Intel, qui a abandonné purement et simplement ses projets immédiats en matière de processeurs mobiles et annoncé se séparer de 10000 de ses employés, devrait trouver une bouffée d’oxygène dans la prochaine gamme d’iPhone. Le fondeur semble, en effet, devoir y placer un de ses modems, prenant la place de Qualcomm l’actuel fournisseur. Mais pas sur tous les appareils : Apple conserverait un modem Qualcomm pour les iPhone vendus en Chine, ainsi que ceux vendus par Verizon aux USA. Le modem Intel se retrouverait sur les iPhone vendus chez AT&T, toujours aux USA, et dans certains marchés extérieurs, potentiellement en Europe.

Évidemment, même si les modems proviennent de fournisseurs différents, ils offriront, peu ou prou, les mêmes possibilités techniques, Apple se bornant ici à faire jouer la concurrence, et à répartir ses œufs dans deux paniers, histoire de ne pas se retrouver coincé si l’un des fournisseurs venait à être défaillant. Mais des différences de performances, à la marge, ne sont pas à exclure.

Pour Intel, il s’agit d’une bonne nouvelle, même si elle témoigne aussi de la misère du fondeur dans l’univers du mobile, réduit à être un « simple » fournisseur de pièces secondaires. On doit se souvenir, amèrement, dans les bureaux d’Intel, de Paul Ottelini refusant de produire les puces ARM / Apple pour Cupertino. À l’époque, être un simple fondeur était considéré comme une insulte à la grandeur d’Intel. De l’eau a coulé sous les ponts depuis…

1 COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.