Une semaine à peine avant le keynote de lundi prochain, Apple n’a toujours pas signé d’accord avec deux des plus importants quotidiens américains, le New York Times et le Washington Post, estime Business Insider qui a parlé à quelques responsables presse.

Du côté du conservateur Wall Street Journal, les choses seraient plus avancées, voire signées, la publication estimant que le service de news d’Apple constituera un relais de croissance d’importance.

Apple présente son service en mettant en avant son expérience dans les abonnements, avec Apple Music. Mais, observent les éditeurs de presse, les deux domaines sont forts différents et bien souvent les lecteurs se fichent d’avoir accès à 200 publications : ils veulent essentiellement accéder à une, deux, ou quelques publications ciblées.

Autre écueil, les finances. Selon les estimations, Apple pourrait proposer son service autour de 10 $ par mois, et reverser au moins 5 $ aux éditeurs. Cette somme est vraisemblablement partagée selon le taux d’accès aux différentes publications. Ce qui au final ne représentera que quelques cents par abonnés et par journaux, quelques dollars tout au plus. À comparer aux 15 $ mensuels d’un abonnement direct au New York Times, on comprend les réticences.

S’ajoute à ces difficultés, déjà sérieuses, le fait qu’Apple ne partage pas les données de ses abonnés, ni un mail de contact, rendant a priori impossible la communication directe entre la publication et ses lecteurs.

Aussi regardera-t-on avec intérêt les contours du service que dévoilera Apple lundi prochain. Sans trop nous faire d’illusions sur son arrivée rapide en France, où la presse n’est pas moins un champ de mines.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.