Apple vient de transiger avec le trésor américain et accepter de lui verser 467000 $, pour avoir continué à travailler avec un développeur figurant sur la liste noire du pays, qui recense les pays sous embargo, et les entreprises suspectée d’activités terroristes ou liées au trafic de stupéfiant. L’affaire concerne un sloèvne, Savo Stjepanovic, qui détient majoritairement l’éditeur SIS d.o.o., installé à Trzin, près de Ljubljana en Slovénie.

L’homme est suspecté de trafic de stéroïdes et est inscrit sur la liste noire en février 2015, et en sera retiré en mai 2017. Entre-temps, Apple a effectué 47 paiements à l’éditeur, pour ses ventes sur l’App Store, où il proposait, notamment Pocket Drive +, une app de gestion de fichiers sur iOS. Au total, Apple a vendu pour 1,2 million de dollars de logiciels de l’éditeur durant la période de blacklistage.

La raison de cet échec à appliquer ces sanctions américaine est assez triviale : le système d’identification d’Apple avait enregistré l’éditeur comme « SIS DOO » au lieu de « SIS d.o.o. » et a, de ce fait, laisser passer les paiements vers l’entreprise. Et comme « à ce moment », le système d’Apple n’identifiait pas non plus toutes les personnes physiques associées à un compte développeur, le sieur Stjepanovic est passé à travers les mailles du filet.

En février 2017, Apple a mis à jour son programme d’identification, pour éviter ce genre d’erreur. C’est d’ailleurs la Pomme qui a averti le trésor américain du problème, le trésor la considérant comme « sans gravité ».

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.