Le président de Nintendo, Tatsumi Kimishima, a donné une interview fort intéressante au Time, où l’homme revient sur la stratégie mobile du groupe japonais, et donne quelques chiffres sur ses trois galops d’essai dans l’univers des mobiles.

Fire Emblem Heroes, le dernier sorti, a été téléchargé plus d’un million de fois dans les 12 heures suivant sa sortie. Le jour de sa sortie, il avait déjà généré 2,9 millions de dollars en achat in-app, et, 3 jours après celle-ci, ce chiffre était de 5 millions de dollars. Nintendo le considère comme le premier jeu en free-to-play sorti sur les plateformes mobiles.

Super Mario Run n’est pas un free-to-play classique mais plutôt un jeu dont les premiers niveaux sont offerts et qu’il faut payer pour obtenir au complet. Un seul paiement. Le titre avait été téléchargé plus de 78 millions de fois, lors de l’annonce des résultats trimestriels du groupe, mais moins de 10 % des utilisateurs n’avaient payé pour le débloquer. « Le jeu est distribué dans 150 pays, mais les 20 pays les plus importants représentent 90 % du chiffre d’affaires », explique Tatsumi Kimishima.

Miitomo est encore à part, et a été téléchargé 18 millions de fois. « Nous expérimentons avec les différents type de monétisation sur mobiles, et nous gagnons ce que nous pourrions appeler une bonne confiance dans le succès de nos efforts », confie-t-il.

Nintendo, d’ailleurs, évolue sur sa perception des plateformes mobiles. Alors qu’initialement l’éditeur considérait que c’était un moyen de faire connaitre son univers au delà du secteur classique des consoles de jeux, désormais Nintendo considère également ce business comme un business à part entière. « Nous voulons que les jeux sur mobiles soient un pilier à part entière de notre développement, un pilier profitable », explique le président du groupe.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.