Creaceed sort la version 4 de Hydra, son logiciel de création d’images haute dynamique (HDR). Une version entièrement réécrite, qui adopte désormais Metal, l’API 3D d’Apple, pour plus de rapidité de fonctionnement. Le logiciel se dote également d’une interface revue, d’un système d’alignement des clichés automatique, ou manuel, et d’une fonction de suppression des effets fantômes très performante. Ultra-complet, le logiciel est vendu 44,99 € (-25 % pour son lancement).

Hydra4-4

Préparation du développement

L’idée du HDR est d’associer plusieurs expositions (on préférera faire varier le temps d’exposition plutôt que l’ouverture du cliché) pour une même scène, afin, en les fusionnant, de parvenir à dépasser les limites dynamiques des appareils photos. Une image surexposée combinée avec une image sous exposée et une image exposée correctement permettent d’obtenir un cliché recomposé riches dans les hautes et basses lumières. Dans l’idéal, on peut combiner au moins 5 clichés dont les expositions varient de 2 EV par exemple. Hydra 4 supporte, en entrée, les formats JPEG, RAW, HDR, EXR.

Le problème de cette approche est la réalisation de clichés identiques : entre les différentes poses, des éléments peuvent bouger, le cadre en lui-même également. Hydra 4 propose un mode d’alignement des clichés automatique, qui fonctionne très bien. Mais, si par extraordinaire, il venait à défaillir sur une série d’image, il est tout à fait possible de basculer sur un mode d’alignement manuel.

Le logiciel permet, pour cela, d’effectuer des comparaisons sur les couches rouge et bleu de l’image, en les superposant ou en mettant en avant les différences dans les gris. De quoi s’adapter à toutes les situations. On peut évidemment zoomer au niveau des pixels pour obtenir un résultat parfait.

Hydra4-1

Second problème des images HDR, les ghosts, ces éléments fantômes qui sont présent sur un cliché et pas sur les autres, ou pas à la même place. Hydra 4 offre un outil très simple pour gérer ces situations : il suffit d’entourer, grossièrement, l’élément fantôme, de définir sur quel cliché on veut le supprimer et voilà. Le résultat est étonnant de fiabilité, au même niveau que les effacements contextuels de Photoshop. Chapeau !

La gamme des résultats

Une fois la phase préparatoire réalisée, on lance le développement. Le logiciel propose, là aussi, deux approches,  l’une automatisée, l’autre plus experte, permettant de jouer avec les différents paramètres.

Hydra4-8

12 pré-réglages sont proposés, couvrant une large gamme de besoins : les clichés HDR classiques, plus ou moins « outré », du HDR en noir et blanc, pour des clichés très riches, du sépia etc.

Les ajustements manuels permettent de gérer finement le tone mapping, et les paramètres de lumière, contraste, grain, détail ou encore vignetage. C’est là aussi très complet. Un mode de comparaison permet de se rendre compte des effets produits.

Hydra4-5

En bref

Hydra 4 exige macOS 10.11 et un Mac 64 bits, est vendu 44,99 € (-25 % pour sa sortie). Il est disponible en français, anglais, allemand, espagnol, notamment.

On aime :

  • la richesse fonctionnelle
  • l’approche tout automatique
  • la vitesse de fonctionnement
  • le mode d’alignement performant
  • l’anti-ghost étonnant

On aime moins

  • le prix un peu élevé
  • les exigences matérielles élevées
NOTRE VERDICT
Richesse fonctionnelle
Performances
prix
Ergonomie
Arnaud joue du clavier comme d'autres du xylophone, mais le résultat demeure peu musical. Il conduit la rédac à la baguette et essaye d'éviter les fausses notes. Geek avec de la patine, il officie aussi dans la presse généraliste.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.