Samsung lance les 3 nanomètres : quels avantages apporteront-ils ?

Samsung Electronics, la division de l’entreprise sud-coréenne également dédiée à l’industrie des semi-conducteurs, est devenue la première à passer à 3 nanomètres la première entreprise à lancer la production de puces à 3 nanomètres une technologie qui promet des améliorations considérables par rapport aux puces actuelles de 5 nanomètres et que certaines des entreprises technologiques les plus importantes du marché, comme Apple, espèrent inclure dans leurs futurs processeurs.

Pour l’instant, et comme indiqué par Reuters Samsung est à la recherche de nouveaux clients afin de concurrencer TSMC, qui prévoit également de commencer à produire des puces à 3 nanomètres en 2022. Bien qu’aucun nom n’ait encore été révélé, il semble que l’un des principaux sera Samsung lui-même. Samsung fabrique également des téléphones mobiles, des ordinateurs et d’autres appareils. Samsung possède même ses propres puces pour smartphones, appelées Exynos, qui fonctionnent actuellement à 4 nanomètres. Parmi les autres clients potentiels figurent des entreprises chinoises du secteur de l’électronique, mais il n’a pas été précisé lesquelles.

Mais quels sont les avantages des puces de 3 nanomètres par rapport aux puces standardisées de 5 nanomètres ? Samsung affirme que cette technologie promet de faire des processeurs un composant beaucoup plus puissant et efficace. Plus précisément, les puces de 3 nanomètres peuvent améliorer les performances jusqu’à 23 % par rapport aux puces de 5 nanomètres. Ils sont également capables de réduire la consommation d’énergie jusqu’à 45 %. La technologie à 3 nanomètres permet également de réduire la surface de la puce de 16 %.

Samsung n’est pas seul : TSMC développe également des puces à 3 nanomètres

Puces de 3 nanomètres

Si le lancement par Samsung de la production de puces à 3 nanomètres est une très bonne nouvelle, le fait qu’il s’agisse de la première ne constitue pas nécessairement un atout. TSMC, l’un des principaux fournisseurs de semi-conducteurs au monde, et qui travaille avec de grandes entreprises comme Apple et Qualcomm, est également sur le point de commencer à fabriquer des puces avec cette architecture. Cette entreprise produit des semi-conducteurs avec cette technologie à titre d’essai depuis fin 2021. Ils prévoient également de lancer la production dans le courant de l’année.

👉​A lire également  Roborock S7 Pro Ultra : le nouveau robot aspirateur qui fait tout !

Dans le cas de TSMC, Apple pourrait être son principal client. La firme de Cupertino espère pouvoir compter sur des puces de 3 nanomètres pour certains de ses futurs processeurs pour iPad et Mac. Il y a quelques jours, DigiTimes a révélé que la puce M2 Pro, que l’on retrouvera dans les futurs MacBook Pros de 14 et 16 pouces, ainsi que dans d’autres modèles, sera dotée de cette technologie. Il est également prévu que les iPhones qu’Apple annoncera en 2023 seront également équipés de processeurs à 3 nanomètres Intel, de son côté, pourrait également opter pour TSMC pour la production, en l’occurrence, de ses processeurs à 3 nanomètres.