La société Boston Dynamics, installée à Waltham dans le Massachussetts, dévoile une nouvelle vidéo montrant les prouesses d’Atlas, son robot bipède « agile et anthropomorphique ». Celui-ci, effectivement, est, au fil de ses évolutions, devenu impressionnant : il se déplace sur tous les types de terrain ou presque, se joue des portes, sait se relever s’il est mis à terre et sait résister quand on le pousse. Il est capable de préhension avec ses deux « mains » (en fait des pinces), et possède pas moins de 48 éléments articulés. Il soulève sans problème des charges de plusieurs kilos, et est capable de gentiment les reposer sur une étagère.

Au niveau de la tête, l’appareil embarque deux caméras et un faisceau de balayage laser. qu’il utilise pour déterminer l’éloignement des objets et éléments. Il se recharge simplement sur une prise de courant. Le voir se mouvoir, attraper les objets et se relever est vraiment impressionnant.

D’autant plus quand on sait qu’il est le fruit d’un concours militaire, organisé par la Defense Advanced Research Projects Agency, alias DARPA (qui a aussi financé l’ancêtre de l’internet) durant l’été 2013. Difficile de ne pas imaginer un instant le robot doté d’équipements plus belliqueux que ses simples pinces actuelles. Et difficile de ne pas frissonner à cette perspective.

Boston Dynamics, qui a commencé comme une émanation du MIT regroupée autour de son fondateur, Marc Raibert, est depuis décembre 2013 la propriété de Google. Elle développe une petite dizaine de modèles de robots « inspirés » d’animaux dont ils répliquent les capacité de déplacement. BigDog, son premier robot était déjà financé par la DARPA, tandis que l’US Army, Navy et le corps des Marines figurent au rang des clients de la société.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

Fermer
*
*

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.