Le projet de data center qu’Apple essaye de conduire en Irlande rencontre pas mal d’oppositions, notamment du côté des défenseurs de l’environnement, qui s’inquiètent de son impact énergétique. Mardi, une réunion publique se tenait à Galway, lieu de l’implantation de l’installation, durant laquelle Rory Mulcahy SC représentant Apple Distribution Ltd a tenté de dissiper les craintes.

Le data center, qu’Apple comptait initialement ouvrir en 2017, doit servir de stockage, avec un projet équivalent conduit au Danemark, aux données européennes de la Pomme, et héberger les iTunes Store, Maps, les données Siri ou encore les iMessages européens. Il s’étend sur près de 25 000 m2 et représente un investissement de plus de 760 millions d’euros ; mais il est retardé du fait de 8 procédures engagées contre lui.

Les craintes portent notamment sur la consommation électrique du site, et son impact sur le réseau national irlandais. Et c’est effectivement un problème d’ampleur : à terme, si le projet se développe comme attendu, ce data center serait, d’ici 15 ans, le plus gros consommateur privé d’électricité d’Irlande, et représenterait plus de 8 % de la consommation nationale. Plus, à vrai dire, que la consommation de la ville de Dublin. Apple prévoit que son installation pourrait requérir 2102 Gigawattheures à l’année, là où la consommation irlandaise en 2014 était de 25780 Gigawattheures.

Apple ne propose pas de développer de production d’énergie sur le site, mais affirme que son data center sera alimenté à 100 % en énergie renouvelable, même s’il sera connecté au réseau électrique national. Cupertino compte participer à des projets de développement d’énergies renouvelables irlandais qui selon certaine sources ne se réaliseraient pas sans son concours. Le projet de Galway impliquerait la création de 300 emplois locaux. À suivre.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.