Redmond entend bien ne pas laisser le champ libre à Apple : en octobre 2015, Steve Ballmer s’interrogeait. « Qui tente vraiment de concourir contre Apple et ses Mac ? Seul Microsoft est capable de le faire, sur le plan du logiciel et du matériel », estimait-il alors.

Ballmer sorti de la photo, les choses continuent d’évoluer et un brevet publié le 11 février dernier donne un aperçu d’une des pistes de Microsoft : proposer un ordinateur de bureau tout en un, à l’image de l’iMac, qui fait mieux que celui-ci en permettant aisément de l’étendre et le mettre à jour, chose très largement impossible sur les machines d’Apple (et ça ne s’arrange pas).

Le brevet Modular computing device présente un appareil posé sur un socle, plus ou moins épais selon les implémentations, lequel permet d’accéder à des emplacements d’extension pour changer de carte graphique, de stockage ou de processeur.  « Les possibilités et les performances  des ordinateurs ne cessent d’évoluer (…) mais les méthodes conventionnelles ne proposent ces nouvelles possibilités que sur des appareils neufs, obligeant l’utilisateur à changer d’appareil, ce qu’il ne peut pas toujours faire, limitant ainsi la possibilité pour le fabricant de proposer ses nouveautés à ses clients », note Redmond.

La modularité est effectivement une bonne réponse. Mais si l’industrie s’en est détournée, c’est aussi et sans doute car le design des appareils prend plus d’importance aux yeux des utilisateurs. C’est l’une des qualités « désirables » du produit, qui tend sans doute à supplanter la capacité d’étendre l’appareil. Toute la question est d’arriver à proposer les deux : un design séduisant et une extensibilité technologique. À suivre.

AUCUN COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*