Photo Emmanuel Maurel

Le désamour entre Apple et Attac passe devant les juges aujourd’hui, par le biais de la procédure des référés, qu’Apple a enclenché le 4 janvier dernier, après une campagne de manifestations de l’association alter-mondialiste. Attac a conduit plusieurs actions de manifestation autour du slogan « Apple paye tes impôts », dénonçant tout à trac l’évasion fiscale pratiquée par la Pomme, la faible répartition de ses bénéfices entre ses salariés et sa poursuite de la fumeuse mais médiatiquement populaire obsolescence programmée.

Que demande Apple ?

Dans son assignation, que décortique Libé Apple reproche à Attac des « démonstrations de force massive d’individus ou groupe radicaux » dans ses boutiques qui, horreur, « troublent gravement le fonctionnement de l’activité commerciale des magasins Apple ». En conséquence, la Pomme demande au tribunal « d’interdire à Attac toute intrusion dans ses magasins », sous peine d’une astreinte de 150 000 euros d’amende à chaque manquement.

L’image écornée

Devant le TGI de Paris, des dizaines de manifestants apportent leur soutien à Attac, associés à des personnalités de gauche, France Insoumise en tête. Benoit Hamon a également témoigné de son support, comme de nombreux internautes sur les réseaux sociaux.

Apple risque tout de même d’écorner son image en assignant de la sorte une association portant des revendications jugées positives par nombre d’utilisateurs de ses produits. Et se revendiquer, comme l’entreprise le fait dans son assignations, d’un « longue tradition de soutien aux individus et groupes qui expriment paisiblement leurs opinions », ne suffira sans doute pas à faire passer les paisibles militants d’Attac pour des brutes qui « vandalisent » les Apple Store.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.