Les premiers smartphones avec écran pliable font les titres depuis quelques mois ; le mouvement s’est accéléré avec le lancement du Samsung Galaxy Fold, qui pourra être acheté dès le 26 avril prochain, pour près de 2000 $, et avec la confirmation que Huawei s’apprête à lancer un modèle de ce genre. Pour l’heure, cependant, pour séduisant que puisse sembler le concept, aucun appareil bientôt sur le marché n’est vraiment convainquant. Le Galaxy Fold, par exemple, présente une charnière bien conçue mais qui oblige à maintenir un espace relativement important entre les deux parties du smartphone. Conséquence, celui-ci ne se replie pas complètement, et demeure, plié, épais. S’ajoute le problème de l’écran affiché dans la configuration pliée, étroit et occupant seulement une fraction de l’espace disponible.

Apple n’a évidemment pas fait savoir ses objectifs sur ce peut-être nouveau segment mais la Pomme pourrait dévoiler un iPhone pliable dès 2020, estiment certains analystes. Cupertino, en tout cas, travaille bien sur cette hypothèse, qu’elle semble envisager de manière large. En témoigne cette demande de brevet intitulée « appareil électronique avec écran flexible », où les ingénieurs de Cupertino évoquent tout à la fois un iPhone pliable, qu’un MacBook ou un iPad. La Pomme envisage plusieurs dispositifs avec, par exemple, un écran qui se replie en 2 portions, ou en 3.

Pour la charnière, élément essentiel du problème, Apple envisage des dispositifs à 2, 3 ou 4 éléments. De même envisage-t-elle de placer l’écran sur l’intérieur de l’appareil (comme sur le Galaxy Fold) ou sur l’extérieur. Cette dernière configuration, qui pose des difficultés spécifiques, serait sans doute la plus à même de limiter au maximum l’espace requis entre les 2 volets d’un écran.

Évidemment, cette demande de brevet n’est qu’un indicateur, en rien une certitude.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.