Apple a supprimé les applications de VPN de l’app Store chinois, des applications qui permettaient de contourner la « grande muraille » du gouvernement chinois prohibant l’accès à de nombreux sites extérieurs à la Chine. Ce faisant, Apple s’est conformée aux nouvelles règles du pays comme elle l’a confirmé par voie de communiqué : « nous avons été requis de supprimer certaines app VPN en Chine qui ne sont pas conformes aux nouvelles réglementations du pays. Ces applications restent disponibles dans tous les autres marchés où nous opérons ».

Plus tôt ce mois-ci, Apple a annoncé qu’elle prévoyait de stocker toutes les informations et données concernant ses clients chinois sur des serveurs contrôlés par des sociétés proches du gouvernement chinois. Ces mesures, très restrictives, aident de facto la censure que le gouvernement chinois opère sur l’internet, censure qui s’est renforcée à l’approche du congrès du parti communiste chinois qui se tiendra au début de l’automne.

Quelques services de VPN se sont étonnés de la facilité avec laquelle Apple s’est conformée à des règles attentatoires aux libertés. « Nous sommes déçus de ces développements qui représentent les mesures les plus significatives pour bloquer l’accès aux VPN et nous sommes troublés qu’Apple aide les efforts de censure chinois », a indiqué ExpressVPN.

La Pomme estimait sans doute n’avoir guère le choix, d’autant qu’être en bons termes avec les autorités chinoises semble nécessaire à la poursuites des affaires dans le pays. Reste que l’affaire fait mauvais genre et qu’elle illustre, une nouvelle fois, le rôle de l’App Store dans des mesures de censure. L’App Store étant le point de passage obligé – hors jailbreak – pour installer des applications, il permet de supprimer l’accès à des applications sans qu’il existe de possibilité pour les personnes visées de contourner ces restrictions. Faire passer la « liberté du commerce » devant les libertés individuelles et le libre accès à l’information ne plaide pas pour l’éthique d’Apple.

1 COMMENTAIRE

  1. D’une part, l’assertion :«Apple a supprimé les applications de VPN de l’app Store chinois […] prohibant l’accès à de nombreux sites extérieurs à la Chine. Ce faisant, Apple s’est conformée aux nouvelles règles du pays» peut être retournée: « Apple vendait des applications de VPN sur l’app Store CHINOIS, des applications qui de facto contournaient la « grande muraille » du gouvernement chinois en permettant l’accès à de nombreux sites extérieurs à la Chine. Ce faisant, Apple ne se conformait pas aux règles du pays ».

    D’autre part: «La Pomme estimait sans doute n’avoir guère le choix, d’autant qu’être en bons termes avec les autorités chinoises semble nécessaire à la poursuites des affaires dans le pays.»; en fait :
       • la Pomme N’avait PAS le choix
       • être en bon termes avec les autorités chinoises EST INDISPENSABLE si on veut commercer en Chine
    Apple est bien placée, pour avoir été en butte à de multiples tracasseries (pour être gentil) de l’administration chinoise, pour savoir que sous des prétextes fallacieux (politiques mais aussi de protectionnisme avéré) son activité peut être stoppée net du jour au lendemain.
    La Chine n’est pas une démocratie, c’est comme ça.

    On peut – oui – se poser la question de «faut-il commercer avec les dictatures?». Mais on ne peut pas s’effaroucher que les entreprises qui choisissent de commercer suivent les règles du pays hôte.
    Je peux choisir de venir chez vous, même si vos gosses sont des têtes-à-claques; je ne peux pas appliquer chez vous mes règles en distribuant les beignes à-tout-va.
    C’est comme ça, chacun est maître chez soi.

    Après… Apple doit-elle commercer avec la Chine ? Ben… la Chine ds un mouvement suicidaire (?) pourrait aussi fermer les usines à iPhones.
    Individuellement, on peut appliquer des mesures de rétorsion à l’égard de la Chine (et des entreprises qui collaborent… parce que c’est le reproche implicite que vous faites à Apple) en n’achetant plus aucun produit chinois. Mais:
       • il va falloir accepter de finir à poil parce que tout vient de Chine,
       • avec un marché intérieur de 1,2 milliards, la Chine s’en tape.

À vous la parole !

*
*