La seconde demande du procureur spécial en charge de la vaste affaire de corruption en Corée du Sud aura été la bonne : Jay Y. Lee, le vice-président, mais dirigeant de fait de Samsung, a été arrêté ce matin et mis en détention provisoire. « Nous reconnaissons qu’il y a une raison pour le mettre en détention, compte tenu des nouvelles charges criminelles et des nouvelles preuves », a indiqué la Cour centrale du district de Seoul. Jay Y. Lee n’a que le titre de vice-président, mais c’est le dirigeant effectif du chæbol, son père et président, Lee Kun-Hee, est gravement malade et ne peut plus diriger celui-ci.

Jay Y. Lee a été placé en détention à la prison de Uiwang, au sud de Seoul. La cour a par contre rejeté, une seconde fois, la demande de mise en détention de Park Sang-jin, le président de Samsung.

Jay Y. Lee, le vice-président de Samsung, est suspecté d’avoir payé plus de 34,3 millions d’euros à Choi Soon-sil, l’amie corruptrice de la présidente coréenne, pour qu’elle favorise la fusion de deux filiales de Samsung, C&T Corp et Cheil Industries Inc. La Fair Trade Commission et la Financial Services Commission sont, de leur côté, soupçonnées d’avoir mis en place des mesure favorisant Samsung, et renforçant la main mise de la famille dirigeante du groupe sur celui-ci.

Park Geun-hye fait l’objet d’un procès en destitution dans cette affaire, destitution votée par le parlement qui doit être validée par la Cour constitutionnelle.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*