Quand le géant mondial de la publicité en ligne laisse entendre qu’il développe un bloqueur de pub, c’est bien qu’il y a « le feu au lac ». Google travaillerait sur ce projet, destiné à être intégré à Chrome sur toutes les plateformes et à être lancé d’ici quelques semaines. Mais, prévient l’informateur du Wall Street Journal, Google pourrait décider de ne pas sortir ce logiciel.

Évidemment, n’allez pas imaginer que Google veuille vraiment bloquer les pubs : c’est son principal gagne pain. L’idée est plutôt de filtrer les pubs jugées « non acceptables », telles que définies par le programme « Acceptable Ads ». Soyez assuré que les pubs de la régie Google seront toutes acceptables, tandis que celles d’autres régies pourraient être filtrées. C’est malin, en fait.

Google songerait à éventuellement filtrer toutes les pubs affichées sur un site, si celui-ci présente des pubs jugées non acceptables, et pas seulement les pubs concernées. Cette fois c’est un problème éthique qui se pose : qui juge ? et comment peut-on s’arroger un droit de vie ou de mort sur certains sites qui tirent leurs revenus de la publicité.

Mais Google n’a guère le choix : le phénomène des bloqueurs de pubs a pris une ampleur considérable, et menace son business. Et même s’il est très immoral pour l’entreprise qui est en partie responsable des abus publicitaires – fenêtres popup non sollicitées, vidéo en ligne à lecture automatique, pubs sonores… – de tenter de se positionner comme chevalier blanc et juge de paix des pubs acceptables, le poids de chrome – qui représenterait 47 % du surf aux USA – est tel que le lancement du bloqueur Google pourrait redéfinir le marché de la pub.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*