Les rumeurs d’avant keynote ne sont pas toujours les plus fiables, les sources ayant tendance à se lâcher à l’approche de l’événement. Celui qui se tiendra ce soir à 18 heures, retransmis en direct et en français sur Slice42, ne fait pas exception. Apple est censée dévoiler ce soir son service de streaming vidéo sur abonnement, un abonnement pour un accès à la presse, ainsi que – c’est plus flou – un éventuel abonnement à un service de jeux iOS.

Les services stratégiques

Tim Cook a organisé le changement de pied stratégique d’Apple dès 2017, en tenant des réunions mensuelles consacrées aux services, estime le WSJ. Lors de ces réunions, les équipes d’Apple présentent à Cook une « vue radar » des sorties d’apps sur iOS, mettant en avant « celles qui sont censées avoir du succès » mais également d’autres apps qui peuvent « pénaliser ou bénéficier à Apple ».

Vidéo à 9,99 $/mois ou plus ?

L’abonnement vidéo permettrait de souscrire aux offres de Starz, Showtime et HBO pour « 9,99 $/mois chacun ». 30 $ pour les 3 catalogues semble élevé, comparativement aux offres de Netflix par exemple, la plus chère étant à 13,99 €. Apple intégrera aussi les programmes qu’elle produit, une bonne douzaine à ce stade, lesquels ne seraient pas accessibles gratuitement aux possesseurs d’appareils Apple comme ça a pu être indiqué par le passé.

Apple devrait élargir la diffusion de son app TV pour l’occasion, celle-ci pouvant être proposée par exemple chez Roku, ou sur les smart TV supportant AirPlay 2, notamment LG, Sony, Samsung ou Sharp.

200 titres de presse à 9,99 $/mois ?

L’offre presse semble plus facile à cerner, mais il est délicat de pronostiquer sur quels territoires elle sera proposée, USA uniquement ou également ailleurs dans le monde ? Basée sur l’offre de Texture, qui propose environ 200 titre pour un abonnement mensuel à 9,99 $/mois, l’offre d’Apple devrait conserver des paramètres voisins. Sur la presse US, Apple est censée avoir convaincu le WSJ mais pas (du tout) le New York Times ou le Washington Post.

Apple affronte de grosses réticences de certains éditeurs, souvent ceux qui s’en tirent le mieux dans la conversion vers les abonnements numériques. Apple chercherait à conserver 50 % des revenus, le reste étant partagé au prorata d’utilisation entre les éditeurs de presse.

Le jeu, invité surprise ?

Apple pourrait aussi dévoiler un abonnement ludique, permettant de jouer à des titres payants moyennant un paiement mensuel. Cette fois la répartition entre les éditeurs se ferait au temps joué, et Apple aurait tenté de convaincre les éditeurs de jeux premium.

Un paiement sur la base du temps joué pourrait déboucher sur un type de jeu mettant en avant la rétention des utilisateurs, ce qui les rapprocheraient des jeux free-2-play, où le temps du joueur est souvent la monnaie d’échange

Fair share

Soutenant toutes les annonces de ce soir, la question du pourcentage des abonnements retenus par Apple est cruciale : la Pomme a été attaquée par Spotify et Kaspersky sur les 30 % (15 % la seconde année) prélevés sur les abonnements, et sur les pratiques d’Apple qui agit à la fois comme « super éditeur », aux commandes de son App Store, déterminant les règles qui s’appliquent à tous, sauf à ses équipes, et comme « simple éditeur », dont les produits sont frontalement concurrents avec ceux des autres éditeurs.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.