birds Ça secoue chez Rovio, auteur de la série Angry Birds : le studio finlandais a annoncé que son bénéfice annuel (EBIT) avait fondu de 50 % cette année, s’établissant à 36,5 millions d’euros, contre 76,8 millions d’euros en 2012. Le chiffre d’affaires est resté nettement plus stable, en légère progression, à 156 millions d’euros (152,2 millions d’euros en 2012).

L’entreprise a cette année pas mal dépensé, amputant d’autant son bénéfice : diversification dans les produits dérivés, les licences dans la confiserie (et oui), la distribution vidéo ou les films d’animation sur la franchise Angry Birds. « C’est pour préparer le futur et nous diriger vers les marchés en croissance », note Rovio. Le contraste financier, en tout cas, est net vis à vis de l’autre studio à succès finlandais, Supercell, auteur du très rentable Clash Of the Clans, qui annonçait un bénéfice EBIT de 335 millions d’euros (37 millions en 2012).

Rovio, à la différence de Supercell, n’a pas trouvé la martingale de la nouvelle machine à cash freemium. Angry Birds Go, première vraie incursion dans le genre, ne figure pas dans le top 50 des applications rentables de l’App Store, catégorie que trustent Clash Of the Clans et Candy Crush. S’il est encore tôt pour enterrer Rovio, les fortunes du monde mobile, en tout cas, prouvent qu’elles le sont également.

Rovio Entertainment Ltd

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.