Alfa Romeo a eu l’excellente idée d’utiliser les NFT avec le Tonale

Pour la plupart des gens, le terme NFT ressemblera à la collection de salopettes vendues, au plus fort de la bulle, pour des centaines de milliers d’euros. Le site l’avenir mal nommé de l’art numérique, qui semble chaque jour présenter de moins en moins d’intérêt pour la majorité des utilisateurs, pourrait avoir un brillant allié dans l’industrie automobile. Pas en termes de collection. Ni en termes de voitures virtuelles dans le métavers, mais plutôt en termes de planifier l’avenir de l’histoire d’une voiture d’une manière inoubliable.

Alfa Romeo, avec son nouveau Tonale, a fait une curieuse utilisation des NFT qui est en fait une idée remarquable et qui, très probablement, sera tôt ou tard copiée par le reste de l’industrie. Et il en sera ainsi parce que, fondamentalement, en utilisant la technologie NFT, il a été en mesure de garantir, de manière imperturbable, la valeur d’une voiture à l’avenir.

En termes simples, les jetons non fongibles ou NFT sont des actifs cryptographiques basés sur la blockchain, dotés de codes d’identification uniques et de métadonnées qui les distinguer les uns des autres et les rendre infalsifiables du moins en théorie. Cette technologie permet de générer un identifiant unique dont les données sont représentatives d’un moment dans le temps, certifiant ainsi leur authenticité.

Et c’est là que l’idée d’Alfa Romeo, née avec l’arrivée de la Tonale, prend tout son sens : générer une NFT certifiée, infalsifiable et transférable de l’histoire de la voiture, qui offre du d’un coup d’œil toutes les données pertinentes d’un véhicule spécifique. L’éventail des possibilités est énorme : des données spécifiques à la production de la voiture, son VIN, à l’historique spécifique de la voiture : kilométrage, cycles de batterie, révisions, rapports d’accidents, changements de pièces… l’éventail est énorme, et n’a vraiment pas de limites.

👉​A lire également  Elon Musk révèle le plus grand concurrent de Tesla, et ce n'est pas celui que vous croyez

Le NFT d’Alfa Romeo garantit la véracité de l’état réel de la Tonale


L’utilité du NFT d’Alfa Romeo est une garantie pour l’avenir de connaître précisément l’état d’une voiture de manière tangible et certifiée. Un pas de géant en avant non seulement pour un éventuel marché de l’occasion où l’on peut garantir que les données sont exactement ce qu’elles sont. C’est aussi pour que le propriétaire puisse facilement avoir accès à un certificat signé numériquement de l’historique de la voiture qu’il conduit.

Idée conceptuelle de ce à quoi ressemblerait le NFT. Ne correspond pas à l’image réelle.
Dans ce sens, sa plus grande utilité est peut-être de garantir l’état de la voiture lors d’une vente et d’un achat futurs, et elle résout d’un seul coup de nombreux inconvénients de la garantie de l’état réel de la voiture d’occasion. En outre, parce que la nouvelle Alfa Romeo est plus intelligente, elle ouvre la porte à la société pour continuer à ajouter la télémétrie automobile à ses NFT et à ses certificats d’état, de sorte qu’en un coup d’œil nous pourrions même savoir à l’avenir comment la voiture a été conduite par le propriétaire précédent. Des choses comme le freinage, si le seuil de RPM a été dépassé et pour combien de temps si la température du moteur/de la batterie a été correcte, etc. En outre, la manière de générer le NFT de l’Alfa Romeo Tonale est très simple, il suffit de générer le certificat à partir du Wallet de l’application mobile qui permet d’accéder aux informations et au contrôle du Tonale, déjà un standard dans l’industrie automobile. Cette façon d’utiliser les NFT n’est peut-être pas aussi spectaculaire que lorsque nous pensons à cette technologie en termes d’art numérique interchangeable, mais l’idée d’Alfa Romeo avec les NFT du Tonale est beaucoup plus utile, importante et tangible pour l’avenir du secteur automobile. Un avenir dans lequel, nous en sommes sûrs, le reste de l’industrie suivra les traces d’Alfa.

👉​A lire également  Elon Musk pense que Rivian et Lucid sont sur la voie de la faillite