J.R.R. Tolkien misogyne et raciste ? Le débat après la sortie Les Anneaux de Pouvoir

Est-ce que cela montre Les anneaux de pouvoir que J.R.R. Tolkien était un misogyne et un raciste ? La question a été répétée fréquemment au cours des dernières semaines. La première de la série Prime Video ne réinvente pas seulement la Terre du Milieu et ses personnages d’un point de vue nouveau.

Il cherche également à réécrire l’œuvre de l’écrivain britannique. La première fiction se déroulant dans le monde de Tolkien raconte une période historique dans laquelle l’auteur lui-même ne s’est pas plongé. Le Second Age est un inconnu, même pour les spécialistes de la saga de l’écrivain. La production a donc pris des décisions risquées pour mener à bien son ambitieux projet.

L’une d’entre elles consiste à inclure une plus grande diversité raciale dans le monde de Tolkien. Une autre est de fournir une le pouvoir de ses personnages féminins souvent perçue comme possédant une pertinence discrète. Enfin, le paysage de la Terre du Milieu semble avoir été modifié par les sensibilités contemporaines. Impardonnable pour les fans rigides de la version littéraire.

Tolkien face aux préoccupations de la culture contemporaine.

Mais la polémique sur les ajouts et les réinterprétations des anneaux de pouvoir à la saga Tolkienes que conduit également à des questions plus inconfortables. Dans le monde fictif, il semble que toutes les races aient la peau blanche et que les femmes ne soient guère des conseillères, des héroïnes fatales ou des personnages mystérieux. Qu’est-ce que cela indique ? Tolkien était-il raciste, misogyne ou, au pire, a-t-il créé une épopée adaptée à ses préjugés ?

Et de façon beaucoup plus urgente encore. Un ouvrage fantastique publié il y a 70 ans peut-il être mesuré et interprété selon les paramètres d’aujourd’hui ? Les questions à Les anneaux de pouvoir sont troublantes dans leurs implications. En particulier, en raison de ce que la lecture stricte de la série par ses fans suggère sur la façon dont un univers aussi riche devrait être traduit dans les nouveaux médias.

Malgré sa représentation visuelle rigoureusement détaillée des lieux imaginés par Tolkien, la série prend de grandes libertés avec l’intrigue centrale. Au point de rendre sa qualité d’œuvre dérivée inquiétante pour les fans de l’épopée littéraire.

Des personnages racialisés sont-ils nécessaires dans un récit basé sur la mythologie nordique, anglaise et celtique, et était-il nécessaire de réinventer une figure centrale dans une version plus conforme aux femmes puissantes contemporaines ?

Le point critique du débat suggère que Tolkien n’aurait jamais approuvé de tels changements dans son œuvre. Cela suggère que l’écrivain avait certaines positions sur la couleur de peau ou le sexe de ses personnages. Est-ce vrai ? En effet, c’est le cas, le contexte de l’auteur britannique montre le contraire et indique clairement que son travail a évolué en fonction de sa sensibilité particulière.

La Terre du Milieu de Tolkien vs. Les anneaux de pouvoir

La saga littéraire de Tolkien nécessite une analyse approfondie de son symbolisme pour être pleinement comprise. Le savant a utilisé sa grande épopée littéraire pour relier les mythologies et les croyances. Mais, surtout, il l’a fait pour réinventer de vieilles convictions sur la narration plutôt que pour refléter le monde qui l’entoure. L’auteur a clairement indiqué à de nombreuses reprises que la Terre du Milieu n’était pas un regard allégorique sur le monde dans lequel il vivait.

👉​A lire également  Les premières images de Fallout, la série Amazon basée sur le jeu vidéo, ont été dévoilées

En fait, il a fait cette remarque dans l’avant-propos de la deuxième édition britannique Le Seigneur des Anneaux. « Elle n’est ni allégorique ni topique », insiste-t-il dans le texte. En outre, il précise qu’il « déteste cordialement l’allégorie dans toutes ses manifestations ». Ainsi, aucun des livres ou des histoires de Tolkien n’est créé pour envoyer des messages politiques, idéologiques ou pour refléter des vues spécifiques.

Le monde imaginé par l’écrivain est hiérarchisé, à la manière de la « chaîne de l’être » médiévale. Selon ce principe, tout ce qui vit et est dans la Terre du Milieu est lié à l' »esprit » et à la « matière ». Ainsi, les Valar, Maiar, Elfes et autres créatures représentent le bien absolu. Alors que les orcs, les trolls et autres manifestations des ténèbres représentent le mal. Entre ces deux extrêmes se trouve la Terre du Milieu, un monde vaste et très peuplé, avec ses propres caractéristiques.

Ombres et lumières en Terre du Milieu

Les anneaux de pouvoir / Tolkien
Pour Tolkien, la véritable valeur de ses personnages réside dans les qualités morales qu’ils manifestent. Les plus lumineuses sont liées à la valeur spirituelle, et l’écrivain souligne leur beauté intangible. En une poignée de fragments, il consacre du temps et de l’intérêt à la l’apparence physique comme facteur déterminant du caractère de la personne qu’il décrit.

Comme il le fait en détaillant la chevelure de Galadriel et en la mettant en relation avec l’éclat des arbres de Valinor, un point essentiel pour comprendre la personnalité de la dame elfe. Il en va de même pour l’air de noblesse tragique qui enveloppe Frodon après qu’il ait été blessé par Elle – l’araignée.

Encore et encore, l’écrivain utilise le beau pour vanter des qualités intangibles et émotionnelles.. A tel point que même la dégradation de ce regard hautain n’a rien à voir avec le physique mais avec la capacité de création. Morgoth/Melkor, qui ne peut donner la vie, pervertit ce qui existe. Cela explique certaines interprétations de la création des orcs liées à des versions corrompues des elfes et, plus tard, des hommes. Leur « laideur » vient de la destruction, pas d’un défaut physique.

Les anneaux de pouvoir des preuves de racisme dans l’œuvre de Tolkien ?

Sous cette perception, pour Tolkien, la couleur de la peau de ses personnages n’a pas la moindre influence. D’autant plus qu’une grande partie de son œuvre n’est pas allégorique et ne reflète pas le monde réel.

Pour l’écrivain, l’attrait physique était directement lié à la bonté, l’héroïsme et la bravoure. Ce qui revient à dire qu’à l’exception des orcs et de leur représentation des ténèbres « corrompues », ses personnages étaient des symboles.

À tel point que lorsque Tolkien a commencé à raconter sa propre mythologie, il l’a reliée à un but et à la confrontation entre les ténèbres et la lumière. Ce qui n’a rien à voir avec l’apparence. En fait, pour le Britannique, le but de chaque homme, femme et créature dans son monde était de servir un plus grand bien. Elle est liée à une vision de la bonté et à des sentiments extraordinaires, plutôt qu’à un aspect physique.
Les anneaux de pouvoir / Tolkien
Et qu’en est-il de ses références ? L’œuvre de Tolkien s’appuie sur des cycles mythologiques liés à des personnages à la peau blanche. Mais, comme l’auteur lui-même l’a souligné, son monde est une « combinaison minutieuse de tous les éléments nobles des contes anciens ». Pour le Britannique, ce qui a de la valeur dans son récit, ce sont les qualités éthiques de ses personnages. Et ce, au-delà de toute mise en évidence de leur aspect spécifique.

👉​A lire également  La controverse sur le prétendu faux féminisme de She-Hulk : avocat Hulka

Galadriel dans Les anneaux de pouvoir

Dans l’une des scènes de Les anneaux de pouvoir Galadriel (Morfydd Clark) annonce qu’elle prend les armes contre Morgoth et son lieutenant, Sauron. Ce n’est pas une image poétique. La séquence la montre debout devant le cadavre de son frère aîné, tandis que le personnage nous assure : « J’ai fait de sa cause la mienne ». Elle faisait référence à la bataille des elfes de Valinor contre le mal, représenté par leur plus grand et plus féroce ennemi.

Plus tard, la Dame Elfe avance à travers la Terre du Milieu à la recherche de l’ombre du mal. Cette perception est contredite par ce qui est écrit sur le personnage par J.R.R. Tolkien ?

Galadriel est l’une des figures les plus aimées de la mythologie de l’écrivain. Qui, de plus, a subi toutes sortes de révisions de la part de l’auteur. L’analyse comprenait des essais, des notes et des histoires qui lui ont permis de donner au personnage une profondeur surprenante.

Galadriel dans l’univers de Tolkien

Au fil des décennies, l’auteur a lié de nouvelles informations à celles qu’il avait données sur l’Elfe dans la trilogie Le Seigneur des Anneaux. Quel a permis à sa réflexion sur le bien moral de s’accentuer chez Galadriel.
Les anneaux de pouvoir / Tolkien
Bien que la Dame Elfe ne soit jamais décrite dans des batailles ou des combats, Tolkien montre clairement son poids et son importance. Il souligne également sa pertinence dans le paysage historique de la Terre du Milieu. Le fait que le personnage ne soit pas seulement un témoin privilégié des déchets, mais aussi un élément de valeur, présentait un intérêt considérable pour l’écrivain.

En effet, toutes les femmes dans l’œuvre de Tolkien sont d’une force énorme et représentent la pure bonté. Eowyn, une reformulation des Valkyries nordiques, représente la dignité et la valeur de la loyauté. La Dame du Rohan et la Lothlórien partagent toutes deux des traits de leur qualité d’emblèmes de l’incorruptible.

Toliken n’était pas si loin de Les anneaux de pouvoir

Dans le cas de Galadriel, cela est encore plus marqué. Selon le livre Legendarium (2000) écrit par Verlyn Flieger et Carl F. Hostetter, la dame elfe est d’une complexité particulière. En tant que survivant de multiples tragédies, est puissante par sa lignée, mais aussi par elle-même. Tolkien a ajouté de nouvelles dimensions à son personnage pour créer une héroïne qui représente un pont entre les âges dans un monde compliqué.

Comme la race, le sexe a peu d’importance pour l’écrivain. En particulier, lorsque toute la mythologie de son œuvre provient du contraste entre le bien – l’aspiration à l’héroïsme – et le mal.

De Gandalf, incarnation du transcendantal, à Aragorn, le guerrier sans nom devenu héros. L’œuvre de Tolkien traverse l’identité, la quête du but mystique, et même le défi de la légendaire Grande Entreprise. En tant que conteur, il décrivait ses personnages, mais il a toujours précisé que la véritable valeur de son travail était beaucoup plus abstraite et intangible. Sans doute l’un de ses points les plus forts.