Comment les ordinateurs quantiques pourraient changer l’industrie automobile, à commencer par l’Europe

Ces derniers temps, l’industrie automobile s’est concentrée sur l’amélioration de deux domaines : la conduite autonome et l’efficacité énergétique, cette dernière notamment dans les véhicules électriques. Cependant, des recherches récentes point pour pousser ces améliorations plus loin que jamais et ce serait grâce au soutien des ordinateurs quantiques.

À l’heure actuelle, mettre un ordinateur quantique dans une voiture n’est pas une idée très rentable. Pas seulement à cause du coût de l’opération, mais aussi en raison de la taille nécessaire au fonctionnement de ces machines. Mais si c’est le cas, nous pourrions avoir affaire aux voitures les plus intelligentes de l’histoire.

C’est exactement ce que les scientifiques de Terra Quantum AG tentent de faire. Grâce à un nouveau partenariat avec Volkswagen, travaillent à l’introduction de la technologie quantique dans les véhicules. Avec cette proposition, ils visent à activer des connexions neuronales quantiques hybrides pour améliorer la reconnaissance des images par la voiture. Il a été démontré qu’à l’aide de cette méthode, il est possible d’améliorer les performances d’un système de conduite assistée. De cette façon, nous pourrions améliorer de nombreux aspects, et même faire en sorte que les véhicules autonomes réduisent considérablement les accidents.

L’industrie automobile européenne en tête de la course aux ordinateurs quantiques

Ordinateurs quantiques
Terra Quantim AG et Volkswagen ne sont pas seuls dans leurs recherches BMW fait la même chose avec Pasqal une société basée à Paris. À partir de là, ils prévoient de les aider à améliorer leurs véhicules grâce à l’informatique quantique.

Ce dernier partenariat, cependant, adopte une approche différente de la technologie. Elle espère rendre les voitures plus légères, avec des matériaux plus solides et un processus de fabrication rapide et précis et qui permet de choisir la voie de l’énergie propre pendant le processus de construction et d’assemblage.

👉​A lire également  Ce qu'on ne vous dit pas sur les 273 accidents causés par le système Autopilot de Tesla

Comment ont-ils pu réaliser une telle chose ? Avec l’aide de l’intelligence artificielle et des ordinateurs quantiques. Avec un algorithme piloté par un ordinateur aussi puissant, les chercheurs peuvent effectuer plus d’actions et obtenir de meilleurs résultats. La raison, comme toujours, réside dans les mathématiques qui rendent possibles des technologies comme celle-ci, et dans les calculs effectués si rapidement qu’ils peuvent accélérer et améliorer les résultats.

Quand cette technologie sera-t-elle déployée dans le secteur automobile ?

AirCar, la voiture volante de KleinVision
Pour l’instant, les exemples d’entreprises qui ont commencé à adopter ces méthodes sont plutôt limités. Jusqu’à présent, nous trouvons BMW et Volkswagen comme adopteurs précoces de la technologie quantique dans leurs processus de fabrication et directement dans leurs voitures.

Toutefois, une explosion de l’utilisation des ordinateurs quantiques devrait se produire à un moment donné au cours de cette décennie, à mesure que la science s’améliore et mûrit un peu plus. Selon les experts, cette étape devrait intervenir en 2030, lorsque le marché des technologies quantiques devrait atteindre une valeur de 500 milliards de dollars.

En fin de compte, il semble que le marché n’ait d’autre choix que d’adopter l’informatique quantique. Après tout, le volume des ventes de voitures équipées de systèmes de conduite assistée augmente d’année en année, et ce secteur nécessitera une logistique totalement différente de celle que nous connaissons jusqu’à présent. L’industrie quantique s’est efforcée de l’améliorer.

L’Europe, pour l’instant, semble être le plus disposé à intégrer cette technologie sur la base des exemples que nous vous avons déjà donnés. Cela permettra non seulement à des entreprises comme BMW et Volkswagen de profiter des avantages des ordinateurs quantiques, mais aussi à d’autres de vouloir le faire, et par conséquent le marché commencera à se déplacer plus librement vers d’autres secteurs.

👉​A lire également  Non, BYD ne vend pas plus de voitures électriques que Tesla