. Ce dernier se contente de photographier à l’aide du grand angle 26 mm, ou du très grand-angle 13 mm. Il ne dispose pas du téléobjectif 52 mm des modèles Pro. Pour le reste, les performances photographiques et vidéo sont exactement identiques.

La résistance à l’eau est également supérieure sur l’iPhone 11 Pro – jusqu’à 4 mètres de profondeur pendant 30 minutes maximum – là où l’iPhone 11 n’est certifié que jusqu’à 2 mètres de profondeur pendant la même durée. Enfin, conformément à ses habitudes, Apple réserve le stockage le plus important à ses deux modèles haut de gamme qui seuls peuvent intégrer 512 Go de stockage, là où l’iPhone 11 se contente de 256 Go au maximum.

Dernière différence, outre le prix, la capacité des batteries, en hausse sur toute la gamme, mais maximale sur l’iPhone 11 Pro Max, puis sur l’iPhone 11 Pro, et légèrement inférieure sur l’iPhone 11. Le particularisme de la gamme 2018, où l’iPhone le moins cher, le XR, était aussi le plus autonome, c’est du passé.

Du neuf pour la photo

L’iPhone 11 Pro met fortement l’accent sur la photographie, et la vidéo. Le smartphone se dote, au dos, d’un impressionnant bloc de trois optiques – 13 mm, 26 mm, et 52 mm – lui permettant de couvrir un facteur de zoom X4. Son petit frère, l’iPhone 11 se contente de deux optiques – 13 et 26 mm – et donc d’un facteur de zoom X2.

Si chacune des optiques est couplée à un capteur 12 millions de pixels, elles affichent des caractéristiques différentes, notamment au niveau de l’ouverture qui est de f/1,8 pour le grand angle, f/2,0 pour le 52 mm et f/2,4 pour l’ultra grand-angle 13 mm. Malgré cette différence, Apple parvient à conserver une totale homogénéité lors des prises de vue, notamment au niveau de la balance des blancs et du passage d’une optique à une autre : le point de vue ne change que de manière imperceptible.

La grosse nouveauté est le capteur ultra grand-angle, qui n’existait pas sur les iPhone XS. Elle offre un champ de vision à 120°. L’optique est clairement conçue pour réaliser des clichés spectaculaires, avec un minimum de recul. Et le résultat est au rendez-vous : alors qu’une optique de ce type déforme forcément au bord de l’image, le phénomène reste remarquablement contenu dans le cadre de l’iPhone. On perd un peu en netteté au bord, mais vraiment, la qualité est excellente. Notez que cette optique n’est pas stabilisée, contrairement aux deux autres, ce qui ne pose pas vraiment de difficulté avec un très grand-angle.

3 optiques pour tous les usages

Sur les séries de clichés ci-dessous, vous pouvez observer les déformations des lignes, dues aux optiques

Ici, vous pouvez observer les cadrages spectaculaires que permet l’ultra grand-angle. Remarquez aussi le très faible niveau de bruit dans l’ombre, et l’excellent piqué.

Observez, sur cette toile, la déformation de l’optique très grand-angle. Regardez aussi la remarquable netteté au téléobjectif, et au grand-angle.

Sensibilité améliorée

Apple met en avant son mode nuit, et annonce, pour l’automne, le mode Deep Fusion, qui devrait considérablement améliorer le piqué des images, en cumulant, sélectivement, plusieurs clichés. En attendant, l’iPhone 11 Pro s’appuie sur un capteur plus sensible que celui des iPhone XS. Et si l’on peine à s’en rendre compte lors de clichés en extérieur, ça devient plus sensible dès que la sensibilité de la prise de vue augmente, et que la lumière diminue.

Regardez par exemple ce détail d’un cliché de crémaillère de porte sculptée. À gauche, le cliché obtenu par l’iPhone XS Max, à droite celui de l’iPhone 11 Pro. Notez la réduction dramatique de l’effet pâté – les pixels adjacents qui partagent la même couleur, donnant une impression d’écailles – et l’amélioration nette du piqué de l’image. C’est très sensible au niveau de la barbe du monstre.

iPhone XS Max – iPhone 11 Pro (détail)

L’excellent mode nuit

Le « mode nuit » des iPhone 11 et 11 Pro est fabuleux : il permet d’obtenir des clichés spectaculaires, en très faible conditions de lumière. En vérité, il permet même de réaliser des clichés dans la nuit la plus complète, se contentant de quelques grains de lumière, que les yeux humains distinguent à peine.

Jugez-en ci-dessous : les deux images ont été prises dans la nuit noire, sans aucun éclairage sinon le reflet d’un écran, dans un jardin protégé de la lumière de la ville. Cette nuit là, on n’y voyait rien, et pourtant !

Ce mode, cependant, ne semble accessible qu’avec l’optique grand angle, même si celui-ci est proposé lors de l’utilisation du téléobjectif. il n’est jamais proposé avec l’optique ultra grand-angle.

L’optique grand angle de 26 mm f/1,8 est la meilleure, couplée avec le plus grand capteur, le plus sensible également, et à la technologie Focus Pixel, pour assurer la mise au point. À l’inverse, les deux optiques – téléobjectif 52 mm f/2,0 et 13 mm f/2,4 pour l’ultra grand-angle – sont moins sensibles, avec des capteurs plus petits. De ces deux optiques « secondaires », seul le télé-objectif est stabilisé.

Si le mode nuit fonctionne comme le suppose le développeur, il n’est intéressant qu’avec l’optique grand angle. Une photo en mode nuit avec le téléobjectif ne sera qu’une version recadrée du cliché obtenu avec le grand angle, avec, à la clef, une perte de définition liée à ce recadrage.

Cadre étendu

Autre nouveauté, au fonctionnement moins idéal à ce stade, la possibilité lors de l’édition d’une photo grand-angle ou téléobjectif de recadrer celle-ci après prise de vue, en utilisant les informations hors champ, capturée avec l’optique la plus large. Lors du passage en revue de la photo, un icône avec un rectangle affublé d’une étoile signale que l’iPhone a capturé plus d’image que ce que révèle le cliché. L’édition du cadre permet d’aller cadrer plus large, en utilisant un second cliché plus large. Dans les faits, nous ne sommes pas très souvent parvenu à utiliser cette fonctionnalité, séduisante dans l’idée mais finalement assez obscure dans sa mise en œuvre. Les données annexes sont supprimées 30 jours après la prise de vue.

Vidéo

4K à 60 i/s

Les iPhone 11 et 11 Pro sont capables d’enregistrer des vidéos 4K à 60 i/s. Apple continue à présenter les options d’enregistrement dans l’application réglages, et pas directement au sein de l’application de prise de vue. C’est dommage, car ça ne simplifie pas le changement à la volée des paramètres d’enregistrement.

Pour le reste, les vidéos sont stabilisées optiquement lorsqu’elles sont filmées avec le grand-angle et le téléobjectif. Elles ne sont pas stabilisées avec l’ultra grand-angle, mais ça ne pose guère de problème : plus le champ est large, moins il est sensible aux petits mouvements du caméraman.

Prise de son audio zoom !

Une nouveauté discrète retient ici notre attention : l’audio zoom. Lors de l’enregistrement d’une vidéo, et selon l’optique utilisée, le microphone assure une prise de son directionnelle, plus ou moins prononcée. Si vous filmez au téléobjectif, elle sera très directionnelle, enregistrant directement le son de la personne cadrée. Plus le champ s’élargit, plus la prise de son suit le mouvement. Les résultats sont assez exceptionnels, et nous pesons nos mots : lors d’un salon ouvert au public, dans un hall aussi vaste que bruyant, nous avons pu enregistrer des interviews dont la qualité sonore n’avait pas à rougir par rapport à une prise de son via un micro-cravate ou porté. Un sacré résultat !

Le mode quicktake sympa mais limité

Avec ses iPhone 11 et 11 Pro et iOS 13, Apple introduit une nouvelle ergonomie dans son application Appareil photo, l’app de prise de vue et de vidéo fournie par Apple. Alors qu’auparavant si l’utilisateur maintenait le bouton de prise de vue appuyé, il prenait des photos en rafale – « burst mode » – désormais les iPhone 11 et 11 Pro sous iOS 13 enregistrent des vidéos dans ce cas. C’est le mode quicktake, dont l’objet est de permettre de basculer en enregistrement vidéo sans quitter l’interface de prise de vue, et sans avoir à en changer les réglages. La vidéo ci-dessous vous montre cette nouvelle ergonomie, qui s’avère assez pratique, mais exige que l’utilisateur soit réactif.

Mais attention si vous choisissez de bénéficier de cette nouveauté, car elle est quelque part limitée : le mode quicktake n’enregistre pas des vidéo 4K, même si c’est le réglage que vous avez choisi. Il se contente d’une vidéo 1920×1440 pixels, un poil supérieure au 1080p, mais évidemment loin des 3840 x 2160 du mode 4K.

En outre, la vidéo enregistrée adopte le ratio 4:3 d’une photo et pas le 16:9 d’une vidéo classique. Apple a fait ce choix de rester dans la cohérence d’avec la photographie, ce qui peut se comprendre, et sans doute aussi de limiter la taille des vidéos ainsi capturées, pour ne pas surcharger le stockage de l’appareil, peut-être. À prendre en considération avec d’utiliser sans modération.

Performances

Sur le plan des performances, une fois encore, l’équipe design processeur et GPU d’Apple montre son excellence : les gains de puissance de calcul avec le processeur A13 Bionic sont de l’ordre de 20 % par rapport au processeur Bionic A12 qui équipe les iPhone XS si on les mesure avec Geekbench 4 (multicœur) et de l’ordre de 14 % sur Jetstream 2. C’est conforme aux annonces d’Apple, et c’est plus que suffisant pour maintenir l’avance d’Apple sur ses concurrents.

Sur le plan graphique, c’est un gain de près de 30 % que permet cette génération 2019 d’iPhone. De la puissance, à revendre. D’autant qu’Apple a déployé dans la conception de ses processeurs des trésors d’ingénierie pour permettre de maintenir le niveau de performance optimal plus longtemps, limitant le recours au « throttling » (abaissement de la fréquence de fonctionnement pour gérer l’augmentation de température). Et lors des tests, on peut le confirmer : les iPhone 2019 chauffent modérément, sans que les performances n’en pâtissent.

La génération AUTONOME !

C’est ailleurs qu’il faut cependant hercher le grand bénéfice des iPhone 11 et 11 Pro : sur le plan de l’autonomie batterie. Enfin, la Pomme semble avoir entendu ses utilisateurs qui demandent plus d’autonomie, quitte à sacrifier un peu la finesse des appareils. Résultat, les iPhone 2019 assurent des niveaux d’autonomie inédits.

Sur le plan technique, voici les caractéristiques des trois batteries :

  • L’iPhone 11 intègre une batterie de 3110mAh (2942mAh sur l’iPhone XR) et 4 Go de RAM
  • L’iPhone 11 Pro intègre une batterie de 3046mAh (2658mAh sur l’iPhone XS) et 4 Go de RAM
  • L’iPhone 11 Pro Max embarque une batterie de 3969mAh (3174mAh sur l’iPhone XS Max) et 4 Go de RAM

Avec ces nouvelles batteries, l’iPhone 11 assure 17 heures de lecture vidéo, 1 de plus que l’iPhone XR, tandis que les iPhone 11 Pro et 11 Pro Max assurent une autonomie de 18 et 20 heures, respectivement. C’est évidement très confortable, et ça couronne la génération 2019 d’iPhone comme la plus autonome à ce jour. Dans les faits, et après 10 jours d’usage intensif, nous n’avons jamais franchi la barre des 25 % d’autonomie restante après une journée complète d’utilisation.

Le prix à payer – il y en a un – c’est l’épaisseur des iPhone, qui passe de 7,7 mm sur les iPhone XS à 8,1 mm sur les iPhone 11 Pro. Mais on ne peut se désoler de l’obsession d’apple pour la finesse et faire la fine bouche quand ce paramètre mineur cède devant l’autonomie d’un appareil mobile. Un bon choix de la part des équipes de design Apple !

La meilleure gamme d’iPhone depuis longtemps

Au final, nous sommes plus que séduits par la génération 2019 des iPhone : si l’iPhone 11 se place comme le choix le plus évident, avec un excellent rapport prix / performances, les iPhone 11 Pro et 11 Pro Max assurent une autonomie sans faille, les rendant aptes à affronter les journées les plus chargées. L’écran OLED de toute beauté qui équipe ces appareils, ainsi que la troisième optique – téléobjectif – dont est dépourvu l’iPhone 11 font de l’iPhone 11 Pro le choix de ceux qui ne veulent aucun compromis.

En 2019, Apple élargit ses gammes, sur le plan tarifaire, tout en les resserrant, sur le plan des performances : payer un tarif acceptable pour un appareil remarquable, mais doté de seulement 2 optiques et d’un écran LCD un peu inférieur, ou payer assez nettement plus cher pour un appareil sans compromis, qui représente ce que l’industrie peut proposer de mieux dans tous les domaines. Dans les deux cas, les performances sont identiques ; petit bémol, l’iPhone 11 n’est livré qu’avec un adaptateur secteur 5W, là où l’iPhone 11 Pro arrive avec un modèle plus gros mais plus puissant, 18W.

Bref, l’utilisateur a le choix, et c’est bien tant mieux.

Acheter les iPhone 11 et 11 Pro chez Apple

iPhone 11 Pro dès 1159 €

iPhone 11 Pro Max dès 1259 €

iPhone 11 dès 809 €

L’iPhone 11 est proposé à partir de 809 € en blanc, vert, mauve, noir, jaune ou PRODUCT(RED).

NOTRE VERDICT
Performances
Autonomie
Prix
Fonctionnalités
Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

2 COMMENTAIRES

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.