Ça ne rigole toujours pas du côté de Cupertino quant aux fuites dans la presse. En témoigne un mémo interne plutôt menaçant et explicite quant aux conséquences qu’ont les fuites pour les employés ou les contractants qui en sont à l’origine. Ils sont virés, et risquent même d’être poursuivis au pénal, avec à la clef prison et grosse amende. Mais, la parabole s’écrit sous nos yeux, ce mémo menaçant a lui même fuité dans la presse. Depuis qu’elle existe, Apple court contre les fuites, sans jamais parfaitement parvenir à les rattraper.

29 « fuiteurs » en 2017

Parfois, les opérations récupération de fuite prennent des allures de film d’espionnage. On se souvient de l’iPhone 4 « oublié » dans un bar, qui avait finalement été récupéré chez un journaliste de Gizmodo par des gros bras d’Apple, et de la mise à l’écart qui s’en est suivie du média concerné. Apple, pour combattre les fuites, n’hésite pas à mettre en jeu son image de marque cool, et ce dernier mémo confirme bien la chose.

En 2017, Apple y révèle avoir repéré 29 « fuiteurs », dont 12 ont été arrêtés. « Les personnes responsables des fuites ne sont pas seulement licenciées d’Apple, dans certains cas, elles encourent la prison et des amendes considérables pour les intrusions réseau ou le vol de secrets industriels, qui sont tous les deux considérés comme des crimes fédéraux. Et si la menace n’était pas assez claire, Apple se fait encore plus précise : non seulement les anciens employés perdent leur boulot, mais en plus Apple compte les griller auprès des autres employeurs. « Ces personnes non seulement perdent leur emploi, mais elles peuvent éprouver de très grandes difficultés à trouver un emploi ailleurs ».

Parmi les fuites de 2017, deux sont mises en avant : la fuite d’iOS 11 GM, quelques jours avant la sortie officielle, qui avait dévoilé avant l’heure l’iPhone X ainsi que le processus de configuration de Face ID, et, plus récemment, la fuite d’informations concernant iOS 12.

l’équipe Global Security renforcée et efficace

L’argumentaire anti-fuite de la Pomme n’évolue pas : les fuites empêchent Apple de présenter elle-même ses produits, en temps et en heure. « Nous voulons avoir l’opportunité de dire nous-même à nos clients pourquoi nos produits sont excellents, et ne pas laisser d’autres personnes se charger de le faire de manière malhabile ». Et les fuites permettent aux concurrents d’avoir plus de temps pour réagir et s’adapter.

Apple assure que son service « Global Security », qui a bénéficié de lourds investissements et est chargé de la police interne et de celle des sous-traitants, fonctionne avec une grande efficacité. « Les « fuiteurs » sont pris », certifie l’entreprise dans son mémo interne. Les fuites sont absolument « évitables », poursuit-elle en conseillant à ses employés d’éviter de s’acoquiner avec les journalistes. « Ça peut apparaître flatteur, mais en vérité, ils se jouent de vous. Leur succès ne tient qu’aux informations qu’ils parviendront à vous extorquer pour les rendre publiques ».

Le mémo

Ci-dessous, le mémo intégral en anglais.

Last month, Apple caught and fired the employee responsible for leaking details from an internal, confidential meeting about Apple’s software roadmap. Hundreds of software engineers were in attendance, and thousands more within the organization received details of its proceedings. One person betrayed their trust.

The employee who leaked the meeting to a reporter later told Apple investigators that he did it because he thought he wouldn’t be discovered. But people who leak — whether they’re Apple employees, contractors or suppliers — do get caught and they’re getting caught faster than ever.

In many cases, leakers don’t set out to leak. Instead, people who work for Apple are often targeted by press, analysts and bloggers who befriend them on professional and social networks like LinkedIn, Twitter and Facebook and begin to pry for information. While it may seem flattering to be approached, it’s important to remember that you’re getting played. The success of these outsiders is measured by obtaining Apple’s secrets from you and making them public. A scoop about an unreleased Apple product can generate massive traffic for a publication and financially benefit the blogger or reporter who broke it. But the Apple employee who leaks has everything to lose.

The impact of a leak goes far beyond the people who work on a project.

Leaking Apple’s work undermines everyone at Apple and the years they’ve invested in creating Apple products. « Thousands of people work tirelessly for months to deliver each major software release, » says UIKit lead Josh Shaffer, whose team’s work was part of the iOS 11 leak last fall. « Seeing it leak is devastating for all of us. »

The impact of a leak goes beyond the people who work on a particular project — it’s felt throughout the company. Leaked information about a new product can negatively impact sales of the current model; give rival companies more time to begin on a competitive response; and lead to fewer sales of that new product when it arrives.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.