De tout temps, les questions de délimitations territoriales, et les cartes géographiques afférentes, ont été sources de conflits, souvent entre la légitimité internationale et les états de faits. Et la mésaventure d’Apple face à la Russie, au sujet de la Crimée illustre parfaitement le problème. Ce morceau de terre, situé au sud de l’Ukraine et à l’ouest de la région du Kouban en Russie est l’objet d’un conflit entre la Russie et l’Ukraine, qui s’est catalysé en mars 2014. La Crimée est théoriquement – au regard du droit international – une république indépendante au sein de l’Ukraine mais elle est de fait sous contrôle Russe, après son « annexion » lors du conflit avec l’Ukraine. Comment, dès lors, représenter ce territoire sur une carte ? Avec quelles frontières, et quelle appartenance ? Sous pression de la Russie, Apple a semble-t-il accepté de « rattacher » la Crimée à la Russie, rapporte la BBC.

Si initialement ce rattachement cartographique n’était visible que lors de l’utilisation de Plans depuis la Russie, le nouvel état cartographique semble s’être étendu au reste du monde. Aujourd’hui, Plans d’Apple montre une Crimée Russe, avec une frontière séparant le territoire de Crimée de celui de l’Ukraine. Pire, lorsque le logiciel est utilisé depuis la Russie, le rattachement des villes de Crimée comme Symferopol et Sebastopol à la Russie est explicite. Or, ce rattachement de fait n’est pas consacré par la communauté internationale, qui, majoritairement, ne le reconnait pas et le considère comme un coup de force. Le droit international semble, cependant, ne guère peser face aux enjeux commerciaux.

Comment souvent dans les matières qui ressortent des questions de puissance étatique, Apple n’avait guère le choix : elle était sous pression depuis plusieurs mois de la part des autorités russes, notamment de la Douma, le parlement du pays, pour « rattacher » la Crimée à la Russie. Apple plaidait pour laisser le flou et ne rattacher la Crimée à aucun pays, ce que la Russie considérait comme « inexact ». Pour finalement céder aux exigences russes. La président de la commission sécurité et anti-corruption de la Douma russe s’est félicité de « la mise en conformité » du territoire sur le logiciel de cartographie d’Apple. La Pomme a refusé de commenter ce changement.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.