Apple en est désormais convaincue, après quelques errances du côté de la joaillerie : son Apple Watch tient et construit son succès sur le secteur de la santé et du bien être. Mais la Pomme vise sans doute bien plus grand, avec sa base de 900 millions d’iPhone et d’environ 23 millions d’Apple Watch : construire tout un écosystème façon iTunes autour de la santé, et conduire la révolution numérique dans ce secteur. Le paradoxe de cette situation, estime Morgan Stanley c’est que malgré son historique, la Pomme demeure un acteur peu remarqué du secteur de la santé. En sondant une trentaine de responsables d’entreprise santé et d’investisseurs, la banque a noté qu’Apple était la grosse entreprise technologique qui recueillait le moins d’attention dans le secteur médical.

Ça va changer. Selon les analystes, Apple pourrait générer un business de l’ordre de 313 milliards de dollars annuellement sur ce seul secteur de la santé. Comment ? D’abord en vendant toujours plus d’iPhone et d’Apple Watch, mais aussi du stockage iCloud. Ça, c’est classique. Mais la Pomme pourrait aussi offrir ses services en matière de stockage du dossier médical, chose qu’elle a commencé à proposer aux vétérans américains, et placer ses Apple Watch par le biais du système d’assurance. L’assureur a tout à gagner à assurer des personnes qui suivent, par exemple, les recommandations d’exercice et d’activité de la montre. Pour le versant positif. Pour le versant négatif, qui n’est encore qu’une fiction, les assureurs pourraient aussi vouloir consulter ou connaitre les antécédents ou les paramètres médicaux de son futur assuré.

De manière plus globale, l’impact des wearables, de l’Apple Watch en premier lieu, sera aussi de donner des lectures statistiques des problématiques médicales. Pour le moment, le cœur bénéfice de l’attention de la montre, qui en suit le rythme et peut faire office d’électrocardiogramme. Mais demain, l’Apple Watch mesurera aussi la glycémie et bien d’autres choses encore, ouvrant la voie à une médecine plus prédictive, se basant à la fois sur des données personnelles et statistiques.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.