C’est sur une forme d’épilogue paradoxal que débouche, aujourd’hui, « l’affaire » des supposées puces chinoises espionnes, glissées lors de la production sur les carte-mères Super Micro : l’entreprise a demandé à ses fournisseurs de ne plus produire ses pièces en Chine, tandis qu’elle développe dans le même temps ses capacités de production directe.

Super Micro a été mis sous le feu des projecteurs après un article fameux de Bloomberg, dévoilant cette supposée opération d’espionnage. Les serveurs « infectés » de Super Micro étaient vendus aux géants américains de la technologie, dont Apple et Amazon. Après avoir lancé ce pavé dans la mare, Bloomberg est ensuite largement resté muet, sans jamais réagir aux contre-enquêtes conduites qui, toutes, mettaient en question les prétendues révélation de la publication. Agences nationales de sécurité américaine et anglaise, Amazon et Super Micro, cabinet de sécurité extérieur avaient bien cherché, sans trouver aucune des fameuses puces espionnes. Apple, de son côté, demandait à Bloomberg de se rétracter, ce que l’agence n’a jamais fait.

Le fait qu’aucune preuve de carte-mères compromise n’ait été trouvé n’a cependant pas suffi : les accusations d’espionnage industriel visant la Chine sont très nombreuses, sans doute bien trop pour que toutes soient infondées, la Chine ne faisant d’ailleurs qu’à moitié mystère de l’existence, notamment, d’unités militaires chargées d’opérations de cyber-guerre. Le soupçon est là, bien installé, et, mine de rien, produit de grands effets.

Super Micro n’est que le troisième fournisseur mondial de serveurs, derrière HP et Dell. Mais c’est bien la production mondiale de carte-mère qui change de profil. En 2017, on estime que 90 % d’entre-elles étaient fabriquées en Chine, ce taux est tombé à moins de 50 % en 2018, selon une étude de Digitimes (un peu plus fiable sur ses études de marché que sur ses rumeurs de chaine de production).

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.