Yann, lors du jugement d'instance

C’est un procès très médiatique qui s’est tenu, aujourd’hui, devant le tribunal correctionnel de Dijon : Yann, le jeune homme qui a détruit une trentaine d’iPhone et de MacBook avec une boule de pétanque, passait en jugement, un mois après les faits. Nous y étions.

Un iPhone 6 à problème

Ce trentenaire, sans emploi et vivant du RSA, a tout, pourtant, du fils de bonne famille : chemise blanche, jean qui tombe bien, coupe impeccable. Ce 29 septembre, il se décrit comme dans un « état de colère » monstre, après avoir essuyé un refus de prise en charge de son iPhone 6, acheté le 15 janvier 2015 à l’Apple Store de Dijon. Celui-ci perd parfois le réseau, et son multitouch cesse parfois de répondre. La maladie est connue mais Yann ne parvient pas à faire prendre son problème en charge et en garantie. Il a pourtant fait, pendant 9 jours, le siège téléphonique d’Apple, avant de se résoudre à se déplacer en boutique, où il essuie un nouveau refus.

Il « pète les plombs » selon son expression et casse, dans la boutique, une trentaine d’iPhone et de MacBook, avec une boule de pétanque. Le jeune homme peine à expliquer ce que faisaient cette boule de pétanque, et les gants dont il s’est équipé pour réaliser son action d’éclat, dans son sac, mais il conteste la préméditation. Alors qu’il s’apprête à sortir de la boutique, il est arrêté par un vigile, qu’il fera mine, à un moment, d’étrangler. Il est arrêté par la police, sera mis en garde à vue, garde à vue reconduite du fait de son absence de coopération.

Il comparait libre, pourtant, devant le tribunal. Son casier judiciaire est totalement vierge.

Apple est représentée par deux avocats, qui clament n’être pas venus « battre monnaie » mais réclament, tout de même, 57 211 euros de dommages et intérêts pour 31 iPhone et MacBook, 70 docks Lightning, et des câbles antivols détruits.

Un client à problème aussi

Yann n’est pas un inconnu chez Apple : en 2009/2010 il a déjà fait des siennes, puis en 2013. Il se plaint d’un dysfonctionnement de son matériel et réussi à se faire rembourser un iPhone 5 dont l’écran présentait des taches. À chaque fois, il fait le siège téléphonique et n’hésite pas à se faire menaçant avec ses interlocuteurs. Le directeur commercial d’Apple France a déjà déposé plainte contre lui après des menaces particulièrement appuyées.

Il reconnait l’attaque du 29 septembre, mais estime avoir été méprisé par le staff d’Apple. Il a mal réagi, d’une manière « disproportionnée » confessera-t-il d’une voix discrète. Son avocate, maître Henriot, le défend avec vigueur et un certain talent : elle remarque qu’Apple ne peut pas définir avec précision son préjudice. Entre le moment où les faits ont été commis et l’arrivée de la police, l’équipe de l’Apple Store a déjà fait le ménage et débarrassé les iPhone cassés. Quand on connait Apple, on comprend pourquoi : la Pomme tient plus que tout à montrer ses produits dans les meilleures conditions. Mais la chose fait mauvais genre devant le tribunal : l’entreprise aurait-elle quelque chose à cacher ?

Finalement le tribunal condamnera Yann à 6 mois de prison avec sursis, 2 ans de mise à l’épreuve avec obligation de rembourser les victimes, interdiction de se rendre au centre commercial dijonnais lieu des faits et obligation de travail.

Apple reçoit 17 758 € de dommages, et la condamnation aux dépens. La Pomme n’a donc pas été reçue dans l’intégralité de ses demandes, mais le jugement semble convenir aux deux avocats de l’entreprise, venus tout exprès de Paris. « Le tribunal reconnait une cote mal taillée », a précisé la présidente du tribunal correctionnel . Mais 57 000 euros, c’était trop, et le tribunal de voulait pas indemniser Apple sur le prix de vente des iPhone. « Les appareils d’exposition ne sont pas vendus au même prix que neufs, et le préjudice d’Apple porte sur le prix de production des iPhone », a estimé la Cour. Les dommages aux tables sont indemnisés intégralement, la Pomme ayant pu produire une facture.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.