Les iPhone 7 et iPhone 7 Plus sont arrivés il y a une semaine et après quelques jours en mains, il est temps d’en faire un premier bilan. Prenant la suite d’iPhone 6s axé sur la performance et son écran 3D Touch, nous ne savions pas trop quoi attendre de la cuvée 2016 d’iPhone. Avec le changement de nom annoncé, nous espérions une « révolution », mais Apple n’a fait, comme pour iOS 10, qu’améliorer sa recette.

Design

C’est la première fois depuis bientôt 10 ans qu’un changement de numérotation dans la dénomination de l’iPhone ne lui vaut pas un nouveau design. iPhone 3G, iPhone 4, iPhone 5 et iPhone 6 ont tous rejoué les codes passant du plastique arrondi au verre sur les deux faces, puis à l’aluminium qui a fini par s’agrandir fortement et s’arrondir sur les tranches.

famille-iphone

Noir c’est noir

L’iPhone 7 joue la carte de la continuité et les légers changements de design détectables sont uniquement liés à des questions techniques : lentilles photo plus imposantes, disparition de la prise audio jack, suppression du chanfrein des boutons de volume.

Tout juste notera-t-on la disparition du coloris gris sidéral, au profit de deux styles de noirs : noir de jais (brillant comme la façade tactile en verre) et noir (mat).

8-iphone7-plus-noir

L’iPhone 7 noir mat est du plus bel effet et n’est pas sans rappeler l’iPhone 5, en plus profond et avec une face arrière uniforme.

Pour les autres coloris (or, argent et or rose), c’est du pareil au même, posé à l’endroit sur un bureau, seul un œil du côté de la prise jack renseigne sur le modèle.

tranches-iphone-2016

Les gros yeux

C’est posé à l’envers que la différence saute aux yeux, particulièrement sur l’iPhone 7 Plus qui se dote d’une large « fenêtre » pour loger ses deux optiques façon “tête de hibou”.

Sur l’iPhone 7 « petit format », on note tout de même un net changement de taille de la lentille qui n’est d’ailleurs plus enserrée dans une bague mais « fondue » dans l’aluminium dorsal (même finition pour l’iPhone 7 Plus).

optiques-iphone-2016

Antennes rangées

Depuis l’iPhone 6 certains ont trouvé disgracieuses ces bandes grises qui barraient le dos de l’iPhone comme à l’époque des iPhone 5 ou la face arrière s’interrompait à chaque extrémité pour laisser place à deux bandes de céramique.

antenes-arrire-iphone7

Sur l’iPhone 7, Apple a revu le tracé de ces antennes qui longent désormais les tranches inférieure et supérieure. Celles-ci sont « peintes » sur les modèles noirs, de sorte qu’elles sont presque invisibles (sauf à mettre le nez dessus). Pour les autres teintes, Apple est restée fidèle à la teinte grisâtre (apparemment pour des raisons techniques)…

dos-iphone7

Sortie de boîte : sobre

L’emballage est toujours aussi sobre avec une mention particulière pour les modèles noir de jais qui ont droit à une livrée sombre. si l’on compare la boîte des iPhone 7 aux précédentes, ce n’est pas bien original.

1-boites-iphone7

L’ouverture révèle un changement de taille plutôt déroutant : on ne tombe plus directement sur la dalle de verre de l’iPhone. Apple a caché son iPhone 7 sous la petite pochette à instructions. En dessous, l’iPhone n’est plus dans un berceau thermoformé amovible mais juste posé au-dessus de ses accessoires. Peut-être pour éviter certains incidents de déballage ?

2-iphone7-boites

En matière d’accessoires, on retrouve du standard : prise murale USB, câble Lightning et écouteurs EarPods. Au premier coup d’œil, enroulés dans leur carton ajouré, ceux-ci ressemblent comme deux gouttes d’eau aux écouteurs livrés depuis 2012.

earpods-lightning

Mais c’est au bout du fil que cela change : fini la fiche jack et bonjour la prise Lightning pour compenser la perte de cette connectique sur l’iPhone. Au passage, c’en est terminé de la possibilité d’écouter sa musique tout en rechargeant le téléphone (sauf à investir dans un dock). Accroché au dos de ce casque pas si nouveau, se trouve l’adaptateur jack vers Lightning qui sauvera la dépense pour votre super casque audio préféré.

earpods-lightning-jack

Bouton d’accueil : la révolution

Pièce mécanique centrale et historique, le bouton d’accueil n’est plus le même. Il n’est plus qu’une pièce de saphir chanfreinée et fixe. Téléphone encore éteint, appuyer provoque une sensation déroutante : rien ne bouge. Comme pour les trackpads Force Touch qui équipent les ordinateurs portables Apple récents, il faut allumer l’appareil pour découvrir la nouvelle « forme de retour de force ». Apple a logé (en partie dans l’espace libéré par la suppression de la prise audio) un nouveau « Taptic Engine » qui se charge de vibrer pour confirmer la prise en compte du « clic » virtuel sur le bouton d’accueil.
Le retour vibrant n’est pas aussi efficace que sur les trackpads (moins ferme, malgré les réglages possibles) mais surtout plus « diffus ». On a parfois l’impression que c’est le téléphone entier qui vibre en un éclair. Cette impression est moins forte sur l’iPhone 7 Plus mais en aucun cas dérangeante, on s’y habitue vite.

Plus de pièce mobile à cet endroit c’est un pas de plus vers l’étanchéité que les iPhone 7 ont enfin franchi. Pour autant, le nouveau bouton d’accueil ne fait pas partie de la dalle tactile de façade, on décèle toujours une fine découpe qui l’entoure.

bouton-accueil-iphone7

Retour de force réglable

La configuration initiale de l’iPhone 7 gagne une étape supplémentaire permettant de déterminer, sur 3 niveaux, la « force » du retour vibrant en réponse à l’appui sur le bouton d’accueil. A régler selon votre convenance, même si nous avons eu tendance à oublier le réglage plus faible un peu trop discret à notre goût. Cette configuration est également accessible dans un nouveau chapitre des Réglages (section Général puis « Bouton principal »).

reglages-bouton-accueil-iphone7

Taptic Engine pour tous

Le nouveau moteur de vibration des iPhone 7 n’est pas seulement lié au bouton d’accueil mais confirme certaines actions du système comme l’ouverture du Centre de contrôle, le jeu avec les « interrupteurs » dans les Réglages, le défilement dans les listes, etc.

taptic-engine-iphone7

Apple ne réserve pas son Taptic Engine à sa seule utilisation et permet au développeurs de l’associer également dans leurs jeux et applications à des événements, soit à des fins de « confirmation » soit pour enrichir l’expérience ludique (choix d’une arme et tir par exemple).

L’iPhone 6s est également équipé d’un Taptic Engine mais moins imposant et qu’iOS n’exploite pas de façon aussi poussée que ce que l’on a pour l’iPhone7 : il reste cantonné aux “vibrations”.

L’iPhone qui aime l’eau, mais pas trop

Presque 3 ans après son rival sur le marché des smartphones haut de gamme (Samsung), Apple certifie que ses iPhone 7 sont étanches, conformes à la norme IP67 (immersion dans 1 m d’eau et poussières bloquées). Cela ne fera bien entendu pas de votre iPhone un compagnon de nage (la nouvelle Apple Watch Series 2) est là pour ça, mais vous autorisera à prendre plus de risques au quotidien. Les photos en bord de piscine ou les conversations dans le bain ne sont désormais plus interdites.

13-iphone7-etanche

Mais si votre iPhone 7 flambant neuf est vendu comme étanche, Apple n’est pas fan que vous lui donniez le bain régulièrement et met en garde les utilisateurs : une plongée vaut une interdiction de recharge pendant 5h. Si votre iPhone 7 prend trop souvent l’eau, Cupertino précise que son étanchéité peut se dégrader et que les dommages liquides pourraient ne pas entrer dans le cadre de la garantie !

etancheite-iphone7

De toute façon, qui irait noyer volontairement son bel iPhone 7, même pour le nettoyer ? Inutile de vous battre contre le frein psychologique à l’approche de toute forme de liquide, votre iPhone et sa garantie ne s’en porteront que mieux !

Plus puissant, plus autonome

Le jeu des 7 différences entre un iPhone 7 et la génération précédente se joue, comme chaque année, sur le terrain de la performance. Invariablement, chaque génération d’iPhone renferme une nouvelle puce et Apple n’a pas fait les choses à moitié avec le processeur A10 répondant au sobriquet de « Fusion ».

apple-a10-iphone7

Les ingénieurs californiens auraient pu se contenter d’augmenter la fréquence et d’améliorer le dessin des circuits, mais ces derniers ont fait mieux que ça : la puce A10 Fusion cache 4 cœurs, fonctionnant par paires (2 cœurs haute performance à 2,43 GHz et 2 basse consommation à 1,05 GHz). L’A10 n’est donc pas véritablement une puce « quad-core » comme ce que l’on trouve chez la concurrence mais une puce sacrément optimisée pour délivrer plus de puissance tout en tentant d’être moins gourmande que sa jeune ancêtre.

performances-iphone7

Journée à rallonge

Grâce à son A10, Apple annonce une autonomie rallongée de deux heures pour les iPhone 7 4,7″ et d’une heure pour le iPhone 7 Plus 5,5″. Nous aurions pu faire des mesures précises et à la minute avec des routines d’évaluation « bateau » mais, afin d’être plus réalistes, nous avons préféré confronter côte à côte un iPhone 6s et un iPhone 7 à une utilisation standard proche pendant les premiers jours.
Sur un week-end à l’activité modérée (sport, messages, photo, applications, navigation 4G et WiFi), les deux rivaux finissent la journée « en vie » mais avec un iPhone 7 conservant bien plus de jus : 47% contre 23% pour l’iPhone 6s.
Pendant plusieurs journées de travail, impliquant à la fois partage de connexion 4G, navigation, messages et emails par centaines, photos, applications, lecture de musique et de podcasts, navigation en WiFi, l’iPhone 7 tient toujours largement tête à l’iPhone 6s affichant un insolent 21% de batterie quand le « vieil » iPhone 6s crie famine frisant l’extinction (3%).

Notez qu’au passage l’iPhone 7 était, pendant ces « mesures », jumelé à une Apple Watch tandis que l’iPhone 6s n’avait pas charge d’âme connectée.

Du côté de l’iPhone 7 Plus, selon le même « protocole », la différence est plus ténue, de l’ordre de 5 à 10% qui, en général, peuvent représenter l’heure supplémentaire annoncée par Apple.

L’iPhone 7 résistera donc mieux à vos assauts connectés, sans bien entendu tenir plusieurs jours, mais c’est bien la première fois qu’une nouvelle génération d’iPhone s’accompagne d’un progrès notable du côté de l’autonomie.

La puce qui gratte tout le monde

Les premiers benchmarks l’annonçaient, la puce A10 est un monstre de puissance. Devant les processeurs des MacBook Air, 2x plus puissante que le processeur A8 et près de 40% plus véloce que l’A9 des 6s, elle en a dans le ventre. Ayant déjà du mal à mettre l’A9 à l’amende, on cherche encore comment exploiter ce gain de performances. Mais si l’on raisonne en matière de durée de vie de l’appareil, cela laisse quelques années de marge pour résister aux mises à jour d’iOS et à la gourmandise croissante des applications et jeux 3D.

geekbench-iphone-2016

En parlant de jeux, seule « unité de mesure », avec des titres comme « Oz : Broken Kingdom« , on note des détails graphiques plus léchés (textures plus fines), une meilleure fluidité, plus de particules affichées, le tout sans dégradation des performances. Il faudra attendre encore un peu pour dégotter des titres exploitant au maximum les capacités du processeur A10 et de son nouveau GPU hexa-core ultra-performant.

Plus puissant, moins gourmand : Apple a réussi l’alchimie dont rêvent tous les fondeurs et signe un iPhone 7 imbattable qui finira au passage d’enterrer les dernières consoles portables encore présentes sur le marché.

Le capteur photo qui joue l’ouverture

Outre sa lentille surdimensionnée (et doublement sur l’iPhone 7 Plus), c’est sous le capot de verre que les nouveautés sont de taille : stabilisation optique pour tout le monde (enfin !), capteur de 12 mégapixels avec ouverture plus grande (ƒ/1,8) et ajout d’un élément de lentille supplémentaire.

optiques-iphone7

Et la lumière fût

L’iPhone 6s avait déçu avec une amélioration tout juste notable par rapport à l’iPhone 6 mais le nouveau capteur de l’iPhone 7 ouvre enfin mieux ses yeux en basse lumière.
Les clichés dans la pénombre (et même de nuit) sont moins chargés de bruit, la scène est légèrement plus lumineuse et rend plus de détails qu’auparavant.

Quand l’éclairage est idéal, on ne note plus qu’un contraste amélioré et des couleurs plus riches. L’iPhone 7 peut enfin remonter sur le podium des photophones et rivaliser avec les smartphones de Samsung.

iphone7-6s-sans-flash

Le flash de l’iPhone 7 gagne 2 LED supplémentaires (pour un total) de 4 qui offrent non seulement un plus fort éclairage mais surtout un bien meilleur rendu des teintes face au flash TrueTone de l’iPhone 6s.

flash-iphone7-6s

Le deuxième oeil

En dotant le “petit” iPhone 7 4,7” de la stabilisation optique, Apple continue de cultiver la différence avec le grand iPhone 7 Plus en lui offrant une seconde optique. Ce deuxième oeil n’est autre qu’une lentille dédiée au zoom optique : fini la qualité catastrophique du zoom numérique !

iphone7-plus-optiques

L’iPhone 7 Plus ne vient pas pour autant chasser sur les terres des véritables appareils compacts à focale variable mais propose un mode “2x” parfait pour capturer un détail éloigné, rapprocher un sujet et ainsi cadrer plus serré sans dégradation de la qualité d’image.

zoom-optique-iphone7plus

Un tap sur le bouton “2x” et l’appareil photo bascule sur la lentille 56mm. Un tap prolongé et un glissement latéral active le zoom numérique qui peut offrir un grossissement allant jusqu’à 10x mais sans miracles sur la qualité du résultat final.

zoom-iphone7-plus

Au quotidien, cette seconde lentille décuple les possibilités de l’iPhone 7 en matière de photo, le tout couplé aux améliorations globales du capteur, pour en faire un excellent appareil d’appoint. Malheureusement, cette option se fait chèrement payer que ce soit au niveau du portefeuille ou de la place occupée dans la poche…

macro-iphone7-plus

Flou dynamique

L’autre avantage d’une double optique sur l’iPhone 7 Plus, c’est de pouvoir jouer sur la profondeur de champ, une première sur un smartphone. Apple combine l’utilisation des deux lentilles pour faire le point sur le sujet au premier plan et flouter l’arrière-plan, comme ce que l’on peut obtenir en jouant sur la profondeur de champ avec un appareil reflex.

Proposée sur la dernière beta d’iOS 10, la fonction n’est pas encore accessible à tout le monde mais nos premiers tests sont intéressants. L’appareil photo gagne donc un mode “portrait” qui s’accompagne tout de même de quelques contraintes pour bien fonctionner : un minimum de luminosité et une certaine distance par rapport au sujet.

effet-profondeur-beta-iphone7plus

Là où le mode “portrait” s’avère magique par rapport à un appareil reflex, c’est que l’aperçu du rendu se fait en direct. Plus besoin de “développer” sa photo pour mesurer le résultat.

Visez, faites sourire et capturez ! Le système, sûrement aidé par la nouveau circuit de la puce A10 dédié à la partie photo, est capable de “découper” relativement proprement un sujet dont le contraste avec l’arrière-plan n’est pas optimal, le tout en direct sur le grand écran de l’iPhone 7 Plus.

effet-profondeur-macro

Le système n’est cependant pas encore au point, on y trouve encore quelques défauts qui “mangent” des morceaux du premier plan en les noyant dans le flou de l’arrière-plan. Ce procédé est encore en beta, il va donc être affiné d’ici la mise à jour officielle.

effet-profondeur-iphone7

On regrette cependant le côté “fixe” de la profondeur de champ émulée par les deux optiques : impossible de régler la “quantité” de flou pour l’arrière-plan, c’est iOS qui décide pour vous. Au quotidien, le résultat est tout de même très agréable à l’oeil et la nouveauté de cet effet sur un smartphone vous fera vite oublier ses contraintes techniques.

Amélioration de façade

Enfin, il n’y a pas que le capteur principal de l’iPhone 7 qui a droit à tous les honneurs : la caméra frontale passe de 5 à 7 mégapixels et améliore à la fois ses détails et le rendu des couleurs.

camera-isight

C’est loin d’être une évolution nécessaire sauf à être friand d’autoportraits et de conversations vidéo, mais c’est un progrès bienvenu. Le capteur est toujours secondé par le Flash Retina qui utilise l’écran comme source lumineuse, cette fois un peu plus efficace grâce au nouvel écran plus fort sur ce point.

camera-frontale-iphone7-6s

Un écran plus lumineux et plus coloré

Du côté de l’écran, l’iPhone 7 fait de gros progrès sur la qualité d’image même si ce n’est pas aussi sensible que ce qu’annoncent les spécifications techniques ou les tests très poussés publiés par les spécialistes.

Une dalle haute en couleurs

La dalle de l’iPhone 7 reste fidèle à la technologie IPS (point d’OLED cette année encore) et ne joue pas la surenchère de la résolution malgré un GPU qui pourrait gérer sans douleur. Cupertino n’a fait qu’offrir le support d’un gamut élargi, à l’instar des iMac 5K et de l’iPad Pro 9,7”, pour afficher une palette de couleurs plus large.

Les utilisateurs qui lisent beaucoup sur fond blanc remarqueront toutefois que la dalle de l’iPhone 7 propose un blanc plus froid (bleuté) que les autres iPhone. Avec un seul téléphone en mains, on s’y fait très vite et la différence de réglage n’est pas non plus énorme. Bizarrement, avec ce nouvel écran d’excellente qualité, on se serait attendus à ce qu’Apple intègre, comme pour l’iPad Pro 9,7”, la fonction TrueTone qui adapte la balance des blancs à la luminosité ambiante.

L’espace colorimétrique DCI-P3 (conforme aux standards du cinéma) ne s’active qu’à la demande en fonction des contenus (notamment photos et vidéos) et offre ainsi une chaîne de contrôle uniforme, de l’iPhone au Mac en passant pour l’iPad.

Difficile de juger de ce progrès sans comparer l’affichage avec un iPhone de génération précédente à côté, les couleurs des clichés paraissent juste plus raccord avec l’original. iPhone 7 à gauche, iPhone 6s à droite.

couleurs-iphone7-6s

Un écran plus lumineux

Le seul point de différence véritablement notable au niveau de l’écran, c’est sa luminosité pour laquelle Apple a poussé le curseur 25% plus loin. Pas de quoi se faire mal aux yeux dans le noir mais juste ce qu’il faut pour gagner en confort en plein soleil. iPhone 6s à gauche, iPhone 7 à droite.

luminosite-iphone7-6s

Apple a beau pousser au maximum les capacités de la technologie IPS, ce n’est pas au niveau des écrans OLED de la concurrence pour lire ses emails sur la plage. Mais voudriez-vous de ces écrans ultra-saturés en échange d’un peu plus de luminosité ?

3D Touch met la pression

Sous la surface, la dalle tactile de l’iPhone 7 reprend l’innovation de l’iPhone 6s : le 3D Touch. Rien de bien nouveau de ce côté si ce n’est le retour haptique plus “précis” géré par le Taptic Engine nouvelle génération.

Mais si l’on a vite délaissé le 3D Touch sur nos iPhone 6s, c’est iOS 10 qui va remettre la dalle sensible à la pression en selle avec ses très nombreuses interactions exclusives et très pratiques dont Apple a truffé l’interface.

Sans jack, c’est moins Rose

Apple n’est jamais la dernière à faire sauter des connectiques ou des périphériques qu’elle juge inutiles, fournissant ainsi son catalogue d’accessoires. Sur la liste, entamée par le lecteur disquette et l’ADB avec le premier iMac, suivis, en vrac, par le VGA, le HDMI, l’Ethernet et bien d’autres, il convient de rajouter la fiche audio jack 3,5mm.

Et cette fois, le choix s’avère plutôt discutable. Apple avait besoin de place (pour son nouveau Taptic Engine) et surtout la nécessité d’éliminer une grosse voie d’eau potentielle pour assurer l’étanchéité de l’iPhone 7. La place libérée délivrée permet de caser une seconde grille de haut-parleur mais qui ne crache aucun son : c’est le baromètre qui s’installe derrière. Les perforations n’étant là presque que pour la symétrie esthétique…

earpods-lightning-iphone7

Une dent bleue contre Jack

Les EarPods Lightning sont égaux à eux-même : on aime ou on déteste. L’adaptateur Lightning – Jack livré, doté d’un DAC miniature vous permet de réutiliser votre casque préféré (en attendant la correction du bug qui fait sauter les contrôles audio) mais il arrivera bien un moment où ce compromis vous fera râler contre les choix imposés des ingénieurs californiens.

Besoin de recharger l’iPhone, que ce soit sur secteur au bureau ou en mobilité sur une batterie externe ? Il faudra vous passer des écouteurs… ou avoir un (cher) dock sous la main (pratique dans le train). L’iPhone 7 est certes doté d’une meilleure autonomie qui devrait limiter ce type de situations, mais cela reste un désagrément potentiel qui incitera à lorgner de plus en plus fort du côté des casques Bluetooth (AirPods, Beats Solo3 Wireless, etc). Apple l’aurait-elle fait exprès ?

Malgré tout, à bien y regarder, le choix du Lightning (malheureusement propriétaire) s’avère être une décision d’avenir : les accessoiristes pourront proposer des casques intelligents et alimentés par l’iPhone 7, pour le plus grand bien de nos oreilles.

À fond la stéréo

L’iPhone 7 sait enfin sortir du son stéréo hors écouteurs. Deux haut-parleurs s’occupent de diffuser le son, le premier toujours à sa place d’origine (derrière la grille, à droite de la prise Lightning) et le second caché au niveau de l’écouteur.

Les deux haut-parleurs ne remplaceront pas une bonne enceinte externe mais délivrent une puissance nettement supérieure aux iPhone 6s et un son moins terne avec un effet stéréo très léger (la faute à la courte distance entre les deux sorties). De quoi servir d’appoint quand on n’a pas mieux sous la main.

L’iPhone 7 en bref

Passée la déception d’un design qui ne change pas, l’iPhone 7 en a dans le ventre et c’est là qu’il faut toute la différence avec la génération précédente.

Que ce soit son capteur photo enfin vraiment plus performant (sans compter l’impressionnante double optique de l’iPhone 7 Plus) ou son processeur aux hormones en Fusion, l’iPhone 7 cache bien son jeu et en met plein la vue avec son écran aux couleurs réalistes, sa puissance bluffante en 3D et la cadence effrénée des images affichées dans les jeux vidéo. Pour le reste, l’iPhone 7 capitalise sur les points forts de l’iPhone 6s grâce à iOS 10, en rendant 3D Touch plus utile et indispensable que jamais tout en améliorant sensiblement son Taptic Engine. Il faudra tout de même se faire à l’idée de la disparition de la prise jack, pas anodine pour beaucoup d’utilisateurs et au maigre choix de deux coloris supplémentaires.

Les possesseurs d’un iPhone 6s ne ressentiront pas forcément le besoin de repasser à la caisse, sauf à vouloir se tenir à la pointe ou apprécier particulièrement les capacités photo de l’iPhone 7 Plus ou avoir besoin de 256 Go de stockage.

En attendant, Apple signe évidemment ici un iPhone 7 meilleur que le précédent, avec des progrès plus marqués qu’en passant de l’iPhone 6 à l’iPhone 6s mais, de là à justifier un changement de numérotation… Espérons seulement que pour le 10e anniversaire de l’iPhone, en 2017, Apple ne se contente pas d’ajouter un “s” à cette génération et renvoie ses designers et ingénieurs à la planche à dessin pour un modèle véritablement révolutionnaire !

NOTRE VERDICT
Performances
Design
Fonctionnalités
Photo & vidéo
Rapport qualité/prix
Entre développement web, formation, consulting en ergonomie web et applicative, je tente à mes (rares) heures perdues d'abandonner le Mac au profit de l'iPad (Pro). Le reste du temps, je joue aux jeux de société, j'écris et je code en tranches ici.

1 COMMENTAIRE

À vous la parole !

*
*