Galit Gura-Eini. Photo © Dana Kopel

Avant la nouvelle année, Apple enregistre une nouvelle plainte à son encontre, en l’occurence celle de Galit Gura-Eini, une animatrice radio israélienne, qui s’offusque que sa voix soit utilisée par Siri, pour sa version israélienne, lancée en 2016. « C’est sans mon autorisation », estime-t-elle.

À l’appui de ses dires, sa voix a été enregistrée alors que l’idée même d’un assistant personnel vocal n’existait pas, l’année de la sortie du premier iPhone Edge, en 2007. Elle l’a été par un partenaire de Nuance Communications Inc., à qui elle a vendu des droits d’utilisation pour des « besoins légitimes ». C’est auprès de Nuance qu’Apple a collecté, légalement, ces données, réplique l’avocat d’Apple, Amir Halevy, qui précise que « sa voix dans Siri n’est rien d’autre qu’une série de syllabes assemblées par un algorithme » et que la jeune femme ne dispose d’aucun droit légal sur ces enregistrements, « pour lesquels elle a reçu une juste rémunération ».

Galit voit les choses autrement ; sa voix a déjà été utilisée dans Waze, le GPS communautaire de Google, mais elle a été suprimée lors d’une récente mise à jour. On ignore si c’est à sa demande. Concernant Siri, outre l’utilisation de sa voix « sans autorisation », l’animatrice radio s’offusque également de l’utilisation « impropre » de sa voix, utilisée par des possesseurs d’iPhone pour vocaliser des commentaires « sexuels, racistes ou violents ». Et comme sa voix est « largement identifiée », elle s’estime victime d’un préjudice qu’elle chiffre autour des 66 000 $.

1 COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.