Il y a le feu à la maison Uber : après seulement 6 mois d’activité, son président, Jeff Jones a démissionné, citant des différents dans la manière d’appréhender la direction de l’entreprise. Uber a confirmé cette démission, sans désigner pour l’heure de successeur. L’entreprise a visiblement été prise de court par ce départ, annoncé par Recode avant même que la nouvelle ne soit connue en interne.

Plusieurs éléments semblent avoir motivé sa décision : d’abord la recherche d’un Chief operating officer par Uber, ensuite les nombreuses polémiques autour du service, notamment concernant des accusation de harcèlement sexuel et de sexisme. Les nombreuses polémiques avec les chauffeurs autour des mauvaises conditions de rémunération de ceux-ci ont également joué un rôle important dans son départ.

« J’ai rejoint Uber pour son ambition, et le challenge de faire devenir cette entreprise vraiment globale pour assurer son succès à long terme. Il est cependant clair désormais que ma manière de voir et d’appréhender la direction n’est pas compatible avec ce que j’ai vu chez Uber, je ne peux plus continuer à en assurer la présidence. Il y a des milliers de personnes étonnantes dans cette entreprise, et je leur souhaite vraiment le meilleur », a-t-il indiqué.

Le CEO d’Uber, Travis Kalanick , a confirmé, en interne, ce départ, quelques temps après : « après notre annonce concernant la recherche d’un COO, Jeff a pris la difficile décision de nous quitter. C’est dommage que sa décision ait été annoncée par voie de presse mais il était important pour moi de vous l’annoncer par email avant de faire des commentaires publics ».

Jones avait travaillé 5 ans chez Target, avant de rejoindre Uber et d’y remplacer Ryan Graves, en charge du service de livraison UberEverything. À l’époque, son embauche a été mise en avant comme une grande victoire pour Uber.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*