Thomson TO7, wikipedia

Retour vers le passé ? Apple, qui cherche à améliorer ses médiocres claviers intégrés actuels, a déposé un brevet intitulé COMPUTER WITH KEYBOARD, déniché par AppleInsider qui aura comme un goût de déjà-vu pour les vieux geek barbus, qui ont commencé leur découverte de l’informatique grâce au fameux plan informatique pour tous des années 80 qui avait popularisé, un temps, de curieuses machines françaises, les Thomson TO7. L’appareil, qui fonctionnait en basic, était équipé d’un clavier entièrement tactile, dont les touches étaient simplement signifiées par une petite excroissance de plastique qui en dessinait la forme. Avec son crayon optique pour pointer sur l’écran, l’appareil était tout entier tourné vers le futur antérieur.

Dans son brevet, la Pomme décrit un clavier du même type, composé d’une unique pièce en verre, avec les touches matérialisées par un léger rebord dans celui-ci. L’avantage vis à vis de la poussière – plaie des claviers intégrés actuels – est évident. Le confort de saisie est plus douteux même s’il est vraisemblable que l’empreinte des touches facilite la saisie (en aidant les doigts à se repérer). On ne devrait pas être très loin de l’expérience d’un clavier virtuel à l’écran tout de même. Dans une de ses implémentations, Apple réfléchi à améliorer le ressenti de frappe, en associant la touche à un rebord flexible, qui se déformerait pour imiter la frappe. On avoue avoir un peu de mal à se représenter la chose en fonctionnement.

Apple voit d’autres avantages à son clavier : la possibilité de simplifier grandement les déclinaisons localisées (par exemple notre chez clavier AZERTY), puisque les caractères imprimés sont tous associés à une même couche de matériau, située sous le clavier en verre.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.