Déjà mis en accusation, publiquement, aux USA pour avoir espionné T-Mobile pour en savoir plus sur son robot de test de fréquences cellulaires, le géant Huawei est maintenant accusé d’avoir déployé des trésors d’imagination pour copier certains éléments des Apple Watch ou des MacBook Pro. The Information (payant), qui rapporte l’information, donne plusieurs exemples concrets des méthodes de voyou du géant chinois.

Globalement la méthode est toujours assez voisine : contacter des fournisseurs connus de pièces pour Apple, leur faire miroiter de grosses commandes pour Huawei afin de tenter d’obtenir des informations, finalement, sur les produits Apple. Ainsi, un ingénieur Huawei a-t-il contacté un des fournisseurs d’Apple pour le capteur de mesure de l’activité cardiaque, lui demandant d’estimer le coût de production de cette pièce, en expliquant que la technologie de Huawei était similaire à celle d’Apple, mais en refusant de dévoiler les schémas techniques de la pièces Huawei. Ainsi espérait-il obtenir plus de détails sur le capteur d’Apple, et sur le coût de ladite pièce chez Apple.

Un autre exemple porte sur les matériaux utilisés sur la watch. Un autre ingénieur de l’entreprise chinoise envoie une photo du matériau utilisé par Apple à l’un des fournisseurs de la Pomme, lui proposant de « suggérer des designs avec lesquels il est déjà familiarisé ». Une autre fois, c’est la charnière d’un Macbook Pro 2016 qui est montrée à un fournisseur, sous forme de schéma technique, en lui demandant s’il peut fournir ces pièces à Huawei. Dans tous les cas de figure, les entreprises contactées ont refusé de collaborer.

Ce qui, sans doute, n’empêche pas les informations de fuiter. Si les chaines de production affectées à Apple sont très surveillées, avec des détecteurs de métaux aux entrées pour empêcher la sortie de pièces, il est nettement plus compliqué d’éviter que des employés ne parlent, ou ne réalisent des croquis des pièces qu’ils fabriquent. Et The Information affirme sans l’ombre d’un doute que Huawei, et d’autres entreprises chinoises, ont utilisé cette méthode pour obtenir des informations. En Chine, l’espionnage industriel est une affaire généralisée, pratiquée au sommet même de l’état.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.