Apple n’a guère gouté les révélations de Google dans le cadre de son programme de sécurité Projet Zero. Le géant de la recherche affirmait avoir mis au jour une chaine d’exploits visant iOS et permettant d’implanter un logiciel malveillant aisément sur les iPhone visitant de simples sites web. Les failles auraient été béantes pendant au moins deux ans, estimait Google, affectant « plusieurs milliers de personnes par semaine ». Apple, aujourd’hui, conteste nombre de ces affirmations, tout en reconnaissant l’existence de la chaine d’exploits.

Une attaque ciblée

« La semaine dernière, Google a publié un blog sur les vulnérabilités qu’Apple avait corrigées pour les utilisateurs iOS en février », commence Apple. En outre, la « contamination » est nettement plus réduite que ce que Google laisse entendre : « l’attaque sophistiquée était étroitement ciblée et non un exploit à grande échelle d’iPhones «en masse» comme décrit. L’attaque a touché moins d’une douzaine de sites Web consacrés au contenu lié à la communauté ouïghoure. »

Une attaque de courte durée

Autre contestation la durée de l’attaque : « toutes les preuves indiquent que ces attaques contre des sites Web n’étaient opérationnelles que pendant une brève période, environ deux mois, et non pas «deux ans», comme l’indique Google ».

Google veut créer une fausse impression

Sous-tendant tout le discours des communicants d’Apple est l’idée de Google a voulu, à bon compte, mettre à mal la réputation d’iOs comme système sécurisé, au profit d’Android.

« La publication de Google, publiée six mois après la publication des correctifs iOS, crée la fausse impression d ’« exploitation de masse »pour« surveiller les activités privées de populations entières en temps réel », suscitant la peur parmi tous les utilisateurs d’iPhone selon laquelle leurs appareils avaient été compromis. Cela n’a jamais été le cas », martèle Apple. Reste que même de « seulement » deux mois, et limitée, l’affaire ne fait pas très bonne impression. Et la réputation d’iOS en matière de sécurité s’est dégradée ces derniers mois, selon les experts du secteur.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.