The Hammer Saga : Scandal and Perversion critique : une tentative ratée de montrer les périls de la célébrité

Sur La saga Hammer : scandale et perversion que vous pouvez maintenant regarder sur HBO Max, la question latente semble évidente : qu’est-ce qui s’est passé pour faire de la Armie Hammer d’une star à l’avenir brillant à un paria ? Non seulement le point est remis en question directement, mais aussi à travers ses implications. Le harcèlement, les abus et la violence à Hollywood sont analysés ou tentés d’être analysés dans une perspective concrète : la célébrité est-elle le lieu idéal pour s’adonner aux comportements les plus dangereux ?

En effet, l’hypothèse posée par l’intrigue dans ses premières séquences est inévitable, l’industrie cinématographique est-elle un scénario idéal pour la manipulation du pouvoir ? était l’acteur dans La saga Hammer : scandale et perversion un autre des nombreux prédateurs sexuels protégés par l’argent, la célébrité et le profit ?

C’est un contexte compliqué et inconfortable que toute la circonstance entourant Hammer pourrait démontrer. Le portrait du monde des célébrités que l’on tente de brosser est troublant dans la mesure où il s’agit d’un territoire inconnu. Elle a ses propres règles et limites, presque toutes pernicieuses et, dans le pire des cas, dangereuses.

La saga Hammer : scandale et perversion

La série documentaire concentre toute son attention sur le scandale et les détails macabres qui ont entouré l’acteur en tant qu’individu. En particulier, sur le fait que la famille Hammer a un long passé d’événements criminels derrière elle. Visant clairement à choquer et à mettre mal à l’aise, les deuxième et troisième épisodes racontent la chute de l’idole. Aussi, comment le comportement de l’acteur fait partie de ce qui semble être une tradition parmi ses proches.

La saga Hammer : scandale et perversion, Hollywood de l’obscurité

Au moins dans son premier épisode, La saga Hammer : scandale et perversion expose ce qui s’est passé sur la base de cette approche. Mais il perd rapidement son rythme et l’intérêt du récit se déplace vers le récit de ce qui entoure une affaire troublante qui n’est toujours pas entièrement claire. Hammer, accusé de harcèlement et de pratiques sexuelles non consensuelles tordues, ressort des témoignages comme un monstre implacable. Un homme capable d’insinuer, de prendre un plaisir sexuel dans le cannibalisme et d’aller jusqu’au grotesque sous le regard de sa notoriété publique. Mais La saga Hammer : scandale et perversion n’explore pas ce qui entoure Hammer ou les circonstances de ses victimes.

👉​A lire également  Keanu Reeves ne sera pas seul dans John Wick 4

En fait, La saga Hammer : scandale et perversion concentre tout le poids de son intrigue sur le scandale et les détails morbides qui entouraient l’acteur en tant qu’individu. En particulier, sur le fait que la famille Hammer a une longue ombre d’événements criminels qui pèse sur elle. Visant clairement à choquer et à déranger, les deuxième et troisième épisodes racontent la chute de l’idole. De même, le comportement de l’acteur s’inscrit dans ce qui semble être une tradition chez ses proches.

Pour La saga Hammer : Scandale et perversion la controverse autour de Hammer n’est rien d’autre qu’une nouvelle dimension d’un type de violence héritée. Un élément en particulier que le programme exploite, même s’il n’a que peu ou pas de rapport avec l’affaire centrale en tant que circonstance indépendante. Cette décision narrative transforme la docusérie en une histoire pleine de moments scandaleux et jaunes sans grande profondeur.
La saga Hammer : scandale et perversion.

Le poids d’un héritage historique au milieu de la controverse

Pour La saga Hammer : Scandale et perversion il est important de préciser que l’acteur est un criminel qui était destiné à l’être. Arrière-petit-fils d’Armand Hammer, patron d’Occidental Petroleum et protagoniste de sa propre histoire de violence, le documentaire dépeint ses excès comme un héritage forcé.

L’intrigue laisse entendre que le marteau est la conséquence d’une famille dans laquelle le scandale fait partie de sa dynamique interne. Pire, il porte un stigmate qui, tôt ou tard, se manifestera par un scandale.

Mais les réalisateurs Elli Hakami et Julian P. Hobbs adoptent une vision désordonnée et lâche d’un crime spécifique. En d’autres termes, Armie Hammer, en tant que harceleur et abuseur, est relégué au second plan au profit du scandale. De manière assez surprenante, le duo de réalisateurs omet les preuves documentaires au profit d’une narration presque improvisée.

Armie Hammer au centre d’un ouragan de violence et de scandales

De l’utilisation de contenus de médias sociaux comme le TikTok de la blonde zen comme preuve, à son regard superficiel sur les allégations. C’est cette incapacité à raconter ce qui s’est passé avec Hammer de manière compréhensible ou du moins ordonnée, ce qui affaiblit la prémisse.

👉​A lire également  Le retour de Captain Marvel cache une sombre réalité

Plus précisément, pour son ambition de détailler un cas qui pourrait être un symbole de l’obscurité derrière la célébrité. Mais le fil se déforme lorsqu’il raconte la violence et les mauvais traitements au sein de la famille Hammer.

Le tout avec des allusions à ce que ces circonstances ont pu faire à l’acteur. S’agit-il d’une victime qui, à son tour, est devenue un agresseur ? Le paradoxe est suggéré, mais il n’est jamais précisé ce qu’une telle situation pourrait prouver.

Beaucoup moins lorsque tous les entretiens, témoignages et déclarations relèvent du domaine de la spéculation. Sur La saga Hammer : scandale et perversion remet constamment en question le cœur même de sa vraisemblance. Peut-être son plus grand et plus troublant défaut.

La saga Hammer : scandale et perversion, un regard incomplet sur la violence

Pour son dernier épisode, il est clair que la docusérie n’a pas réussi à réfléchir sur la violence à travers un cas de portée et de pertinence mondiales. Un des points qu’il tente de couvrir sans y parvenir, et qu’il abandonne en insistant sur les répercussions polémiques de ce qui s’est passé autour de Hammer.

Entre les petits fragments de nouvelles et la consternation du public quant à la possibilité que l’acteur soit un prédateur sexuel, le sens La saga Hammer : Scandale et perversion est dilué. La profondeur du scandale semble être plus importante pour l’argumentation de l’émission. La grande conversation sur les médias sociaux s’est transformée en une caisse de résonance pour un événement d’une gravité considérable.

Les réalisateurs ne parviennent pas à construire une version qui réponde à leur plus grande question : la célébrité a-t-elle été le déclencheur du comportement de Hammer, ou s’agissait-il de quelque chose de plus élaboré ? Avec le visage de l’acteur au premier plan, autrefois « golden boy » puis ombre embarrassante à Hollywod, la question reste sans réponse. Un espace vide qui fait La saga Hammer : scandale et perversion dans une tentative ratée de quelque chose de plus grand.