Apple s’est associée avec la banque Goldman Sachs pour son Apple Card, annoncée en mars dernier par Apple. La banque d’investissement est une nouvelle venue sur le marché de la clientèle grand public et contrairement à Citigroup, qui aurait refusé de s’associer avec Apple, Goldman Sachs croit en la profitabilité du service bancaire d’Apple, malgré ses fonctionnalités et avantages clients. Omer Ismail, responsable de la branche clients numérique l’a expliqué lors des rencontres Ignition finance de Business Insider.

Goldman Sachs croit à la profitabilité de l’Apple Card

Goldman Sachs n’est pas un spécialiste du marché grand public, ce qui est un « avantage » estime Omer Ismail, le responsable de Marcus, la division grand public US de l’établissement financier. « Nous n’avons aucun business Model ancien, nous n’avons aucune technologie ancienne », précise-t-il, estimant que cette « agilité » permet à Marcus d’être pleinement en phase avec les technologies du moment, et de ne pas être lesté par l’obligation de se fondre dans le moule des anciennes banques.

« Quand je pense globalement à Marcus, je ne souscris pas à l’idée que proposer des avantages clients substantiels implique d’être moins rentable (qu’une banque classique NDLR). Si vous proposez de bons avantages à vos clients, vous aller surtout réussir à vous attirer leur loyauté », précise-t-il.

Intérêts élevés

L’Apple Card propose, effectivement, plusieurs avantages substantiels pour les clients, qui la rapproche des néo-banques, ou des banques uniquement disponibles en ligne : opérations sans frais, transferts d’argent gratuit, et fonction « Daily Cash ». Cette fonctionnalité est la « récompense » de l’Apple Card. À chaque paiement, du cash est associé à votre Apple Cash. « C’est de l’argent, du vrai argent, vous pouvez payer tout ce que vous voulez ». 2 % du montant d’achat quotidien payé par Apple Pay est reversé en « daily cash », 3% si l’achat est fait chez Apple, et 1% chez les autres vendeurs. Le montant de ce « daily cash » est illimité.

Cependant, l’Apple Card fonctionnera avec des taux d’intérêts élevés, compris entre 13,24 et 24,24 % en cas de compte à découvert ou de besoin de crédit, ce qui devrait assurer une bonne profitabilité. Et malgré le programme Daily Cash, qui redonne des intérêts aux clients, les partenaires Apple et Goldamn Sachs pourront tirer un vrai profit des sommes en dépôt en faisant travailler cet argent, et en empochant une partie des intérêts réalisés.

Apple désire proposer son Apple Card dans une quarantaine de pays après son lancement aux USA, mais le calendrier de cette extension n’a pas été précisé.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.