Ça n’aura pas trainé : quelques heures après la mise en lumière des pratiques douteuses de Facebook qui payait des adolescents et jeunes adultes pour pouvoir accéder à la quasi intégralité de leurs échanges sur smartphone, le réseau social fait savoir, par communiqué, qu’il arrêtera l’application concernée, qu’il appelle un outil de « recherche marketing ». Sans pour autant s’estimer fautif de quoi que ce soit.

« Des faits essentiels concernant ce programme d’études de marché sont ignorés. Contrairement aux affirmations des premiers articles, il n’y avait rien de «secret» à ce sujet; notre app s’appelait littéralement application de recherche Facebook. Ce n’était pas de « l’espionnage », car toutes les personnes qui s’étaient inscrites pour participer participaient à un processus d’acceptation clair, avec demande explicite d’autorisation et étaient payées pour participer. Enfin, moins de 5% des personnes qui ont choisi de participer à ce programme d’études de marché étaient des adolescents, tous avec un formulaire de consentement parental signé », a indiqué Facebook.

Facebook conduisait ses enquêtes à travers un logiciel, en grande partie basé sur un VPN nommé Onavo. Celui-ci était installé avec un accès root aux transmissions des iPhone ou smartphones Android sur lequel il était installé . Ce programme était un programme volontaire, qui recrutait des participants âgés de 13 à 35 ans, et les rémunérait jusqu’à 20 $ mensuel pour l’accès à leurs données.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.